Regles-vraies-elites

 

Cœur de nos recherches : 

Règles pour reconstituer de vraies élites

Et voilà quelques obligations qui créeraient un vrai miracle, sociétal, civilisationnel, un vrai support aux plus belles noblesses et aux plus harmonieux mélanges. De vraies élites pérennes, nombreuses, généreuses, identitaires, valable pour tous les milieux sociaux en nos époques de républiques, en attendant le retour d’une royauté catholique

Reprendre ou doter sa lignée agnatique d’un BLASON selon les règles héraldiques traditionnelles, même si on est, soi-même, « fondateur » de lignée. Il sera le miroir de tout l’apport au Bien Commun et donc un principe lumineux de rayonnement et de référence. Ce blason n'est aucunement mythomanie ou démarche d'anoblissement mais une création visuelle codée datée incluant cette volonté d'ordre, un besoin de voir validés les actes moralement nobles au sein d'une lignée. Il a une valeur patrimoniale essentielle.

Le rajout d'une DEVISE est une jolie tradition dans l'histoire.

Les signes distinctifs d’un nom - comme la fameuse « particule », n’étant pas à l’ordre du jour, on pourra, couramment, si le nom est très répandu (Dupont, Bernard etc), et sans que ce soit (encore) fixé par l’état civil, adjoindre à son nom celui de l’épouse à l’origine de sa lignée, les deux séparés par un TRAIT d’UNION, même si cela est à notre génération : ex : Pierre X-Y. Ce pourra être, après le trait d'union, un deuxième nom d'usage. Le processus est unique puisqu'il accompagne la distinction d'une lignée pour les siècles. Souvent le nom lui-même est suffisamment rare pour s’imposer lui même

On créera ou complétera un THESAURUS ECRIT AGNATIQUE généalogique , rassemblant en un même document – site, livre- très souvent réactualisé et réédité, la liste de tous les personnages de la famille portant le nom ayant servi le Bien Commun : il constituera les PREUVES de l’appartenance aux vraies élites: http://www.thierryprouvost.com/servir-prouvost.html. On pourra créer un autre THESAURUS VISUEL AGNATIQUE ET COGNATIQUE sous la forme d'un collage, réunion des figures ayant illustré les deux familles paternelle et maternelle, le tout autour du blason paternel. Ces deux thesaurus équivaudront aux « lettres de noblesse », guidant chaque choix de vie, notamment matrimonial.

On tiendra à jour un BOTTIN des familles et de ceux qui suivent le même idéal. Chaque famille y sera précédée par son blason et par l'énumération des membres ayant servi le Bien Commun avec leurs principales oeuvres.

On maintiendra " l’ASSOCIATION DES LIGNAGES DE FRANCE », sœur bien aimée de « L’association de la Noblesse Française ». Ce soutien mutuel désintègrera la névrose nobiliaire parasitant les élites traditionnelles, observation de généalogiste.

On donnera le même PRENOM du père au fils ainé pour constituer des dynasties et différencier les branches.

On aura attentivement étudié et compris le combat de Monseigneur Marcel LEFEBVRE.

La RELIGION d’Etat serait, en cas de retour de la royauté, le catholicisme en sa pleine Tradition.

L’EDUCATION des enfants étant fondamentale, on cherchera, ou mieux créera ou soutiendra les meilleures institutions, la meilleure formation, la maîtrise de soi, l’obéissance associée en harmonie au meilleur esprit « critique ».

L’entrée dans la vie religieuse traditionnelle sera un insigne honneur pour les familles

Réaliser de temps en temps de grandes PHOTOS de famille avec la tenue et l’habillement DIGNES de la lignée et du message transmis.

Réaliser de beaux PORTRAITS mémoriels de chaque membre de la lignée, l’art du portrait peint, dessiné ou sculpté devant refleurir, même si la photo produit aussi des chefs-d'œuvre.

On s’efforcera de trouver une DEMEURE qui soit le repère de la famille, le lieu des souvenirs familiaux et on s’attachera à une « province » en y apportant un certain rayonnement de la famille.

Les titres n’étant pas d’actualité, on visera à mener une vie qui nous fasse mériter l’adjectif depuis toujours employé et si poétique de « NOBLE ». Ex : «  noble Pierre X », déconnecté de référence à l’ordre de la noblesse. L’application de ces règles peut réellement définir, suppléer aux « QUARTIERS » tels que définis autrefois et harmoniser ainsi les alliances dans leur échange de patrimoine symbolique.

On rétablira les règles de la DEROGEANCE.

  

Principes régissant l’ordre de la Noblesse

 Le Second Ordre, dans sa pureté, se caractérise par la priorité vitale donnée à la clé de voûte que sont :

 Le CHRIST, son EGLISE et Sa Tradition,

Le ROI,

La TRANSMISSION ;

et, par conséquent, ce qui l’exprime :

 Le BLASON symbolisant le nom

 Le NOM « porter un nom », « être né », « être de bonne naissance », l’importance de l’ancienneté du nom. ” C’est lui qui détermine la noblesse

Favoriser le RENOM de la famille plus que la « notoriété ».

Le SIGNE DISTINCTIF attaché à un nom (particule, double nom ou notoriété),

L’ENRACINEMENT dans un terroir ; selon les lignages, alliances avec la noblesse européenne

Le Souci d’ILLUSTRATION du lignage par des actes publics, laisser un exemple de gloire, véritable ressort de la noblesse : fondée sur l’aïeul ou l’ancêtre qui le premier a « accumulé le capital de gloire » Georges Duby.

Notions de d’EXCELLENCE : chevalerie, de croisades, de charges d’état, écclésiastiques, d’officier, de liens privilégiés avec la FAMILLE ROYALE

 Interraction avec l’HISTOIRE Collective, l’histoire de France étant comme une affaire de famille.

 Le THESAURUS LIGNATIQUE, essentiellement et avant tout agnatique, les personnages ayant servi le Bien Commun ; importance des recueils, généalogies, études thématiques.

 Responsabilité envers les ANCETRES et un devoir de transmission.

 Le TITRE, s’il n’est pas superfétatoire à la noblesse intrinsèque, « en dehors du titre de duc, les titres ne

représentent rien qu’un peu de vanité ».

 L’importance de l’EDUCATION et de la transmission de valeurs avec ses rites, ses symboles, ses

pratiques, concommitante avec une « osmose ». S’assujettir à un modèle tout en étant soi-même.

 Importance des SOCIABILITES familiales, des grandes réunions de famille, des cousinages, des reconstitutions du passé, des discours du chef de famille, perpétuer les traditions, « transfusées avec le lait de la mère", mot clé, « le maintien », éducation, Les échos assourdis du passé.

Importance des PROPRIETES, surtout à la campagne : château familial en un terroir bien aimé, l'hôtel particulier en ville.

Importance des portraits, des ŒUVRES D’ART, du mobilier, des trophées.

Tradition de la CHASSE, en particulier à COURRE, avec équipages, boutons etc.

Relations avec le « PEUPLE », plutôt restreint au monde rural, exaltant la notion de service, gommant la notion de rapports de classe et renvoyant à la société des trois ordres d’Ancien Régime.

Mal-être du RENOUVELLEMENT interrompu de l’ordre de la Noblesse après la Révolution et quelques courtes périodes.

Alliances avec la bourgeoisie, nécessaires au renouvellement de l’aristocratie, impossible désormais par l’anoblissement.

 

 L’exemple des familles patriciennes

des Flandres méridionales formant un

PATRIMOINE VIVANT

Et voici

les particularités de ces

« Grandes Familles du Nord »

Ancienne identité terrienne ou urbaine en Flandre Méridionale,

Héritages du duché de Bourgogne, d'Espagne, de l’histoire de France.

Recherche du millénaire et très  convoité statut de Bourgeois de Flandres.

Indépendance du Beffroi des Villes Franches mais Révérence aux Suzerains.

Le  Catholicisme exclusif  issu de la Contre-Réforme des  Flandres  méridionales

Educations  classiques  et strictes  dans  des institutions consacrées et pragmatisme

Exceptionnel  esprit  de  familles nombreuses, généreuses,  unies,  alliées  entre elles

Les  alliances  et  innombrables  parentés  croisées  en  font une seule et  vaste famille.

Constitutions de lignées, dynasties, les ainés au même prénom jusqu’à 12 générations.

Rôle  des chefs de familles;  goût des réunions régulières des parentèles et cérémonies.

Archivages et maintien  des généalogies à  travers des Bottins, tel le  « Ravet-Anceau"

Que de nombreuses vies  consacrées, quels  nombreux créateurs, nombreux engagés.

Constante tradition textile, négociante et  fabricante depuis  le Moyen-âge au moins.

Constant esprit d’entreprise, de responsabilités et d’excellence à chaque génération.

Etonnante puissance de  travail,  les  solidarités  familiales, le  rôle  des  alliances.

Vision planétaire depuis  cette  terre,  longtemps « capitale  mondiale textile».

Une puissance  économique exceptionnelle en  France et  dans  le monde.

Engagements divers pour la cité et la Nation et Œuvres innombrables

Innombrables initiatives sociales, souvent appelées» paternalisme",

En opposition au  brutal capitalisme financier international.

Grands bâtisseurs: œuvres artistiques remarquables.

Goût des collections, du mécénat.

Goût des demeures, des intérieurs, des jardins.

Goût des Manufactures, matières et des couleurs.

Capacité de rebondir puis de se reconvertir dans l’adversité.

Ces particularités font des « Grandes Familles du Nord»

un tout appartenant au Patrimoine Vivant.

AGACHE

ARNAULT BARROIS BEGHIN

DE BAILLIENCOURT   BAYART   BECQUART

BEHAGHEL            BERA    BERNARD      BESNARD

BIGO   BONDUELLE  BOSSUT BOUTRY  BONTE BRABANT

BREUVART   BROUDEHOUX         BULTEAU  BURRUS  BUTRUILLE

CARISSIMO   CATOIRE   CATRY  CAULLIEZ  CAVROIS  CHARVET COISNE

COLOMBIER  COUROUBLE   CORTYL CREPY  CROMBEZ  CROUAN CUVELIER

DALLE DANSETTE  DATHIS DASSONVILLE de BETTIGNIES DE COSTER-DECOSTER

DE FRENNE - DEFRENNE       DECRO IX  DEHAU - DEHAU DE STAPLANDE DE GANDT

DEBIEVRE    DELAME    CHOMBART   CHRISTORY   CROMBEZ    DE LATTRE - DELATTRE

DELANNOY      DE LE BECQUE - DELEBECQUE    dE BRIGODE    DE LE CROYS - DELECROIX

DELCOURT  DELEPLANQUE DE LE RUE - DELERUE  DE LE SALLE - DELESALLE  De LESPAUL

DELLOYE  de VAREILLES SOMMIERES DELAHOUSSE DE LAOUTRE  DELAOUTRE  DEMEESTERE

DE MEULENAERE   DENONVILLIERS   DUPONT   DERODE   DERVAUX   DERVILLE  DESBONNETS

DESCAMPS       DESMAZIERES   DESOMBRE  DESPATURE   DESRUELLES   DES TOMBES - DESTOMBES

DEVEMY    DE SURMONT - DESURMONT   DEVILDE    DE WAVRIN - DEWAVRIN    D’HALLUIN    DILLIES

DOUTRIAUX    DROULERS      DUBAR     DUBRULE      DUBOIS     DUBUS     DUCATTEAU     DUCHATELET

DUFOUR   DU HAMEL      DUJARDIN    DUPIRE    DUPREZ    DUQUENNOY   DURIEZ    DUROT    DUTHOIT

DUVILLIER      ELOY     ERNOULT     FAUCHILLE     FAURE     FAUVARQUE     FLIPO      FLORIN    FROIDURE

FROISSART GERARD  GIARD GHESQUIERE    GLORIEUX    GOURLET     GRARDEL     GRAS     GRIMONPREZ

GALLANT   GUERMONPREZ     HOUZE de L’AULNOIT    HEYNDRICKX    HUET     IBLED   JOIRE   JONVILLE

LE BLAN    LEFEBVRE    LEMAIRE    LECOMTE     LEPEE     JONGLEZ de LIGNE     LECLERCQ    LEMAITRE

LEPLAT       LEPOUTRE        LENGLART      LEROUX      LESAFFRE     LESTIENNE    LESUR      LEURENT

LIAGRE          LE THIERRY D’ ENNEQUIN     LIENART    LORTHIOIS     LOTTHE    LOUCHEUR    MAES

MABILLE DE PONCHEVILLE       MAILLARD     MACQUART de TERLINE      MAILLOT            MALARD

MALFAIT    MAQUET    MAS DE TREHOULT    MASQUELIER     MASUREL   MATHIAS        MATHON

MEILLASSOUX     MIGNOT  MINART   MONTPELLIER  MORAEL   MOTTE  MOTTEZ  MOURCOU

MULLIEZ NICOLLE OUTTERS OVIGNEUR  PATTYN  PIAT  PIERARD   POISSONNIER POLLET

PROUVOST     PUPPINCK    RAMMAERT     RASSON    REQUILLART   REUMAUX   ROGEAU

ROQUETTE    ROUSSEL     SARTORIUS     SCALABRE     SCALBERT   SCREPEL     SCRIVE

SEGARD    SION     SIX     THIRIEZ   TIBERGHIEN    THELLIER DE PONCHEVILLE

THERY  TOULEMONDE  TOURRET  TRECA  VAN DEN BERGHE  VANDAME

VALDELIEVRE  VALENTIN   VAN ELSLANDE   VERHAEGHE   VERLEY

VERSTRAETE       VIENNE   VOREUX      WACRENIER     WARTEL

VIRNOT - VIRNOT de LAMISSART   VERNIER   WAMBERGHE

WALLAERT WATEL WATINE WATTINNE WATRELOT

WATRIGANT        WAMBERGHE       WAUQUIEZ

WIBAUX                              WILLOT

WOUSSEN

 

  

Voici un extrait de la lettre que nous avons envoyé en 2011 à Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, Duc d'Anjou, Aîné des Capétiens, Chef de la Maison Royale de France: « Suite à un parcours long et atypique consacré à cette recherche à travers l’art, la généalogie, la philosophie, l’histoire, la théologie, le marché de l’art, le marché de l’immobilier historique à Paris, j’ai créé, il y a cinq ans, une agence de communication et d’évènementiel : « Pour vous, les princes » spécialisée dans la communication et les événements oniriques dans les plus beaux lieux historiques.

Le nom de cette agence est le fruit de mes études de théologie et de philosophie au sein du Séminaire traditionnel d’Ecône et il est synthétisé par la sphère de mon logo : tout être est transcendé par ses transcendantaux : Un = Vrai = Bien = Beau = Amour = Dieu ; une fois ces transcendantaux replacés au cœur  de chacun par chacun - en tant que Créature - dans le cadre de son parcours de vie, alors peuvent s’épanouir les attributs de l’Être ; pour l’être humain, il s’agit des qualificatifs de Prince ou de Princesse, au sens spirituel du terme, c'est-à-dire toutes les qualités qu’on peut y observer. La sphère représente donc l’Être dans sa plénitude.

Il est étonnant de constater que ceci est perçu inconsciemment, que mes premiers évènements me valurent les plus oniriques photographies dans les plus belles revues et que chacun entend et interprète le nom de « Pour vous, les princes », comme il est à l’intérieur de lui-même.

Mais mon œuvre de communication réside dans mes deux importants ouvrages sur la famille de mon père, les Prouvost et alliés, 1000 pages ,  et sur la famille de ma mère, les VIRNOT-VIRNOT de LAMISSART et alliés, 550 pages ; c’est œuvre d’exhumation, d’inspiration,  de synthèse, et surtout d’ordonnancement ; vous pourrez en juger en allant vers mes sites : www.thierryprouvost.com  et www.VIRNOT-de-LAMISSART.com qui rassemble 90% des textes et illustrations et que 10.000 internautes fréquentent chaque mois; j’éditerai ces ouvrages comme des livres d’art  luxueux.

Je fais donc l’œuvre que les Monarques n’ont pas fait depuis deux cents ans, ce qui a laissé les familles orphelines et sans jardinier, la République ne se considérant pas compétente quant à l’ordonnancement  des familles, ceci relevant de la tête ; exaspéré par cette situation, j’ai franchi impétueusement, il y a trois ans, le 15 août 2008, les terres largement en friche de mes aïeux et alliés et j’ai commencé, depuis cette même sphère s’élevant par le Souffle,  à user de ma formation en contemplant et étudiant ; alors j’ai pu découvrir la beauté du tracé de ces parcs et de ces demeures patriciennes à la bourguignonne, à la flamande, à la Française hérités de mes pères ; j’ai pu  distinguer, sous les mauvaises herbes et les aprioris, la beauté des chênes tutélaires que sont les grands ancêtres, ces topiaires  qui ne demandaient qu’a retrouver leur sculpteur, la rectitude des allées de dévouements, de consécrations, de créations, d’inscription dans la cité ou le charme des dessins plus artistes de l’Art de vivre en société; et, alors, mes ancêtres réapparurent, un à un, me présentèrent leurs illustrations et donc leurs apports à Dieu et à la Cité, celles-ci gommant leurs défauts; ils se rassemblèrent toujours plus nombreux  et commencèrent à collaborer avec moi, m’apportant leur amour, leur fidélité, leurs œuvres; et chaque jour, c’est un ou plusieurs trésors ; le 15 août 2009, date du premier anniversaire de mes sites, ils dévoilèrent leurs merveilleuses et familiales Manufactures Royales du Dauphin dont j’ai repris la marque : http://www.manufacturesdudauphin.com; aujourd’hui, c’est  l’inspiration qu’ils m’apportent pour venir vous parler.

Ma famille a été représentative des deux voies que représenta la Grande Révolution : la famille de ma mère était composée, au XVIII° siècle, de deux frères, très fortunés et influents à Lille et qui incarnent chacune des deux options : la transcendance en la personne de Charles-Louis VIRNOT de LAMISSART dont la descendance appartient encore aujourd’hui, par les femmes, à l’ancienne (puisque non renouvelée) aristocratie et le pragmatisme plus commode du XIX° siècle qui s’ouvrait en boulevard en la personne d’Urbain-Dominique VIRNOT dont la descendance masculine perdure. La famille de mon père restera très longtemps monarchiste jusqu’à mon père et moi-même. En voici deux textes qui leur sont consacrés : celui de Pierre Prouvost dans la généalogie qu'il rédigea en 1748 : « Voilà la description des descendants des Prouvost et de ceux  qui se sont alliez jusques a la fin de cette année mille sept cens quarante huit. Et on peut dire sans vanité, que lesdits du surnom Prouvost, ont toujours vécu en gens de biens, d’honneurs et de bonne réputation en la foi catholique apostolique et romaine et les plus notables des villages qu’ils ont habitez " et le littéraire C. Lecigne, en 1911, au sujet du poète Amédée Prouvost: " Dès l’âge de cinq ans, Amédée Prouvost se sentit dépositaire d’une tradition et comme l’héritier présomptif d’une royale lignée : il apprit un à un le nom de ses prédécesseurs et que chacun d’eux signifiait depuis quatre siècles et demi, beaucoup d’honneur, de travail et de foi chrétienne. On ne voulut pas qu’il puisse méconnaître ce passé et, si, par impossible, il lui arrivait d’être infidèle, qu’il eût l’excuse de l’ignorance. Un jour le père prit la plume et, sans orgueil, sans autre prétention que de donner à ses enfants la conscience intégrale de leurs origines, il écrivit les annales de sa famille. Avant tout, il songea à celui qui était son premier né, l’espérance de la dynastie ; il s’adressa à lui : « Je crois utile, mon cher fils, dès tes premiers pas dans ta vie d’écolier, de t’initier à ce que tes maîtres ne pourront t’enseigner avec autant de persuasion que ton père, j’entends l’amour de la famille, le respect de ses traditions d’honneur, un attachement inébranlable aux convictions religieuses de nos pères, et leur fidélité aux traditions monarchiques. Je considère comme un devoir de te donner comme modèle  cette lignée d’ancêtres.»

Je ressens la défection de la Monarchie depuis plus de 150 ans en France tel un orphelin et je regarde la division bicentenaire des deux branches de la famille royale française comme un Scandale au sens évangélique du terme : le principe des élites est de SERVIR, a fortiori le Roi et les princes. J’ai donc appris depuis 54 ans à me servir par moi-même pour servir à mon tour : j’organise des évènements oniriques puisque la République, malgré ses indispensables qualités, n’a pas le niveau de transcendance de la Monarchie démunie pour vraiment enchanter (charme=chant magique) à l’invitation de la Vie, seule vraie puissance invitante. Le fruit de mes deux ouvrages familiaux  est d’avoir ordonné seul cette centaine de familles patriciennes des Flandres méridionales, personne ni aucune institution ne daignant les observer avec une juste transcendance ; il y a trois ans, on me regardait, en tant que membre de ces familles, comme un « fabricant de chaussettes » ; aujourd’hui, je reçois dans les deux demeures ancestrales restaurées que sont mes sites et j’ai pu regrouper les caractéristiques uniques de ces familles depuis sept cents ans  au Patrimoine Vivant de la Civilisation, en facilitant aux hôtes la vue aérienne des illustrations et des dévouements depuis la sphère.

Le portrait par Heinsius, peintre européen des filles de Louis XV, d’Urbain-Dominique Virnot et son épouse, capte le couple au sommet de sa position dans la société après 200 ans de fonctions et service des Virnot à Lille et la région ; il incarne une tradition, l’Eglise, une civilisation, une royauté, le fruit d’équations en une harmonie visible.

L’arrivée de la Révolution, des nouvelles idées, les sociétés occultes, le confortable boulevard pour les affaires mettra ce couple devant l’option : continuer et donc s’opposer ou changer avec toutes les conséquences.

L’étude des deux frères est passionnante.

Nous voyons combien les symboles qui importent au second ordre (blason, titre, nom, thésaurus, ordre, religion, Servir) ont une réalité ontologique et demeurent prégnants dans la descendance de Charles Louis VIRNOT de LAMISSART tout au long des XIX° et XX° siècles et qu’il en émane beauté, harmonie, pérennité ; on ne fraie avec la vie que si on respecte l’ordre et la transmission des ancêtres. La branche ainée d’Urbain-Dominique Virnot a eu une interprétation personnelle et donc nombreusede ces mêmes fondamentaux : blason, titre, nom, thésaurus, ordre, religion, Servir : tel est le principe du Nouvel Ordre dominé par la rente, la Morale bourgeoise et un peu de second ordre des descendants d’Urbain-Dominique VIRNOT..

Depuis toujours, la noblesse se renouvelle avec l'arrivée au sein du second ordre de nouvelles familles issues de la bourgeoisie fortunée et rayonnante ; en même temps, la noblesse brigue fonctions et charges au service de l'État. C’est cette articulation du corps social que nous allons étudier à travers l’équation des Virnot-Virnot de LAMISSART.

 Retour