Présentation 

de la famille 

Prouvost

blason-Prouvost

La famille Prouvost  est implantée dans la région de  Roubaix ,Wasquehal et Lille depuis des temps immémoriaux, au moins le XIV° siècle:  sa stabilité  rurale ou urbaine,  son attache constante avec les principes sociaux, religieux, culturels de ces époques, ses fonctions locales, sa tradition  textile  depuis le XVI° siècle au moins se développèrent avec  l''essort économique des XIX°  et XX° siècles. 

Nous nous attacherons à étudier  l'esprit  de ceux qui ont illustré cette famille. 

Citons  Pierre Prouvost dans la généalogie qu'il rédigea en 1748  et le littéraire C. Lecigne, en 1911, au sujet du poète Amédée Prouvost:

" Dès l’âge de cinq ans, Amédée Prouvost se sentit dépositaire d’une tradition et comme l’héritier présomptif d’une royale lignée :
il apprit un à un le nom de ses prédécesseurs et que chacun d’eux signifiait depuis quatre siècles et demi,  
beaucoup d’honneur, de travail et de foi chrétienne. 
On ne voulut pas qu’il puisse méconnaître ce passé et, si, par impossible, il lui arrivait d’être infidèle, qu’il eût l’excuse de l’ignorance.

Un jour le père prit la plume et, sans orgueil, sans autre prétention que de donner à ses enfants la conscience intégrale de leurs origines,  
il écrivit les annales de sa famille.  Avant tout, il songea à celui qui était son premier né, l’espérance de la dynastie ; il s’adressa à lui :
 
« Je crois utile, mon cher fils, dès tes premiers pas dans ta vie d’écolier, de t’initier à ce que tes maîtres ne pourront t’enseigner avec autant de persuasion que ton père, j’entends

L’amour de la famille,
Le respect de ses traditions d’honneur,
Un attachement inébranlable aux convictions religieuses de nos pères,
Et
Leur fidélité aux traditions monarchiques.
Je considère comme un devoir

De te donner comme modèle  cette lignée d’ancêtres. 


Si elle ne compte pas d’hommes illustres, il doit nous suffire de dire avec  Pierre Prouvost en 1748 :
« Voila la description des descendants des Prouvost et de ceux qui se sont alliez jusques a la fin de cette année mille sept cens quarante huit. Et on peut dire sans vanité, que lesdits du surnom Prouvost, ont toujours vécu en gens de biens, d’honneurs et de bonne réputation en la foi catholique apostolique et romaine et les plus notables des villages qu’ils ont habitez"

Réputation de la famille Prouvost par Pierre Prouvost en 1748 

Et puis, ayant dit cela, il le conduisit devant la muraille où s’alignaient les portraits des aïeux paternels. Ce ne fut pas une revue fastueuse, théâtrale, comme on en voit dans le drame romantique. 
Devant la figure de Jean Prouvost, seigneur de Wasquehal en 1460, échevin de Roubaix
 en 1474,  le père ne dit pas à son enfant :

C’est l’ainé, c’est l’aïeul, l’ancêtre, le grand homme ! Il lui rappela seulement qu’il avait vécu en honnête homme et en brave chrétien. 

Le suivant s’appelait Guillaume Prouvost, lequel fut à la fois laboureur de terres et chef d’industrie.
Il est le modèle de la race : il associe ses fils à son labeur et à ses affaires.

On peut dire qu’après lui « cette habitude de travail se transmit de père en fils et fut, dans la famille Prouvost enseignée comme une loi, inculquée et imposée comme une obligation envers Dieu et envers le pays ».

La généalogie se continue ; chacun des portraits est celui d’un laborieux et d’un dévoué.
Les épouses valent les époux ; elles sont la main qui se tend vers les pauvres et qui répand l’aumône.
Vers 1681, Marguerite de Lespaul, veuve de Pierre Prouvost, lègue à la paroisse de Wasquehal cent trente livres parisis à charge de prières
« et le reste des revenus à acheter des camisoles pour les pauvres vieil hommes ».

 Dans la famille Prouvost, les femmes se haussent facilement jusqu’à l’héroïsme. L’une d’elle mériterait une longue notice ; 
elle était la fille de Pierre Prouvost et elle garde’ dans
les souvenirs de Roubaix le nom pieux et doux de  Soeur Béatrix
  
prieure du
couvent de saint-Elisabeth de  Roubaix lorsqu’éclata la Révolution. Le nom de Béatrix n'était pour Dante qu'un symbole de divine poésie; il sera plus et mieux pour  le poète Amédée Prouvost.  Il le recueillera pieusement comme le symonyme des plus pures gloires de sa maison et il le mettra sur le berceau de sa petite fille."

Dans cette revue du passe, les figures changent, les âmes restent pareilles. La famille Prouvost traverse la Révolution sans s'y mêler autrement que par des souffrances et des larmes. Elle a eu ses exilés, ses prisonniers, ses héros. Elle réapparait au lendemain du cataclysme, un peu diminuée dans sa fortune, grandie dans l'honneur et par l’épreuve. Elle reprend sa vie  de travail et de simplicité. Et voici un tableau d'intérieur qui est fait pour charmer les regards d’Amédée Prouvost : « On menait une vie très simple dans la bonne petite ville de Roubaix  dont les habitants, voués par vocation et tradition à la vie de famille et au travail se contentaient de ces habitudes toutes patriarcales. Les maisons avaient de grands jardins  plantés d'arbres fruitiers, aux allées bordées de buis où fleurissaient au printemps pervenches et muguets, tulipes de Hollande, œillets flamands et roses de Chine.  Dans le fond se trouvait la pelouse où s’étendaient à certains jours le beau linge de fine toile de Cambrai et de Flandre dont la lessive était un des grands soucis des bonnes ménagères du temps. Ces richesses se transmettaient de génération en génération, contenues dans de grandes armoires de chêne massif aux panneaux sculptés… Au foyer, un jour ne se passait pas pour ainsi dire sans qu’on apprit par cœur une ou deux maximes des livres saints, et ces éternelles lois sociales étaient la matière d’un enseignement  domestique positif et solide. On travaillait beaucoup, on lisait peu, et c’était surtout dans les livres saints que l’on puisait les vérités maîtresses. 
Dans cet intérieur qui a des aspects de sanctuaire se dressent des chefs de famille auxquels il ne manque que l’éloignement de la perspective pour avoir la majesté des patriarches.  Ce sont les derniers portraits de la galerie. Ellese termine par Amédée I°. "
 "Amédée Prouvost" par C. Lecigne, éditions Bernard Grasset, 1911 

Les XIX° et XX° siècles  suscitèrent des personnages et des personnalités  à qui nous souhaitons rendre hommage.

Voici la monographie de ML d’Armagnac et du Comte de Puymège dans « les vieux noms de France : PROUVOST : Le nom est anciennement cité dans le cartulaire de Cysoing. Jacquesmes « Le Provost » est cité à Lille le 6 mai 1327 ; son sceau portait un lion ; nous trouvons dans les archives de l’Abbiette de Lille, mention de Jehan Prouvost, juge de la seigneurie de Croix à Lille, le 3 février 1368, son écu portait un sautoir surmonté de deux roues ; Jacques « Li Prouvost », chevalier est cité en 1383 ; Jacquesme Le Provost, juge de l’Abiette de Lille en 1431 portait un écu à un lion ; Georges Prouvost (parfois Prévost) dit Carpentier, avait des biens à Ferrières près de Wattignies, relevant de St Pierre de Lille en 1410. Des sujets du nom sont cités au début du XVI° siècle à Neuville-Saint Rémy, au XVII° siècle à Lille, à Villers en Cauchies, à Wasquehal, et, dès le XV° siècle à Roubaix : hommage pour un fief près du Wault à Antoine Le Bourgeois ; Jean Prouvost, Guillebert son fils, vers 1401 (le vassal doit un paon et un rossignol). Jean Prouvost, dit des Huçons, était échevin vers 1450 ; Huart Prouvost, dit Huchon a des terres à Favreulles vers 1500 ; mention du franc -alleu de la fondation. Jean « Prouvost » dit Huchon (XVI°), Willaume Prouvost donne en 1585 douze livres, dix sols pour la table des pauvres. Jean épousa en 1646 Barbe de Lespaul (dont postérité)  et, avec François « d’Hallewin », releva les deux fiefs du Fresnoy à Tourcoing, le 13. VII.1677 ; fils de Pierre et de Péronne Florin, Pierre épousa en 1669 Marguerite (parfois dite Catherine) de Lespaul ; son fils Pierre épousa en 1712 sa cousine Marie-Claire Trubert de Bois Fontaine, fille de Nicolas et de Michèle Pollet ; Marie-Catherine épousa en 1693 François Noiret, sieur de Fives. Pierre (1763-1833) épousa Marie-Thérèze Desprez ; Henri (1783-1850) épousa  N. Defrenne ; tous deux ont une postérité : Henri (1810-1857)  épousa Sophie Florin (issue de Pierre d’Arc par les Macquart et les Bacon de Sains), dont Henri, Charles, dont postérité ; autre Henri (1817-1842) épousa Adeline Debailleul ; Liévin épousa N. Gruart, Amédée épousa Joséphine Yon ; Benjamin, Marie Delescluze, Adolphe, Adèle Scrépel : (Sceaux de Flandre 2894, 3070 ; Nord 16G235, 268, 327, 33H42, 60 ; archives de Roubaix CC170, GG109, 115, 164, 185, 187, 287, BB2 ; Denis du Péage).

" Le nom PROUVOST est assez répandu dans la région mais je n’ai jamais pris le temps de cartographier leur implantation : je possède les répertoires des noms de famille du Nord (en 1803/22 établi par des amis à partir de toutes les TD à une époque où elles étaient consultables en salle de lecture des AD et pas encore numérisées), du Pas-de-Calais (en 1820 établi à l’aide des recensements qui n’existent systématiquement pour le Nord) et de la Somme (en 1845 – mêmes sources). Je possède également le gros Répertoire des noms de famille de France en 1900 (pour les PROUVOST,  il y a 1153 naissances, principalement à Roubaix, puis le Nord, la Seine-St-Denis et Paris – la source est le fichier des naissances de l’INSEEE - cet ouvrage doit être à la base de certains sites Internet comme 123généalogie qui donnent la cartographie des noms de famille). L’ouvrage sur les Vieux noms de la France du Nord et de l’Est donne une série de différents Prouvost non parents entre eux de toutes époque ainsi qu’une liste de références de sceaux (et pour notre famille roubaisienne il indique la légende de la parenté avec Jeanne d’Arc qui fait sourire les vrais chercheurs !).
Pour les sceaux et les armoiries il faut être très prudent et ne pas tomber dans les travers de la Généalogie DESURMONT de 1922 où le marquis de La Roche-Lambert a attribué faussement des armoiries aux familles alliées en ratissant tous les armoriaux à sa disposition !
Dominique Delgrange vient de sortir un ouvrage très intéressant sur les faussaires (de) Launay qui ont sévi dans les Pays-Bas du sud avant les conquêtes de Louis XIV ; ils sont loin d’être les seuls dans notre région ; les productions de toutes ces officines se retrouvent maintenant à la Bibliothèque Nationale et dans les grandes bibliothèques comme celle de Lille." Philippe Rammaert-Prouvost

Index