Les lignages patriciens

Dans les Flandres
lilloises en particulier

 

Nous allons parler des caractéristiques et spécificités des « bourgeois des Flandres » entre Beffroi et Eglise depuis le Moyen-âge.

«l’Eglise=fidélité aux traditions religieuses, le Beffroi = l’attachement aux  libertés communales,»

Une société de valeurs : respect de la foi jurée, l’amour du bien, le culte du beau, la fierté du devoir accompli. pacifique préfèrent conquérir, non pas par des armes, mais des marchés à l’international, dans l’innovation de Van Eyck au CETI.

Produisant un art et mode de vivre au point de former une civilisation-le plus bel exemple étant celle qui naquit des ducs de Bourgogne.

Il m’importe de venir vous proposer mes réflexions, suite à l’écriture des 4500 pages sur les Prouvost et Virnot et leurs alliés (en cours de parution) et figurant sur les sites www.thierryprouvost.com et www.virnot-de-lamissart.com        Thierry Prouvost

I Histoire

A)   le Patriciat médiéval

XIV°-XV° siècle :(1369-1477) Les ducs de Bourgogne

B) Les temps modernes

1) Pays bas espagnols  souveraineté des Habsbourg du XVe au XVIIIe siècle

2) Flandre autrichienne, à la maison d'Autriche à partir de 1713

3 : la conquète par Louis XIV : Focus sur les Flandres lilloises : Lille/ Roubaix

II-Les spécificités :

le patrimoine vivant.

La notion de servir

Les collèges, institutions

La foi catholique

La vision internationale

 
PATRIMOINE VIVANT

Et

Voici

les particularités de ces

« Grandes Familles du Nord »:

Ancienne identité terrienne ou urbaine en Flandre Méridionale,

Héritages  du  duché  de  Bourgogne,  d'Espagne,  de l’histoire  de  France.

Indépendance  du  Beffroi  des Villes  Franches mais Révérence aux  Suzerains.

Recherche    du  millénaire   et   convoité    statut   de   Bourgeois   de   Flandres.

Catholicisme   exclusif  issu  de  la  Contre-Réforme  des   Flandres   méridionales

Educations  classiques  et strictes dans des institutions consacrées et pragmatisme

Exceptionnel    esprit   de    familles   nombreuses,  généreuses,  unies, alliées   entre   elles.

Ces    innombrables    parentés     croisées      en     font   une   seule    et    vaste    famille.

Constitutions   de   lignées,  dynasties, les  ainés  au même prénom  jusqu’à  12 générations.

Rôle des chefs de familles; goût des réunions régulières des parentèles et cérémonies.

Archivages    des   généalogies   à  travers   des  Bottins,  tel   le   "Ravet-Anceau"

Nombreuses     vies    consacrées,   nombreux    créateurs,    nombreux    engagés.

Tradition   textile,  négociante   et   fabricante  depuis  le Moyen-âge au moins.

Esprit  d’entreprise, de  responsabilités  et  d’excellence  à  chaque génération.

Puissance    de    travail,   solidarités     familiales,   rôle   des     alliances.

Vision planétaire depuis cette terre, longtemps  «capitale mondiale textile ».

Puissance   économique   exceptionnelle   en  France  et  dans  le   monde.

Engagements divers pour la cité et la Nation et Œuvres innombrables

Innombrables initiatives sociales, souvent appelées  "paternalisme",

en  opposition  au  capitalisme   financier  international.

Grands bâtisseurs: œuvres artistiques remarquables.

Goût des collections, du mécénat.

Goût des  demeures, des   intérieurs, des jardins.

Goût des Manufactures, matières et des couleurs.

Capacité de rebondir puis de se reconvertir dans l’adversité.

Ces particularités font  des  « Grandes Familles du Nord »

un tout appartenant au Patrimoine Vivant.

AGACHE

Principales illustrations

des familles du Patriciat Nordiste


de Lespaul      de Frenne
Florin       de Courchelles       Masurel
 
de le Becque  Virnot de Lamissart  des Tombes
Pollet    Trubert de Boisfontaine    Dassonville
  
Bulteau     de le Rue      Ramery dit de Boulogne
Vandenberghe          Le Blan              Agache
Noiret de Fives   Durot   Noiret de Saint Antoine
                
de Lespierre   de le Dicque       de Meulenaere                
Watel     du Hamel    Desruelles

de Surmont-Desurmont
 Dalle    Florin    Bernard     Cuvelier
 
Wallaert    Droulers     Thiriez    Tiberghien 
 
Béghin    Scrépel     Dewavrin    Lepoutre    de le Rue
Dansette   Masurel   Wibaux    Pollet     Motte    Descamps
   
Crepy   Watine-Wattinne  Flipo  Wacrenier     Barrois    Virnot
Dehau  Vernier   Ponroy      Duthoit    Derville   Trentesaux   Vandame
Delalande     Catry   Heath   Lotthé    Malard  Verley     Piat    Delcourt
Ernoult            Ovigneur             Eloy          Leurent                 de Lattre-Delattre

Delloye             Six     Verhaeghe             Outters        Maillard    Ghesquière

Lemaitre         Maës        Duquennoy          Van Elslande      de Couëssin          de Vareilles

Garnier   de La Coussaye    Du Bus de Warnaffe     Briot       Machet de la Martinière

Poinsinet de Sivry     d'Elhougne      Frapier       Burrus      de Mailly      Mignot

Becquart     Mariaux       Béra     Duprez     Rime     Mayaud     Pommeret

Reneaume       Faulquier     Gérard     Denonvilliers   Delobel

Vandenberghe       Rollinde de Beaumont        Le Gentil

Pattyn   Colombier  Fontaine

Denoyelles
Deswartes
     Barry 
Merlin                 
Laura
   Rouderie            
Boulanger
Allard                Bussy
Lemoine          Gruart
 
Vandevelde

Vanoutryve
Segard  Peugeot  Masurel
 
Lepoutre      Lenglart      Lorthiois
  
Devemy  Delerue  Desurmont  Fauchille
  
Florin    Droulers     de Maigret     Lestienne
Leclercq           Lefebvre    Dubois      d'Halluin
  
Heyndrickx                    Poulain      Toulemonde   
 
Wauquiez                           Yon                de Contades
    
Lesaffre     Guermonprez   Grimonprez   
    
de la Villemarqué  Loppin de Montmort  Bénat 
 
Leroy-Beaulieu       de Chazournes
   Chevalier-Appert   
Guichard

 

 

CAILLIAU   DERODE      de RAISMES

FAURE    JONGLEZ-JONGLEZ de LIGNE

DUBOIS   LE THIERRY D’ENNEQUIN

NOIRET DE SAINT ANTOINE  de GAMONET

QUECQ D’HENRIPRET

de SAVARY

 

DE CHRISTEN

ANGLIVIEL de LA BEAUMELLE

AUGUSTIN-NORMAND  BOCQUET

TOURANGIN

 

BONDUELLE

BROUDEHOUX   de COSTER-DECOSTER

HERLIN   LEFEBVRE   MAQUET

MASQUELIER    PROUVOST     OVIGNEUR     PIAT

POISSONNIER    MINART    BESNARD    PUPPINCK

VALLET DE VILLENEUVE     SION

VIRNOT-VIRNOT de LAMISSART

 

DE BRIGODE-KEMLANDT

CARPENTIER  BIGO  DANEL  DEHAU

De BOURGOGNE - HERLAER

MEUNIER    FLANDRES

Van BLARENBERGHE

VICTOR MOTTEZ

LES SEGUR

ARONIO

Bady Behaghel Bigo Bossut Danel de Laoutre   Delesalle   Delecroix Gallant  Lauwick  
     
Jonglez de LigneMacquart de TerlineMaquet,  Mathon Morvan Mottez  Mulliez  Roussel Scrive  Verdière  Verspieren 

I Histoire

A)   le Patriciat médiéval

 

Chapitre 1

 

le Patriciat dans les Flandres

http://www.histoire-des-belges.be/

 

Origines à Rome

Un patricien (du latin pater qui signifie « père ») est durant la période romaine un citoyen qui appartient, par sa naissance, à la classe supérieure ancienne et traditionnelle, et par ce rang détient diverses prérogatives politiques et religieuses. La classe des patriciens se distingue à Rome du reste de la population dite plébéienne.

Après la période romaine, le terme de famille patricienne s'applique de façon plus générale pour désigner les familles de l'aristocratie ou de la haute bourgeoisie. Groupe social supérieur de quelques républiques urbaines du Moyen Âge et des temps modernes.

a) Groupe social possédant le pouvoir, les privilèges, les richesses. Le patriciat des villes; le patriciat et le prolétariat. La famille des Arnauld porta, dans le cadre de Port-Royal, beaucoup de l'esprit et du culte domestique, de cet esprit du patriciat de la haute bourgeoisie (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.1, 1840, p.15):

b) Élite (intellectuelle, morale). On ne compte plus aujourd'hui, dans le monde dit pensant, les personnes qui croient prouver leur patriciat moral en déclarant leur estime systématique pour ceux qui «réussissent», leur mépris pour l'effort malheureux (Benda, Trahis. clercs, 1927, p.180).

 

Du IX° au X° siècles

 

« le régime féodal »

A partir du 9e siècle,  une  période de troubles va permettre l’émergence d’une organisation sociale nouvelle :« le régime féodal ». 2 piliers : La remplacement d’anciens pouvoirs centraux affaiblis par des pouvoirs locaux énergiques. Un régime remplaçant les droits de propriété traditionnels par la jouissance héréditaire de certains droits, moyennant certains devoirs. La pyramide féodale comprenait, au sommet l’empereur ou le roi, suzerain suprême. Du souverain dépendaient ses vassaux : les ducs, marquis, comtes et princes ecclésiastiques (archevêques, évêques, abbés mitrés). Ces grands propriétaires étaient, à leur tour, suzerains d’une multitude de petits vassaux : les simples barons et seigneurs. Venaient ensuite les petits chevaliers pauvres qui ne se distinguaient des paysans que par la possession d’un cheval de combat, d’une broigne (tunique de cuir parsemée de têtes de clous) et d’une lance. La seigneurie devait être autosuffisante. Depuis l’instauration du droit d’ainesse, les fils cadets n’héritaient pas et ne pouvaient s’établir. Ils formèrent donc un réservoir d’aventuriers et guerriers ; l’Eglise tenta même de les canaliser : leur rituel chevaleresque devint un rituel chrétien. Les guerriers deviendront des « Chevaliers du Christ » protecteurs des pauvres, des veuves et des orphelins. La chevalerie, fondée sur la pratique de l’honneur et de la courtoisie. La cour, était l’ensemble des hommes et des femmes constituant l’entourage périodique ou occasionnel du prince. Le principe contraignant était celui de la familiaritas : l’appartenance à la « maison » du duc qui en était le pater familias. La serviabilité personnelle du membre de la cour en question était un deuxième élément clé. Chaque fonction à la cour se terminait-elle à la mort du seigneur.

 

XI° et XII° siècles

 

Terres d’invasion et de commerce

Exemple de la ville de Tournai depuis les temps romains ; Cité royale sous les premiers Mérovingiens, par la suite intégrée dans la Francie occidentale puis dans le royaume de France avec une large autonomie qui lui permit d'être une « république communale ». La ville devint également anglaise pendant quelques années, puis fut intégrée au reste des Pays-Bas espagnols sous Charles Quint, passa dans le royaume de Louis XIV, puis réintégra les Pays-Bas, à ce moment-là autrichiens, puis fit partie de l'État français sous le Directoire et l'Empire, après le Traité de Vienne du Royaume-Uni des Pays-Bas et enfin du Royaume de Belgique après l'indépendance nationale.

 

Nous avons consulté le travail de l’abbé Jean Lestocquoy dans «  Aux origines de la bourgeoisie : les villes de Flandre et d'Italie sous le gouvernement des patriciens (XIe- XVe siècles) :

On voit apparaitre aux  XI° et XII° siècles (voire même avant), les premiers patriciens des villes italiennes et flamandes : dans les villes italiennes l'administration de la ville , autrefois détenu par un seul personnage, est tombé aux mains d'une classe fermée et numériquement très faible de patriciens, en instituant un système d'élection annuelle : ces patriciens, nobles ou roturiers, possèdaient ou non un patrimoine foncier avant de s'enrichir par le commerce international. Dès le XII° siècle, la documentation montre la mainmise par les descendants de ces propriétaires et de ces fonctionnaires, devenus hommes d'affaires, sur les charges publiques dans les villes où ils se sont concentrés.

Similitudes aussi en Flandre : dans toutes les villes naît une classe dominante de patriciens que l’on nomme : Poorters en Flandre et en Brabant, Grands à Liège. D’une manière générale, les riches marchands dédaignent les artisans qui ne peuvent entrer dans la gilde. Eux, les patriciens, forment les familles appelées lignages. Ils ont leur propre blason et habitent dans un « steen ». Leurs fils servent à cheval dans les milices. La constitution et la transmission de la fortune lignagère continuité des ambitions, des comportements, des occupations et des fortunes de ces lignages patriciens, fait d'avoir appartenu à l'échevinage urbain.

 

L’administration des villes

Les chartes urbaines

Un nombre croissant d’individus abandonna les champs et les prairies pour se consacrer au commerce et à l’industrie en plein essor. Les villes de Flandre commencèrent à formuler des revendications politiques. Certains seigneurs accordent volontiers ces privilèges car ils tirent de nombreux profits des marchands. Mais parfois c’est à la suite de conflits sanglants que ces libertés sont arrachées.Les bourgs qui ont reçu des chartes sont appelés « communes » parce que tous ceux qui y demeurent possèdent en commun des privilèges. Leurs habitants portent le nom de bourgeois ou de communiers. La commune est formée par l'ensemble des bourgeois qui vivent dans la même ville et qui ont prêté serment de fidélité.  Pour diriger la commune, le prince nomme des échevins. Pour faire respecter ses droits dans la commune, le seigneur y délègue un représentant qui préside le conseil des échevins et contrôle toute l’administration ; seuls les riches bourgeois sont choisis pour remplir cette fonction interdite aux artisans.. Il est appelé : bailli en Flandre ; amman à Bruxelles ;  maïeur à Liège Margrave à Anvers -Ecoutète à Malines. A la tête de la commune sont des magistrats élus par les bourgeois, les échevins, et le maire (ou mayeur). Le jour du "renouvellement de la loi", c'est-à-dire le jour des élections, tous les bourgeois prêtent serment devant le corps échevinal. Le mayeur, qui deviendra le maire, n'a généralement pas de pouvoirs spéciaux : c'est le premier des échevins. Il préside le tribunal communal et les réunions administratives, il a la garde des sceaux de la ville, des clés de portes, le commandement de la milice communale.

L’échevinage, appelé « de Wet» (la Loi), avait le droit :

De faire des lois 

D’établir des règlements

 Purement judiciaires, les fonctions des échevins finissent par devenir surtout administratives. Les délibérations du corps échevinal sont secrètes.

De procéder aux nominations des fonctionnaires. 

De rendre la justice.

En matière de justice, les communes abandonnent définitivement les méthodes barbares de la procédure et du droit pénal des Francs. Elles admettent désormais : 1la poursuite d’office 2la procédure publique 3le serment judiciaire  4la preuve par témoin. Néanmoins, la torture et des pénalités atroces resteront en vigueur jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

 Parfois l’administration était laissée aux mains de conseillers (les consaux) et de jurés.

La ville déterminait elle-même ses impôts:

Accises, Octrois, Impôts directs, Etablir les impôts, Ordonner les dépenses,

Edicter les règlements de police.

1Veiller à l’exécution des sentences 2Exercer des pouvoirs de police. 3Contrôler le paiement des aides que la ville s’engageait à fournir annuellement au souverain. 4fournir une aide militaire limitée, étaient les seules charges qui pesaient encore sur les villes.

former aussi le tribunal qui seul peut juger les communiers.

La ville avait le droit de se défendre,

donc de s’entourer de murailles, de former et d’entretenir des milices de conclure des alliances.

Elle pouvait, comme preuve de sa puissance  avoir : un hôtel de ville, un beffroi, une cloche banale un sceau aux armes de la ville. De leur côté, les seigneurs ont tout intérêt à voir le commerce prospérer, touchant eux-mêmes un impôt prélevé pour l'étalage des marchandises sur le marché, le tonlieu. Les riches communes, quant à elles, peuvent acheter des privilèges et commencent à édifier des beffrois avec ou sans halle y attenant. Ces communes s’apparentent alors à de véritables seigneuries populaires et cherchent à posséder les apparences matérielles de leur nouveau statut.

L’autonomie communale n’est pas suffisante, elle se doit d’être perçue par tous à travers l’obtention d’autres privilèges. Les chartes sont différentes d’une commune à l’autre mais on y trouve en commun, Comme autre signe de leur indépendance, les communes possédaient : Un sceau pour légaliser leurs actes, une caisse communale où était gardé le trésor public une bannière qui guidait les bourgeois aux fêtes et aux combats ; elle peut s’entourer de fortifications. Mais la commune n’a pas seulement des droits. La charte lui impose également des devoirs à l’égard du prince, à peu près comme ceux d’un vassal à l’égard de son suzerain. Elle doit lui procurer Des ressources en argent Des combattants pour la défense du territoire. Cette dernière obligation répondait à des conditions défensives déterminées, pour un temps restreint et concernaient un nombre délimité de milices.

Quelques chartes célèbres : la plus ancienne que le prince-évêque de Liège accorda aux Hutois en 1066 La  première charte communale que nous connaissions ait été accordée à la ville de Saint-Omer en 1127 par le Comte de Flandre. Celle d'Arras, datant de 1194, devient la base du droit des villes flamandes et représente la plus ancienne charte qui organise le renouvellement de l'échevinage. La charte d’Albert Cuyck aux Liégeois en 1196  La paix de Fexhe de 1316  La Joyeuse Entrée de 1356.

Beffrois

Le phénomène de construction des beffrois débute au lendemain des raids normands au IXe et Xe siècles. Puis ce fut un redémarrage de la vie économique et une  explosion démographique, contexte de ce mouvement communal mené par les marchands. Les marchands commencent à s’organiser et fixent leurs entrepôts, appelés portus, à proximité des châteaux des seigneurs féodaux. Ces portus deviennent le lieu de foires permanentes avec notamment la résurgence du commerce de la laine. Dés le XIème siècle, Bruges, Ypres, Gand, Lille, Arras sont de petits centres d'industrie drapière d'où les étoffes sont exportées en Angleterre, sud de la France, Allemagne et Italie. La garantie de leur sécurité est une condition indispensable au développement économique. Aussi, ils entreprennent la construction de remparts en bois où sont érigées des tours de guet. L’autorisation de construire un beffroi permet de marquer architecturalement le paysage et les échevins vont se lancer dans la construction de tours sans cesse plus hautes afin de rivaliser le plus dignement possible avec le donjon du seigneur local ou le clocher de l’église. Ce droit de beffroi est indépendant de l’autonomie communale. Ainsi, une cité peut avoir un beffroi sans être une commune autonome et inversement. Il en est de même pour les droits de cloche, de sceau, de halle ou encore de loi. Le droit de cloche est un privilège onéreux puisqu’il permet de s’affranchir de l’autorité féodale ou religieuse pour l’organisation de la journée. La cloche sonne le début et la fin de la journée de travail et le couvre-feu mais surtout, elle permet de mobiliser rapidement la population en cas de danger (attaques, incendies...) ou de révolte. Le beffroi, lieu de concentration des privilèges de la commune, comprend une salle de réunion échevinale ou est également rendue la justice, des cachots, une salle du trésor où sont entreposés la charte, le trésor et le sceau de la ville. Une bretèche, sorte de balcon, permet aux échevins de s’adresser à la population pour les grandes proclamations et les rendus de justice. Plus haut, une salle renferme les cloches servant à rythmer la vie de la cité et un chemin de ronde permet aux guetteurs de surveiller les alentours.

L’hôtel de ville ou "stadhuis" fut élevé, à partir de la fin du XIVème siècle, lorsque les salles du beffroi ou des halles se révélèrent insuffisantes aux réunions échevinales. Laissant au beffroi son rôle de donjon et aux halles leur destination d'entrepôt et de marché, les bourgeois voulurent un local qui servît uniquement aux réunions échevinales et aux fêtes : ce fut un "steen" communal, c'est-à-dire une maison noble qui, par ce fait, put avoir des créneaux, des écussons, des girouettes, des bannières, des tours et des échauguettes. Le rez-de-chaussée était réservé soit aux communs, soit aux halles. La salle échevinale était, quant à elle, la principale pièce de l'hôtel de ville. C'est là que se réunissaient les échevins à date fixe, sous la présidence du mayeur, pour discuter des intérêts de la cité et que se rendait justice du seigneur-commune par l'intermédiaire de ses magistrats. Le seigneur y était reçu le jour de la "Joyeuse Entrée", il y prêtait  le serment où il reconnaissait le privilège de la ville en échange du serment féodal de celle-ci. Enfin c'est dans la salle échevinale que se donnaient les fêtes publiques, les bals, les représentations théâtrales souvent très somptueuses. A partir du XVème siècle, leurs façades furent sculptées, ciselées, souvent décorées d'un monde de statues,  comme à Bruges, Bruxelles, Audenarde, Arras et Louvain, véritables chefs-d'œuvre d'orfèvrerie.

 

Cumul des fonctions

 

Le bourgeois est libre :

 il n’est pas attaché à la glèbe

 Il n’est pas soumis aux droits du seigneur.

 Il n’est pas astreint aux corvées 

Il a le droit de propriété : Il peut posséder ses biens Il peut les vendre ou les laisser en héritage à ses enfants.

Le produit de son travail lui appartient.

Le domicile est inviolable.

Les patriciens étaient fiers de leur ville et défendaient ses intérêts dans chacune de leurs réunions avec le comte qui les soutenait pleinement puisqu’ils lui attribuaient des subventions importantes.

Il apparaît qu’en général, le droit de bourgeoisie n’était pas cumulable avec une fonction princière importante en raison de la double loyauté qui s’en suivait.

« L'inscription officielle sur les Registres aux Bourgeois s'effectuait le vendredi en présence de l'impétrant qui ne pouvait être ni clerc, ni serf, ni batard, devait prêter serment de fidélité et acquitter un droit de quinze livres; elle conférait une sorte de privilège analogue celui du citoyen romain. Le Bourgeois n'tait justiciable que de ses pairs, ne pouvait être taxé que de son consentement librement octroyé et devait être défendu par la Commune contre toute voie de fait. Antérieures 1297, et peut-être même 1253, époque où le servage consécutif l'invasion franque du VIème siècle avait complètement disparu de la Flandre, recherches non pas seulement des

cadets de famille, mais de quiconque entendait être maitre chez soi et défendre sa liberté, sa sécurité, le fruit de son travail et ses économies, ces franchises firent l'antique prospérité des pays flamands, o la plupart des familles patriciennes et scabinales s'assuraient par le commerce et l'industrie une existence indépendante et luxueuse. (Le Thierry d'Ennequin. » Une Famille bourgeoise de Lille, note 2 page 16).

François LE THIERRY.
Marié avec
Marie BOULANGER

... dont:

... dont:

... dont:

... dont:

... dont:

... dont:

Marié en mai 1832 avec Elisabeth ARCHDALL, née le 8 septembre 1785, London, City of London, England, United Kingdom, décédée le 30 septembre 1835, Lille, 59000, Nord, France (à l’âge de 50 ans)

 

Descendants de Biérin VIRNOT

Biérin VIRNOT, né vers 1545, décédé. Marié avec ? ? dont:

·                                                              Alexandrine Charlotte Marie Joseph VIRNOT Mariée le 26 juin 1782, Lille, 59000, Nord, France, avec Charles Henri de SAVARY, seigneur du Gâvre, né le 8 juillet 1749, Saint-Etienne - Lille, 59000, Nord, France, décédé le 25 juillet 1810, Lille, 59000, Nord, France (à l’âge de 61 ans), conseiller du roi, trésorier de France à la gouvernance de Lille.

·                                                             Charlotte Joseph VIRNOT, née le 21 septembre 1764, Saint-Etienne - Lille, 59000, Nord, France, décédée le 10 novembre 1812, Lille, 59000, Nord, France (à l’âge de 48 ans).
Mariée le 13 juin 1786, Sainte-Catherine - Lille, 59000, Nord, France, avec
François Emmanuel Désiré QUECQ, seigneur d'Henripret, né le 7 décembre 1756, La Madeleine - Lille, 59000, Nord, France, décédé le 14 août 1838 (à l’âge de 81 ans), Trésorier de France et général des finances, garde scel au bureau de la généralité de Lille le 13/5/1783, président de la fabrique de Sainte Catherine, bourgeois de Lille par relief du 30/12/1786.

·         Urbain Louis Joseph VIRNOT, Pierre Alexandre VIRNOT,  Hubert VIRNOT,                                                                                                                          Rose Marie VIRNOT, née le 11 janvier 1772, décédée le 15 novembre 1851, Saint-André - Lille, 59000, Nord, France (à l’âge de 79 ans).
Mariée le 3 novembre 1794 avec
jean Baptiste Joseph PROUVOST, né en 1765, La Madeleine, 59110, Nord, France, décédé le 7 mai 1797 (à l’âge de 32 ans). Mariée avec Marie Jean Charles GENNART, né en 1765, décédé le 12 février 1834 (à l’âge de 69 ans).

·         Jean Chrysostome Joseph VIRNOT, né le 1er juillet 1774, décédé.

·         Catherine Sophie VIRNOT, née le 15 janvier 1777, Sainte-Catherine - Lille, 59000, Nord, France, décédée le 5 juin 1859, Wazemmes - Lille, 59000, Nord, France (à l’âge de 82 ans). Mariée avec Dominique François VIRNOT, né le 13 octobre 1773, Saint-Etienne - Lille, 59000, Nord, France, décédé le 2 juillet 1833, La Madeleine - Lille, 59000, Nord, France (à l’âge de 59 ans), négociant salineur.

·          Louis Urbain VIRNOT, né le 23 novembre 1779, décédé le 20 septembre 1837 (à l’âge de 57 ans). Marié avec Aimée Joseph PROUVOST, née en 1775, décédée le 30 mai 1819 (à l’âge de 44 ans).

Pierre de Hauteville a été fonctionnaire ducal, tout comme son fils. Pourtant, en 1433, il obtint le droit de bourgeoisie à Lille, alors qu’il revêtait toujours la fonction de maître de la monnaie du duc. Son fils cependant, maître Pierre de Hauteville – qui devint maître des comptes à Lille – abandonna son droit de bourgeoisie.

Lotard Fremault renonça, quant à lui, au statut de bourgeois de Lille lors de son mariage, peut-être en raison de la fonction centrale qu’il visait.

 

Les lignages

D’une manière générale, les riches marchands dédaignent les artisans qui ne peuvent entrer dans la gilde. Eux, les patriciens, forment les familles appelées lignages. Ils ont leur propre blason et habitent dans un « steen ». Leurs fils servent à cheval dans les milices. « La caractéristique du gouvernement patricien c'est en outre l'hérédité du pouvoir, sa transmission de fait dans les mêmes familles ». En d'autres termes, il n'y a réellement de patriciat que le jour où il forme une classe sociale fermée. Il se constitue ainsi par l'extension du système de la cooptation, adopté en Artois pour la première fois en 1194 par les familles patriciennes d'Arras. Ce système va leur permettre de « monopoliser les charges échevinales et de les exploiter à leur convenance ».

 

Les quatre serments

Corps d’élite se sont formés au sein des milices pour défendre la plupart des villes ou prêter main forte au prince en cas de besoin  et rendre les honneurs dans toutes les circonstances solennelles pour rehausser l’éclat des cérémonies publiques

1 Les archers  2 Les arbalétriers  3 Les arquebusiers  4 Les escrimeurs.

La Confrérie des Arbalétriers de St Georges : « est l’unique dépositaire de la Tradition du Tir à l’Arbalète Historique dans la Vallée de la Lys. Forte de ses statuts de 1715 et des us et coutumes inchangés depuis près de trois siècles, elle accueille à ce jour 17 arbalétriers pour qui la camaraderie, l’amitié et la tolérance restent les bases primordiales de la pérennité des traditions arbalétrières à Bousbecque. Exigeant une neutralité absolue au point de vue politique, philosophique et religieux elle manifeste son appartenance au Patrimoine Culturel à la fois sur le plan « immatériel » en perpétuant les « traditions »,  « mots » et « expressions » historiques sur le Pas de Tir ainsi que sur le plan « matériel » en entretenant des armes datant des siècles derniers et en les maintenant en état de fonctionnement. Chaque Confrère est engagé par son serment à respecter ses aïeux et l’héritage qu’ils nous ont laissé, en:

- Perpétuant les traditions ancestrales des Gildes, Serments et Confréries, - Participant aux fêtes et rencontres amicales entre confrères d’autres régions et pays. - Encourageant par parrainage la pratique du tir à l’arbalète historique - Entretenant entre les adhérents l’esprit de confraternité, de tolérance et d’esprit civique, recherchant, selon ses moyens, dans un but historique et culturel tout objet ou arme,  ayant un rapport direct à l’histoire arbalétrière dans notre région.

L’usage de l’arbalète remonte en Flandres, à des temps très anciens. Autrefois regroupés en Guilde ou « Gilde » , les arbalétriers servaient le seigneur, en défendant propriétés et châteaux, ainsi d’ailleurs que leurs propres biens. Ces Guildes furent réorganisées sous le règne de Charles Quint (1500-1558) qui avait reçu à la mort de son père, en héritage bourguignon, la Flandres, l’Artois et la Franche-Comté. Elles prirent chez nous le nom de « Confréries» , la plupart d’entre elles se plaçant sous le Patronage de St Georges. Celles ayant juré fidélité et allégeance au seigneur, prince ou duc, prenaient le nom de « Serments», « gilde » : issu du latin médiéval « Gilda », et de l’ancien néerlandais « gulde », équivalent de troupe, corporation... En 1576, Philippe II, à la fois Comte de Flandres, Roi d’Espagne et souverain des Pays Bas, accorda à la Confrérie St Georges de Tourcoing (8 km de Bousbecque) un certain nombre de privilèges. La Flandre venait, en effet, de subir les terribles dévastations des gueux et ce souverain vit probablement dans l’organisation de cette milice bourgeoise un moyen de défense contre le retour toujours possible de pillages et désordres. (extrait des « Gildes Tourquennoises » J.E Van Den Driessche). Un autre texte ancien fait état de la présence en 1591 de Gens en armes de Bousbecque, montant la garde le long de la Lys en compagnie de celles de Linselles, Halluin et Tourcoing, la ville de Menin étant assaillie par les mutinés d’Ostende. (Selon Rembry - Histoire de Menin, Bruges, Gaillard 1881). Le premier concours recensé à ce jour s’est déroulé en 1326 à Bapaume, dans le Nord de la France, où 25 compagnies d’arbalétriers se disputèrent les joyaux mis en compétition. (Extrait des « concours de tir à l’arbalète des Gildes Médiévales » par Marc De Schriver et C. Dothée). C’est dire que le jeu de Tir à l’arbalète a coexisté depuis le début avec l’arme de guerre, la même arbalète servant aux deux usages. Dès l’arrivée dans nos campagnes des armes à poudre (arquebuses et mousquets), le côté belliqueux des arbalètes fut totalement supplanté par le caractère ludique pour ne devenir qu’une arme de jeu, loisir qui s’est perpétué par la suite jusque dans les arrières salles des estaminets de la région et ce, jusqu’à la dernière guerre mondiale. La nature et la fabrication même de ces armes de jet devenues des objets de loisirs n’ont pas été modifiées depuis des siècles et sont restées fidèles à l’esprit de celles utilisées à la défense de nos villes et villages par les milices bourgeoises du 16 ème siècle. Dotée de ces armes minutieusement entretenues, notre Confrérie perpétue cette précieuse activité de « Tir à l’Horizontale », en opposition au « Tir à la Verticale ou sur Perche (mât) », pratiqué avec des armes plus légères. Le dernier règlement de la Confrérie en notre possession date de la fin 18ème - début 19ème.

Les métiers ou corporations

Les produits destinés à l’usage courant et au commerce sont fabriqués dans de petits ateliers par des artisans qui travaillent pour des patrons. Seuls ces patrons jouissent d’une certaine aisance. Peu rétribués, les ouvriers vivent misérablement. Aussi tous ceux qui exercent la même profession décident-ils de s’unir en confrérie pour aider les camarades nécessiteux.

Voici, à titre d’exemple, l’organisation du métier des ébénistes, à Bruxelles.

Il est administré par 4 jurés, ainsi appelés parce qu’ils jurent de garder et de faire respecter le règlement selon le droit et la justice, de ne favoriser ni négliger personne. Le métier comprend des maîtres, des compagnons et des apprentis. L’apprenti peut débuter à l’âge de 15 ans ; il doit payer un droit d’entrée. Il apprend alors le métier pendant 3 ans. Il est logé et nourri par son patron mais ne reçoit pas de salaire. L’apprentissage terminé, il devient compagnon, c’est-à-dire ouvrier, à condition de faire, devant les jurés, la preuve de ses capacités. On lui impose un chef-d’œuvre : c’est la fabrication d’un buffet pentagone.

L’ouvrier reste compagnon s’il est pauvre ; mais s’il a les moyens de s’installer, il devient maître, à condition encore de payer un droit d’admission très élevé. Le règlement du métier est sévère. Ainsi, un maître ne peut avoir qu’un atelier et qu’une boutique : il ne peut engager qu’un apprenti et 3 ouvriers au plus. Les salaires sont fixés par les jurés. Il n’est pas permis de travailler en dehors des heures prescrites. Les jurés sont chargés de faire observer le règlement. Ils se rendent au domicile des maîtres et des compagnons et dans les ateliers ; ils inspectent les objets fabriqués. Ils infligent de fortes amendes pour toute infraction : la punition la plus grave est l’interdiction de travailler. Chaque corporation détenait un monopole de fabrication ou de vente. Par exemple : nul ne pouvait tisser s’il n’appartenait à la corporation des tisserands.

 

Les gildes et les hanses (ghilde, carité, frairie ou hanse))

Peu à peu les confréries s’organisent à la manière de la gilde. On les appelle alors métiers ou corporations. Certaines grandes villes pouvaient compter jusqu’à 55 métiers différents.

Chaque corporation possédait :

Un local de réunion (sa maison) Une caisse d’assistance commune Une bannière Un sceau Des règlements Une chapelle Un saint patron.

 La classe des marchands s’étant peu à peu disciplinée et enrichie, elle éprouva le besoin de s’organiser et de former des groupements d’entraide pour accaparer le monopole du commerce en gros. Les gildes étaient nées et permettaient à leurs membres : De réunir des capitaux plus importants  De diminuer les risques : brigandage, pirates, naufrages, rançons exigées par certains seigneurs, De répartir les pertes  D’assurer la défense commune  Très puissantes, elles allaient bientôt exercer un véritable despotisme économique et politique. Par exemple : Elles s’étaient octroyé le monopole pour l’achat en bloc les laines anglaises  Elles revendaient ces laines aux fabricants de draps. Elles rachetaient les draps fabriqués au prix qu’elles avaient préalablement fixé et les revendaient à l’étranger 

Le despotisme des gildes

La gilde se met-elle à revendiquer des privilèges, c’est-à-dire des avantages exceptionnels qui permettront le développement de ses activités. Les gildes marchandes groupent exclusivement les marchands d’une même ville. Mais des associations de marchands issus de plusieurs villes s’y superposaient parfois : ce sont les hanses. En Belgique est créée la hanse flamande de Londres qui regroupe tous les marchands de Flandre qui pratiquent l’achat de laines anglaises à Londres. De même, les cités bordant la Mer Baltique s’unissent pour constituer la Hanse Teutonique dont le trafic se prolonge vers Bruges.

Les hanses se réservent le monopole économique et possèdent même parfois une puissance militaire.

 

Les foires et les marchés

Les marchandises étaient d’abord vérifiées par les autorités du métier et de la commune qui en fixaient le prix. Puis on les exposait en vente sur le marché public qui se tenait le plus souvent dans des halles. Chaque négociant y avait sa place mesurée. Mais il lui était défendu d’appeler les acheteurs et surtout de les tromper en utilisant de faux poids par exemple (puni par la peine de mort !). Les produits étaient également vendus dans les foires qui se tenaient à jour fixe dans diverses localités. fort nombreuses, elles servaient de rendez-vous à une foule d’acheteurs et de vendeurs.

 

Liens commerciaux avec l’Europe

A la multiplication des besoins correspondaient un accroissement régulier du potentiel de la production.

Au 11e siècle, la beauté des tissus fabriqués en Flandre était largement répandue en France, en Angleterre, en Scandinavie, en Allemagne et en Russie. Les marchands qui fréquentaient les foires flamandes et wallonnes qui se succédaient pendant toute la partie de l’année où les routes étaient praticables, bénéficiaient :

de la franchise d’arrêt : « amnistie » des sanctions pour délits pendant la présence à la foire  

de l’exception des droits d’aubaine : les étrangers n’étaient redevables d’aucune taxe sur leurs propres biens    

de l’exception des droits de représailles : aucun droit de saisie à l’encontre des marchands.

 

Liens commerciaux avec l’Orient

Le mouvement des croisades ouvrit largement un marché nouveau à l’expansion économique des régions flamandes : le monde méditerranéen. L’Orient manquait de tissus et d’armes que Flamands et Wallons pouvaient fournir aux marins vénitiens, pisans et génois, tandis que l’Europe était avide d’épices, de parfums, de soies et de bijoux orientaux.

Le port de Bruges était fréquenté par de nombreux marchands qui chargeaient la production locale et déchargeaient des produits de luxe et autres marchandises. S’installent à Bruges des représentants des grandes maisons d’Allemagne, de France, d’Espagne, d’Angleterre et d’Italie. Bruges devint ainsi le plus important marché du Nord de l’Europe, rivalisant avec Venise. Mais Bruges était aussi un centre international de paiement et de crédit. Les banques italiennes y faisaient une bonne partie de leurs opérations et y négociaient leurs lettres de change.

 

La monnaie

Au fur et à mesure que se développait le commerce, la monnaie faisait l’objet de conventions internationales pour en stabiliser le cours. Et ce n’était pas un luxe !

Voici à titre d’exemple, ce que l’on trouvait dans les comptes de l’abbaye de Ryckel près de Tongres : des écus de Liège et de Louvain, des monnaies allemandes, anglaises ou françaises, des deniers de Saint Trond, des deniers de Hollande, des deniers de Cologne, des deniers Sterling, des deniers Tournois.

Importance du rôle des changeurs, fonctionnaires communaux, ils sont chargés de toutes les opérations, y compris celle qui consiste à éliminer les pièces fausses ou mauvaises qui abondent. Les Lombards, eux, se spécialisent dans les prêts financiers et s’implantent si solidement en Belgique qu’on les voit devenir d’opulents propriétaires terriens. Les taux des prêts qu’ils consentaient étaient à la fois variables et très élevés : Au 13e siècle, les villes empruntaient à 14 ou 20 % Les petites cités devaient payer jusqu’à 43 % Au 15e siècle, Bruges empruntait à 15 ou 24 % Mais le taux atteignait parfois 100 voire 130 % !!!!!!!!!

Ayant acquis de nouveaux droits, les villes bénéficient d’une grande autonomie.

Elles deviennent des Etats dans l’Etat :

Elles ont elles-mêmes des vassaux  

Elles étendent leurs lois et leur juridiction sur les petites villes et le plat-pays environnant.

Les plus grandes communes obtiennent le droit de surveiller les institutions charitables 

de nommer les curés de leurs paroisses 

d’organiser un enseignement municipal ;

dans plusieurs villes, la bourgeoisie enleva la direction de certaines écoles au clergé et à son délégué, l’écolâtre de porter des armes lorsque leurs bourgeois voyagent. Mais les bourgeois obtiennent surtout le droit de s’administrer eux-mêmes, même si le seigneur garde un pouvoir de contrôle par l’intermédiaire de son délégué.

 

Les villes flamandes et leurs spécialités

L’industrie drapière flamande prit son essor à la fin du 11e siècle. Grâce à leur technique impeccable, Gand et Ypres fabriquaient des draps renommés à l’étranger pour leur solidité, leur couleur et leur finesse. Ces beaux tissus flamands se fabriquaient avec des laines anglaises que les gildes de riches marchands s’occupaient d’acheter à des conditions favorables. Dès qu’une ville prenait de l’importance, elle tendait à s’assurer un privilège d’étape, ou droit de recevoir seule certaines denrées ou produits manufacturés, de les entreposer, puis d’en faire la distribution ailleurs.  Bruges a acquis l’étape des laines anglaises, Gand a acquis l’étape des blés, Damme d’abord, Middelburg ensuite, auront le monopole d’achat et de vente des vins de France.

 

Bruges

L’admirable prospérité de la Flandre fut à son point culminant par l’épanouissement du port de Bruges en communication avec l’estuaire du Zwin et, par des canaux, avec les villes de Gand, Damme et L’Ecluse. Grand entrepôt du commerce européen, elle fut surnommée la « Venise du Nord ». Les marchés se traitaient dans la ville même ; les marchandises étaient débarquées, échangées, embarquées comme fret de retour notamment dans les avant-ports de Damme et de L’Ecluse. Voici, à titre d’exemple, quelques marchandises qui transitaient par Bruges. A tout seigneur tout honneur : les draps des villes de Flandre La laine des Anglais. Des poissons fumés et salés ainsi que des bois flottés étaient amenés par les Scandinaves. De l’ambre et des fourrures provenaient de Russie  Des vins, des fruits, du sel de la côte atlantique, des huiles, des laines et du fer provenaient d’Espagne et du Portugal. Des draps d’or étaient amenés par les Lombards, les Pisans et les Florentins. Quant aux Vénitiens et aux Génois, grands voyageurs, ils nous apportaient des soieries, de l’alun, des métaux précieux, des épices, des parfums et des animaux exotiques qu’ils avaient achetés aux Arabes, Indous, Malais et Chinois. Tous ces négociants et courtiers, provenant de 32 nations différentes, jouissaient d’une indépendance complète et possédaient leurs propres comptoirs. Le caractère cosmopolite du port de Bruges s’accentua encore par la création d’une quantité de bureaux de change, puis de banques, où les financiers lombards et languedociens exercèrent une industrie très lucrative. Enfin, la foire de Thourout était la plus fréquentée, non seulement de la Flandre, mais également de l’ensemble des principautés belges. Les foires d’Ypres et, bien sûr, de Bruges étaient également renommées.

 

Quid des campagnes ?

Les paysans, eux aussi, s’unissent en associations de secours mutuel. L’ancienne communauté domaniale, soumise au seigneur ou à l’abbaye, est remplacée par le village avec son maire et ses échevins.

Pour enrayer l’exode des campagnards vers les villes, les dynastes octroient aux villages d’avantageuses chartes rurales (exemple : la loi de Beaumont qui apporte une amélioration notable dans la condition des personnes).

 

XIII°-XV° siècle : Les ducs de Bourgogne

Pendant 1 siècle (1369-1477) Les ducs de Bourgogne  le roi de France Jean II le Bon recherche des alliances contre son ennemi le roi d’Angleterre, en échange de la restitution de la Flandre, crée donc un nouvel apanage ducal bourguignon pour son fils préféré, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne avec la fille du comte de Flandre Louis de Maele en 1369, premier des fameux duc de Bourgogne+ Flandres) : l’État bourguignon se développait beaucoup plus vite que la France, en peu de temps créer une « identité nationale » spécifique.es rapports commerciaux  étant de plus en plus suivis, cette forme de gouvernement des villes italiennes a été imitée par les villes flamandes au début du XIII° siècle. Aux deux côtés des Alpes, le point de départ de la fortune de ces lignages est la possession de la terre ou l'exercice d'une fonction auprès d'un détenteur du pouvoir public, sources d'un certain revenu, dont on dispose au XI° siècle pour l'exercice du négoce ou de l'usure. Si ces puissants patriciens ont pu commettre des  abus de pouvoir (tel que Jehan Boinebroke à Arras), ils ont incarné une grande civilisation.

 

A Au XIV e siècle et tout au long de la période bourguignonne, une tendance à l’autonomisation de cet « État des fonctionnaires » s’est prolongée. « Nouveau groupe social », issu principalement de la bourgeoisie, ce groupe se caractérisait par l’endogamie et par une tendance naissante à former des castes, soit une préfiguration de la « noblesse de robe » plus tard, où la fonction devait conduire aussi juridiquement à l’anoblissement. Ces familles profitent savent toujours user des circonstances internationales favorables, en particulier des nouvelles relations commerciales entre Flandre et Italie, pour ajouter les ressources du commerce à celles de leurs biens fonciers et pour « porter le renom de la famille à un degré éminent » et conserve parfois sa puissance jusqu'au XV° siècle.

«  Les noms des hommes ont une importance inouïe, une importance qui leur échappe, parce qu’elle est au-dessus de leur intelligence. Leur nom parle leur être; c’est leur substance qui se trahit. » Ernest Hello

La grande prospérité de l’industrie drapière avait donné naissance à une classe dirigeante nouvelle : le patriciat qui s’octroya d’inadmissibles monopoles commerciaux, exploita bassement les ouvriers et s’empara de tous les leviers de commande politiques.

 

B Mais il y eut des crises sociales en Flandre, d'abord à la fin du XIII° siècle, puis en Italie : augmentation de la population urbaine ; fermeture de nombreux  débouchés au commerce flamand et italien. Ces crises n'ont pas uniformément entraîné la décadence de ces dynasties de grands bourgeois. A la fin du XIII°et du XIV°s : en Italie comme en Flandre, on observe la même manière de composer ici et là avec les forces démocratiques organisées. La plèbe urbaine, constituée d’ouvriers et d’artisans groupés en corporations, végétait dans la misère. Elle était pressurée de lourds impôts et menacée de mort ou de bannissement sous le moindre prétexte. De violentes révoltes partirent de Bruges et se propagèrent dans diverses villes de Flandre. Le comte de Flandre prit résolument le parti du commun contre celui des patriciens qui appelèrent Philippe le Bel au secours. L’aristocratie de Flandre est appelée les Leliaerts.

 

C C'est ainsi qu'à Venise et à Arras, la décadence est retardée, soit en développant la draperie, soit en cherchant une compensation dans le vin et la haute lisse. Mais similitudes enfin, dans l'aspect de la décadence politique de ces patriciens lorsque les villes furent privées de leur ancienne indépendance, par les princes centralisateurs des états modernes. Le synchronisme entre l'établissement d'une voie commerciale reliant l'Italie et la Flandre, et le développement des villes aux deux extrémités de cette voie, constitue un des thèmes favoris de l'histoire de l'Europe occidentale au Bas Moyen Age. Ce sont précisément les hommes qui ont organisé ces échanges qui ont en même temps « informé » la civilisation urbaine. Il ne s'agit donc pas ici de la classe bourgeoise prise dans son ensemble, mais de sa fraction la plus puissante par l'argent et le pouvoir politique : du patriciat urbain. Il semble bien que l'on puisse retenir des similitudes: aux deux côtés des Alpes, le point de départ de la fortune de ces lignages est la possession de la terre ou l'exercice d'une fonction auprès d'un détenteur du pouvoir public, sources d'un certain revenu, dont on dispose au XI° siècle pour l'exercice du négoce ou de l'usure. J. LESTOCQUOY. Aux origines de la bourgeoisie : les villes de Flandre et d'Italie sous le gouvernement des patriciens (XIe- XVe siècles). Paris, Presses universitaires de France, 1951. R. Doehaerd.


La cour princière

Il s’agit d’une caractéristique universelle de l’État moderne « pré-bureaucratique » et « pré-bourgeois » du type monarchique en Europe occidentale. Même pour une institution devenue déjà fortement indépendante de la volonté royale comme le Parlement de Paris, il semble avoir été très difficile de résister à la pression du solide réseau que constituait la cour de France. À côté du réseau du roi même, il faut en France compter aussi avec ceux des grands princes (comme ceux d’Orléans, de Berry et, bien sûr, de Bourgogne). Dans cette optique, la cour bourguignonne doit avoir été le centre nerveux de tous les réseaux de l’État bourguignon.  En Hollande aussi, région plus décentrée que la Flandre... La cour princière était à la fois un espace privé et public. Bourdieu décrit cette institution comme une « confiscation » patrimonialisme du capital social et symbolique à l’avantage du prince.


Suprématie des métiers

Après la Bataille des Eperons d’Or, il fallut admettre les revendications des métiers. Elles équivalaient à une véritable révolution sociale. Sous l’impulsion de la weverie, c’est-à-dire de la corporation des tisserands : Les odieuses réglementations du travail imposées par le patriciat furent supprimées. Il fut mis fin au monopole commercial des gildes  La liberté des professions fut établie. Ceci signifiait que désormais tisserands, foulons et teinturiers pouvaient, comme les autres corporations : Se procurer les matières premières,  avoir leurs locaux,  Se procurer des outils, vendre eux-mêmes leurs draps à l’étranger.  La poorterie avait, d’autre part, été exclue des échevinages. Pour avoir accès aux fonctions publiques, il fallait au préalable être inscrit sur les registres d’un métier. Toutefois, lorsque Robert de Béthune revint au pouvoir, il resta fidèle à son rôle de médiateur et fit rentrer un certain nombre de patriciens dans les échevinages …

 

Jusqu’en 1450, Bruges

demeura le rendez-vous international du grand commerce et constituait le plus grand marché bancaire de l’Occident. Par la suite, elle fut atteinte par l’ensablement progressif du Zwin et vit, en outre, les marchands étrangers rejeter peu à peu son organisation corporative rigide et préférer aborder et s’établir à Anvers située sur l’Escaut que le hasard d’une inondation avait élargi avec bonheur.

Anvers

avait reçu des ducs de Brabant les étapes du poisson, du sel et du blé. Par ailleurs, l’essor de la draperie brabançonne et malinoise lui avait ouvert d’intéressantes perspectives. Un bel avenir s’ouvrait aux habitants du port qui se mettaient à l’œuvre en utilisant des méthodes nouvelles : En 1460, ils fondèrent une bourse de commerce, le premier établissement de ce genre en Europe   La liberté commerciale y était observée avec le respect d’un dogme. Cette liberté ne concernait toutefois que le grand commerce international ; les métiers traditionnellement exercés par les Anversois restaient soumis aux réglementations corporatives.

Décadence de la draperie urbaine et progrès de la draperie rurale

Affaiblis par leurs luttes contre Philippe le Bon et par leurs querelles intérieures, les centres drapiers urbains protectionnistes virent approcher la ruine. De nombreux ouvriers s’étaient réfugiés en Angleterre où ils avaient implanté leur industrie, et spécialement le tissage des draps. Ils y étaient si nombreux que les laines anglaises furent utilisées sur place et ne furent plus expédiées dans les Pays-Bas. En outre, les Anglais travaillaient à bon marché et l’industrie des Pays-Bas ne put soutenir leur concurrence.

Mais pendant qu’Ypres et Gand s’appauvrissaient, de nouvelles industries rurales, nées dans les petites villes et les campagnes s’épanouissaient sous l’égide de la liberté économique. Ne pouvant s’approvisionner en laines anglaises, ils sont allés acheter des laines espagnoles et portugaises convenant particulièrement pour la fabrication des tissus légers et de fantaisie tels que les sayettes. La sayetterie devint ainsi la spécialité de l’industrie rurale et lui assura la prospérité durant 2 siècles.

L’industrie drapière urbaine en décadence tenta de se relever en adoptant la sayette mais en vain … les villes drapières vont cependant réagir à la crise qui les épuisait et lancer le lin, la dentelle et la tapisserie. Quelques-unes se spécialisèrent plus spécifiquement : Gand, qui avait conservé l’étape des grains, resta un centre de batellerie important pour le transport des céréales  A Bruxelles, où résidait la Cour bourguignonne, on s’orienta vers l’artisanat de luxe ; Bruges devint une place de banquiers.

 

Les principautés flamandes suscitent bien des convoitises car elles sont riches et prospères. Le roi de France ne les quitte pas des yeux et recherche des alliances afin de se prémunir contre son ennemi de toujours : le roi d’Angleterre. C’est dans cette optique qu’il négocie le mariage de son fils, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne avec la fille du comte de Flandre Louis de Maele. Le destin des provinces belges est en marche …

Quelques décennies plus tard, toutes les principautés seront bourguignonnes à la mort de Charles le Téméraire en 1477.

Par son mariage avec Maximilien d’Autriche, Marie de Bourgogne, fille de Charles le Téméraire, passe la main à une nouvelle dynastie : celle des Habsbourg. Avec elle, nous quittons le Moyen âge et franchissons le seuil des Temps Modernes.

La politique centralisatrice des ducs de Bourgogne

A la veille de la période que l’on allait appeler « Temps modernes », il devenait impérieux de rationaliser la gouvernance des diverses possessions bourguignonnes afin de la rendre plus efficace. Philippe le Hardi dans un premier temps, mais surtout Philippe le Bon, vont s’atteler à cette tâche.

Toucher aux traditions médiévales exclusivistes telles que les privilèges, monopoles ou autres immunités, n’allait pas tarder à engendrer, comme nous le verrons plus loin, des émeutes et des conflits. Aussi Philippe le Bon comprit-il que s’il voulait garder l’affection de ses sujets, il devrait maintenir les institutions régionales et se borner à leur superposer des institutions centralisatrices de contrôle. Il allait réaliser son projet avec un certain doigté …

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

La tapisserie

Arras semble tout monopoliser jusqu’en 1445 environ. Puis on tisse à Tournai, mais aussi à Arras. Si le duc de Bourgogne délaisse les capitalistes d’Arras et leur commerce, les princes italiens s’adressent à Arras, à Lille et à Tournai, trois villes très proches où la production est abondante;  je ne dirai pas villes rivales. Le fait de la récente frontière qui sépare amicalement Tournai des deux autres villes fait oublier leurs liens du XVème siècle.»

Le licier lillois, fabricant de Lille, Jean Le Haze, (né en 1440?  à Lille, † après 1472?  à Bruxelles), ou Le Hase, est un tapissier et marchand brabançon origi-naire de Flandre; il fut appelé par Philippe le Bon à Bruxelles pour tisser vers 1466 une Mille-Fleurs por-tant les armes et emblèmes du duc de Bourgogne (Musée historique, Berne) et dont la facture est cer-tainement beaucoup plus révélatrice de ce qui se tissait alors à Lille qu'à Bruxelles.

Philippe-le-Bon fit tisser de nombreuses tapisseries en Flandre. Il commanda notamment huit pièces de tapisserie de verdures à Jehan le Hase, Jean de Haze (1440? à Lille, † après 1472?  à Bruxelles), ou Le Hase, tapissier et marchand brabançon originaire de Flandre.

 Les centres de production se situaient en cette seconde moitié du XVe siècle dans les villes du nord qui se sont reconverties, au cours du XIVe siècle, de l’ industrie drapante dans celle de la tapisserie afin d’éviter de laisser des bras sans emploi. Audenarde, Arras, Bruges, Lille, Tournai et surtout Bruxelles s’affirmèrent bientôt comme des hauts centres de fabrication.

De même à Lille, le licier arrageois Robert Poisson élaborera la tapisserie de « l’ Apocalypse» d'Angers ».

Environ 12.000 personnes de la région du Nord travaillaient dans cette industrie. Un siècle plus tard, ils sont 20.000. Les plus grands artistes de l’ époque en font les dessins (Rubens…).

La fabrication de la haute et de la basse lice était interdite en dehors de Bruxelles, Louvain, Anvers, Bruges, Audenarde, Alost, Enghien, Binche, Ath, Lille, Tournai et des autres cités franches, où le métier était réglé par les ordonnances.

La ville de Tournai figure parmi les grandes cités industrielles en dehors desquelles l’ édit de 1544 interdisait la fabrication de la tapisserie. Toutefois les statuts de la corporation des hauteliceurs, souvent renouvelés et confirmés,  ne font pas mention d'une marque propre aux ateliers tournaisiens.

Les grandes villes de la Flandre méridionale, Lille et Valenciennes, ne paraissent pas avoir possédé d'ate-liers de haute lice au XVI° siècle.

A Lille, les hauteliceurs, qui étaient au nombre de vingt-deux en 1539, ne formaient qu'une corporation avec les bourgeteurs et les tripiers de velours. Une ordonnance rendue dans cette ville, en 1595, prouve que notre industrie y comptait plusieurs représentants. Cette ordonnance interdit le métier de la haute lice à tout individu qui n'était pas franc-maitre de Lille ou de Douai, et astreint tous les tapissiers de la localité à coudre ou leur enseigne ou leur nom sur les pièces fabriquées par eux.
La ville de Tourcoing parait avoir possédé des tapissiers au XVII° ou au XVIII°siècle. M. Houdoy a décrit une belle pièce représentant une Fête champêtre, signée:Lefevre-Tourcoing.

Aux ateliers des XVe et XVIe siècles à Lille succédèrent des ateliers au XVII° mais n'eurent qu'une durée éphèmère. Joris Blomaert, qui présente une requête en 1677, établit des métiers à Lille vers 1680;  il les abandonne, vers 1684. Ensuite les métiers de Pannemacker subsistèrent durant une cinquantaine d'années ainsi que l’ atelier de Guillaume Warniers.

Après le décès de Warniers (1738), l’ activité végéta. Etienne Deyrolles essaya de rénover en 1780 les ateliers mais en vain. De nombreuses Tesnières furent tissées à Lille.

En 1634, Vincent Van Quilkelberghe, d'Audenarde, importe à Lille la fabrication de la tapisserie façon d'Audenarde; il était venu chercher fortune à Arras vers le commencement du XVII° siècle. Il ne trouva pas dans cette ville les ressources qu'il espérait, et, en 1625,nous le voyons fixé à Lille. Le magistrat lui accorde une pension annuelle de 100 florins, à la condition qu'il enseignât son métier à quatre enfants pauvres. Cette pension fut continuée aux fils de Vincent, Jean Van Quilkelberghe et Emmanuel Van Quilkelberghe, venus à Lille à la suite de leur père.

En 1637, Emmanuel van Quickelberghe part pour Mortlake

En somme, pendant le cours du XVII° siècle, la brillante industrie qui avait fait la fortune et la gloire des Pays-Bas sous le règne de Charles-Quint se montre en décadence dans tous les centres flamands.

Et pourtant, à Lille, sous les règnes de Louis XIV et de Louis XV, Cabillau,  Pennemaker, Destombes, Melter, Werniers (Guillaume Werniers, gendre de Jean de Melter et son successeur, travaillait à Lille en 1701) et autres donnent une grande extension à cette industrie artistique.

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Culture

Les ducs aiment le luxe, le faste et la richesse. Ils organisent leur cour en conséquence, s'entourent d'une noblesse soumise (création de l'ordre de la Toison d'or pour récompenser les nobles fidèles), organisent des fêtes fastueuses pour divertir cette cour.

Sur le plan vestimentaire,

la mode est au pourpoint court, à la coiffure « en bol » et aux chaussures « à la poulaine » pour les hommes ; les femmes se coiffent de hennins et leurs robes ont de longues traînes.

Les ducs sont de grands protecteurs des arts et des artistes :

Architecture :

Les artistes ne travaillent plus exclusivement pour l'Église, mais aussi pour de riches particuliers. Le style ogival (ou gothique) caractérise encore les XIVe et XVe siècles, mais il subit une évolution : les formes sont de plus en plus légères ("dentelle de pierre"), les lignes donnent l'impression de flammes (d'où le nom de "gothique flamboyant"). Les exemples sont nombreux en Belgique : hôtels de ville de Bruxelles, Louvain, Audenarde, Bruges, cathédrale d'Anvers, etc.).

Elle supplante peu à peu la miniature, qui sert encore à illustrer les livres manuscrits (par ex. « La Bible moralisée de Philippe le Hardi »). Elle connaît un développement particulièrement important. On peint sur des panneaux de bois et de toile et on utilise la peinture à l'huile (qui fixe la couleur). La perspective est mieux rendue et les peintres font preuve d'un grand souci de précision (visages, tissus…). Les sujets restent essentiellement religieux.

Plusieurs peintres originaires des Pays-Bas marquent cette époque et illustrent la « Renaissance » flamande. Il s'agit par exemple de Jan Van Eyck (L'agneau mystique, Vierge au chanoine Van der Paele), de Rogier van der Weyden (appelé aussi de le Pasture) (Les sept sacrements, Portrait de Philippe le Bon), de Dirk Bouts (La dernière Cène, La justice d'Othon), de Jérôme Bosch (Le jugement dernier) de Hans Memling, Gérard David, etc.

Sculpture :

Statues décorant les églises, les monuments publics et les tombeaux. Le sculpteur le plus connu est Claus Sluter (puits de Moïse à Dijon en Bourgogne).

Les bourgeois aussi se soucient de plus en plus de l’élégance de leurs demeures. Elles donnent sur la rue par des arcades et sont surmontées d’un étage garni de fenêtres richement décorées et couvert d’un toit en appentis. L’étage est desservi par des escaliers logés dans une tourelle. Le luxe vise au pittoresque et fuit toute symétrie.

L’enseignement

L’instruction connaît de nouvelles possibilités de développement.

La nouvelle congrégation des Frères de la Vie Commune apporte un sang nouveau à l’enseignement dans les villes. Leurs conceptions pédagogiques écartent des études les subtilités philosophiques pour mettre l’accent sur un enseignement plus pratique que celui qui était donné jusqu’alors. Ouverts aux nouveautés, ils sont les premiers à avoir recours, en 1473, à l’imprimerie mise au point par Gutenberg.

Désireux de former sur place les élites et les fonctionnaires, le duc de Brabant obtient du pape Martin V l’autorisation de fonder, en 1425, l’Université de Louvain. On y enseigne le droit, la médecine et les arts. En 1432 la faculté de théologie ouvre ses portes. L’Université de Louvain dispense des cours en latin qui attirent rapidement de nombreux étudiants ; elle sera appelée à devenir l’une des plus célèbres d’Occident.

 

Les temps modernes

La période espagnole

1) Pays bas espagnols  souveraineté des Habsbourg du XVe au XVIIIe siècle. Marie de Bourgogne, fille unique Charles le Téméraire (1433-1477), épouse en 1477, avec l'archiduc Maximilien d'Autriche, grand-mère de Charles Quint. Leur dynastie s'y maintint jusqu'en 1795. Marguerite de Habsbourg, tante de l'empereur Charles Quint qui lui confia la gouvernance des Pays-Bas. L’avènement de Charles Quint Pays-Bas grand âge d’or. naquit à Gand en 1500. Il hérita des maisons de Bourgogne, de Habsbourg et d'Espagne. poursuit la politique centralisatrice des ducs de Bourgogne tout en respectant les privilèges territoriaux. Grand Privilège des Pays-Bas prévoyait : suppression de toutes institutions centralisatrices des ducs de Bourgogne, remise en vigueur de tous les anciens droits, des provinces, des villes et des métiers. La soumission, par le pouvoir central, des déclarations de guerre et des autres actes importants au consentement préalable des Etats Généraux et provinciaux. création d’un collège supérieur de surveillance, le Grand Conseil, représentants de tous les Etats de la Maison de Bourgogne. Les Etats Généraux : sorte de représentation nationale. i l’ère des Temps Modernes s’ouvre classiquement à la chute de l’Empire Romain d’Orient ou à la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, elle représente aussi un travail persévérant et systématique de la part des souverains pour mettre en place une politique de centralisation unifiant les anciens fiefs en un tout, non seulement territorial mais également administratif, monétaire, économique et politique.

Une charte, connue sous le nom de Grand Privilège des Pays-Bas prévoyait :

La suppression de toutes les institutions centralisatrices des ducs de Bourgogne, à commencer par le Grand Conseil de Malines

La remise en vigueur de tous les anciens droits, privilèges, coutumes et usages des provinces, des villes et des métiers

L’octroi aux Etats, tant provinciaux que généraux, du droit de réunion spontanée

La soumission, par le pouvoir central, des déclarations de guerre et des autres actes importants au consentement préalable des Etats Généraux et provinciaux.

La création d’un collège supérieur de surveillance, le Grand Conseil, composé de représentants de tous les Etats de la Maison de Bourgogne

L’emploi de la langue nationale comme instrument officiel dans chaque partie du pays

A la lumière de ce qui précède, force serait de conclure que le rassemblement territorial opéré par les ducs de Bourgogne allait être remis en cause. Il n’en a pas été ainsi ! Les provinces des Pays-Bas allèrent même jusqu’à ne plus vouloir se contenter d’une simple union personnelle dans le chef d’un souverain commun … Pour la première fois dans l’histoire du pays, l’opinion publique appréciait de pouvoir s’exprimer par le biais de ses représentants dans les instances communes suivantes :

Le Grand Privilège : sorte de Constitution commune

Le Grand Conseil : sorte de pouvoir exécutif commun

Les Etats Généraux : sorte de représentation nationale

Traité d’Arras (23-12-1482) : il laisse à la France le duché de Bourgogne ; il laisse à la Flandre les châtellenies gallicantes ; L’Artois et la Franche-Comté sont donnés en dot à Marguerite d’Autriche promise en mariage au dauphin Charles. Comme Marguerite n’est âgée que de 2 ans, le traité stipule qu’elle sera élevée à la Cour de France. Maximilien doit en outre consentir que l’éducation de son fils Philippe soit confiée au Conseil de Régence sous le contrôle immédiat des Trois Membres de Flandre

Nouvelles actions flamandes

Une nouvelle guerre contre la France (1487) suivie de lourdes impositions, raviva la rancune des Flamands. Alors qu’il se rendait à Bruges, Maximilien fut fait prisonnier. Le 23 mai 1493, le Traité de Senlis rendit à Maximilien l’Artois et la Franche-Comté. Le roi de France, désormais hanté par le désir de conquérir l’Italie, ne s’intéressait plus aux Pays-Bas.

 

L’avènement de Charles Quint

Sous son règne, les Pays-Bas vont vivre leur grand âge d’or. Cet héritier de l’Etat bourguignon, des couronnes espagnoles et des possessions habsbourgeoises entretiendra sa vie durant un important lien affectif avec son pays natal …Charles Quint poursuit la politique centralisatrice des ducs de Bourgogne tout en respectant les privilèges territoriaux auxquels il avait juré fidélité à son avènement.

Le règne de Charles Quint s’inscrit dans une phase de prospérité. L’économie, fondée sur les échanges de plus en plus intenses, passait pour être la plus moderne de l’Occident à cette époque.

 

Anvers

Bruges fut définitivement détrônée en tant que centre économique par la jeune métropole anversoise. Déjà sérieusement menacée par l’ensablement du Zwin, elle avait reçu le coup de grâce lorsque Maximilien se vengea de sa capture en accordant à Anvers de grands avantages qui ne tardèrent pas à attirer les marchands étrangers. En 40 ans, Anvers abritait plus de 1.000 firmes réparties entre diverses nations. Elle ne tarda pas à devenir « l’entrepôt de l’univers ». C’est à Anvers que : Les marchands anglais, allemands, français et scandinaves achetaient les épices venues des Indes par l’intermédiaire des facteurs portugais et espagnols. C’est là que s’échangeaient l’alun, les soies et les velours d’Italie, les laines anglaises, les vins de France contre les blés de la Baltique, les tissus de la Flandre gallicante, les métaux travaillés du pays de Liège, les œuvres d’art du milieu anversois. C’est là qu’Espagnols et Portugais, soudainement enrichis par leur expansion colonisatrice, venaient acheter les objets nécessaires à l’existence, y compris leurs batteries de cuisine ! En relation avec les marchands flamands établis à l’étranger, Anvers correspondait aussi avec les comptoirs coloniaux du Brésil, du Pérou, de la Chine. Les grandes banques de Toscane, de Lombardie, d’Ulm et d’Augsbourg y avaient d’importantes succursales. En 1540, le marché financier anversois était supérieur en importance à ceux de Gênes et d’Augsbourg, patrie des Fugger !


Les Fugger d’Augsburg

Tous ces produits se négociaient autour de la Bourse d’Anvers construite en 1531. Elle deviendra rapidement une bourse essentiellement financière qui contribuera à faire de la ville un grand centre de trafic de l’argent : Des banquiers étrangers, par exemple les Fugger d’Augsbourg, y installèrent des succursales  Les méthodes financières se perfectionnèrent : avec l’endossement, la lettre de change devint un instrument de crédit plus souple.

Les Anversois eux-mêmes, se bornaient au rôle de courtiers et d’entrepositaires. Ils se consacraient notamment : Au travail des pierres précieuses, au raffinage du sucre, à l’apprêt et à la teinture des draps envoyés bruts d’Angleterre, à l’imprimerie, à la verrerie.

Bruges ne fut pas réduite à la misère pour autant. Elle conserva l’étape des laines espagnoles et resta, après Anvers, la ville des Pays-Bas où la richesse mobilière était la plus grande.

 

L’industrie

L’industrie linière est favorisée par le régime de la libre concurrence qui permet à de nouvelles industries de remplacer celles de jadis :

Développement de l’industrie linière dans les vallées de la Dendre, du Haut-Escaut et de la Lys

Fabrication de tissus de toile légère à Gand avec exportation vers l’Amérique espagnole.

Dans le domaine de la draperie rurale, et particulièrement dans le Sud de la Flandre, les laines espagnoles sont transformées en étoffes légères, de qualité assez médiocre : les serges et les sayettes

Dans le Borinage, l’Entre-Sambre-et-Meuse, le Namurois et le pays de Liège, l’industrie houillère et métallurgique prend de l’extension : Les charbonnages sont encore peu profonds (40 à 100 mètres). Le long des cours d’eau apparaissent des « marteaux à fer » actionnés par des moulins hydrauliques. Les premiers hauts-fourneaux, chauffés au bois, s’édifient dans le voisinage des forêts. Développement de l’armurerie qui s’explique par l’usage devenu général des armes à feu. Malines a, elle aussi, une fonderie de canons renommée. Les besoins de luxe des classes riches exercent une influence sur les progrès de l’industrie. La taille du diamant se pratique spécialement à Anvers. Les commandes de dentelles sont si nombreuses que les embaucheurs de Bruxelles, de Malines et de Bruges doivent recruter des servantes dans les villes et y provoquent une « crise des gens de maison » ! Les fabriques de tapis (Tournai, Audenarde, Bruxelles et Binche) se spécialisent dans divers genres artistiques : ameublement, tapisseries murales, etc. La vieille industrie drapière des grandes villes de Flandre était morte :

A Ypres, un tiers de la population vivait dans les privations. Le petit peuple de Gand souffrait du renchérissement des denrées et de l’augmentation des impôts.

 

Les classes sociales

Depuis l’époque des ducs de Bourgogne, la société avait considérablement évolué. La noblesse, le clergé, les grands bourgeois ainsi que les métiers avaient en partie perdu cette physionomie compartimentée qui leur donnait un aspect de castes. L’action politique du souverain et le nouveau régime de liberté économique avaient contribué à la transformation des anciennes classes sociales davantage orientées vers des intérêts communs.

 

La noblesse

Favorisée par les Habsbourg, elle avait reconquis son prestige. Les seigneurs, surtout les plus grands, étaient comblés d’honneurs, de pensions et faisaient de riches mariages avec des héritières bourguignonnes ou allemandes.

Mais, malgré son vernis d’urbanité emprunté aux modes italiennes, le grand seigneur flamand était encore bien souvent grossier et sauvage.

 

La Cour

Marguerite d’Autriche et Marie de Hongrie aimaient s’entourer d’une foule de courtisans.

Lors de ses brefs séjours dans les provinces belges, Charles Quint savait gagner la sympathie de son peuple :

Il séduisait les érudits par ses connaissances étendues

Flattait les patriotes en leur parlant dans leur langue

Tournait habilement des compliments en l’honneur des dames de la Cour.

Bref, il était passé maître dans l’art de la communication !

 

La bourgeoisie

Cette dénomination englobait maintenant tous les membres de l’ordre Tiers. On y distinguait toutefois 3 classes :

La grande bourgeoisie:

elle comprenait tous ceux que le « régime capitaliste » avait rapidement conduits à la fortune (drapiers, courtiers, maîtres de forges, armateurs, …). Cette classe de riches : Se passionnait pour les questions de production et de change.  Jouait un rôle important dans les conseils municipaux . Aimaient le grand raffinement, les fêtes fastueuses

Disputait à l’Eglise ses pouvoirs sur le terrain de l’enseignement et de la bienfaisance.  Dans le monde de la haute bourgeoisie, une place spéciale était occupée par les richissimes négociants et banquiers de la Place d’Anvers. Leur rôle dans la politique internationale était considérable. C’est à eux que le souverain s’adressait pour financer ses guerres contre le roi de France. Leur centre de réunion était la Bourse.

La moyenne bourgeoisie 

se cantonnait dans le commerce de détail, dans les petits métiers s’occupant de l’alimentation et du vêtement. Elle avait gardé en majeure partie son organisation corporative. C’était une classe pieuse, loyaliste et de mœurs honnêtes. Elle recherchait : Les kermesses Les concours de Serments où l’on abattait le papegay Les processions, nommées ducasses dans le pays wallon.

 

Les classes déshéritées

Menait une existence difficile. La vie était devenue chère par suite de la diminution de la valeur des métaux précieux, brusquement introduits en trop grande quantité en Europe. Le régime capitaliste sans contrôle favorisa l’exploitation des travailleurs. Dans les villes, les ouvriers compagnons, menacés par la transformation des ateliers corporatifs en manufactures, formèrent des mutualités, des confréries ou bourses communes, pour enrayer l’embauchage d’ouvriers non francs (aujourd’hui nous dirions des ouvriers non syndiqués).

Mais dans les campagnes, le prolétariat rural (ouvriers drapiers, moissonneurs, valets de ferme, …) constituait une masse avilie par des salaires infimes et ne disposait d’aucun moyen de résistance.

 

Culture

Sous le règne des Habsbourg, les idées maîtresses de la Renaissance et de l’Humanisme pénètrent dans nos régions. force est toutefois de constater qu’il exista bel et bien une Renaissance typiquement flamande. Le réalisme propre à l’esprit de provinces septentrionales a donné naissance à des œuvres traitant des sujets totalement nouveaux qui n’auraient pu éclore sous le ciel italien.

 

La peinture

En peinture, l’influence de la Renaissance fut sensible et la méthode italienne régna sans conteste. Les peintres revenaient de Florence, de Venise ou de Rome, experts dans l’art de grouper les personnages dans des cadres somptueux, de se jouer des règles de la perspective et de peindre des nus. C’étaient aussi d’excellents portraitistes.

Les artistes abandonnèrent progressivement les sujets religieux pour les remplacer par des sujets profanes (scènes mythologiques, scènes de la vie quotidienne) Influencés par les grandes découvertes, ils abandonnèrent les scènes d’intérieur pour peindre le monde extérieur à travers des paysages variés. Ils profitèrent des études anatomiques pour parfaire leur représentation du corps humain et de sa nudité en particulier. Pierre Brueghel le Vieux (1525-1569) qui revenait d’un long voyage en Italie sans avoir rien perdu de son tempérament original, doit être placé au nombre des plus grands maîtres de tous les temps. Parmi ses œuvres, on retiendra : des kermesses, des paysanneries, des proverbes, des diableries. Quelques autres peintres de l’époque : Quentin Metsys, Henri Blès, Jean Prévost, Jean de Saive, Joachim Patenier, Frans Pourbus, Frans Floris, Lambert Lombard, Jan Gossaert dit Mabuse, Bernard Van Orley, Pieter Brueghel le Jeune.

 

La Renaissance libéra les sciences des entraves théologiques du Moyen Age.

 

L’imprimerie

Vers 1450, l’Allemand Gutenberg mit au point l’imprimerie. Le premier imprimeur aux Pays-Bas fut un Alostois, Thierry Martens (1450-1534). En 1549, un Tourangeau, Christophe Plantin, vint se fixer à Anvers et devint l’imprimeur de Philippe II. Avec son gendre Moretus et d’autres membres de sa famille, il édita des livres Son chef-d’œuvre fut une gigantesque bible polyglotte.

 

L’enseignement

L’enseignement se développa parallèlement à l’imprimerie :.

L’instruction primaire se limitait à l’étude du catéchisme, des prières courantes, des éléments de la lecture, de l’écriture et du calcul. Les maitres, de médiocre capacité, étaient placés sous la direction du clergé.

L’enseignement moyen reflétait mieux les tendances de l’époque. Les gens aisés envoyaient de préférence leurs enfants dans les écoles françaises ou dans des écoles latines spécialement consacrées à l’étude des classiques grecs et latins.

 

Les Humanistes – Erasme

L’Université de Louvain avec ses milliers d’étudiants, était restée médiévale et scolastique. Son enseignement philosophique était battu en brèche par un groupe de savants, versés dans la connaissance des langues et des littératures anciennes : les Humanistes qui se consacrèrent plus spécialement à l’étude de l’Homme et de la nature. A leur tête se trouvait un linguiste, littérateur, moraliste et exégète renommé dans l’Europe entière : Desiderius Erasmus (1467-1536). Erasme avait déclaré la guerre aux moines ignorants et d’une farouche intolérance de l’époque. Ayant reçu des fonds d’un riche ecclésiastique, enthousiaste des lettres anciennes, il avait, avant que les attaques de ses adversaires l’obligent à émigrer à Bâle, fondé à Louvain en 1517, le Collège des Trois Langues. Cette institution, en approfondissant l’étude du grec, du latin et de l’hébreu, entendait appliquer une interprétation plus sûre des Ecritures.

André Vésale

Bruxellois, (1514-1564), premier médecin de Charles Quint puis de Philippe II, fut le père de l’anatomie. Jusqu’à lui, les médecins n’avaient fait que ressasser les doctrines contradictoires des 2 plus grands docteurs de l’antiquité, les Grecs Hippocrate et Galien. Vésale osa faire des dissections, à Madrid, en plein foyer de l’Inquisition d’Espagne ! Dégoûté des cabales de Cour, il fit un voyage au cours duquel il fit naufrage et périt misérablement.

 

Les géographes

Anvers devint le centre d’une intense activité cartographique et les ateliers d’imprimerie y connaissaient un essor fulgurant. Le chef-d’œuvre de Mercator (1512-1594) un grand planisphère à l’usage de la navigation (1569). Les méridiens y étaient des droites parallèles et perpendiculaires à l’équateur ; les latitudes étaient étirées dans le même rapport que les longitudes. Ortelius (1527-1598)., enlumineur de cartes, voyageur infatigable, fut l’auteur, en 1570, d’un atlas qui fut réédité 24 fois en 28 ans.

L’esprit de la Renaissance avait introduit aux Pays-Bas le culte du Beau sous ses formes les plus raffinées.

 

La mode

Peu avant l’abdication de Charles Quint, la mode s’adapta au goût espagnol :  Les hommes •         Rasèrent leur chevelure  Portèrent la barbe en pointe et la moustache fournie      Leur cou s’emprisonna dans une fraise en « roue de carrosse » à replis tuyautés •        Le pourpoint « en bosse de polichinelle » s’orna à sa partie antérieure d’un busc rembourré  Les chausses étaient devenues énormes : on les portait « à l’espagnole », toutes rembourrées de crin  Une toque et une cape parachevaient l’ensemble de ces accoutrements.

Les femmes, déjà immobilisées par le busc, s’emprisonnèrent le bas du corps dans des vertugadins, s’élargissant en forme de tonneau autour des hanches. Le poids de ces vêtements encombrants expliquait l’engouement croissant du monde féminin pour les chaises à porteur !

Une boisson en vogue : la bière !

 

Culture de La Contre-Réforme

 

La sculpture resta fort apparentée à l’architecture créant avec celle-ci d’harmonieux ensembles.

Les savants 

Jean-Baptiste Van Helmont, chimiste, philosophe et médecin apparaît comme un précurseur. Il étudia l’action des ferments sur les aliments, découvrit plusieurs gaz et devint le « père de la chimie moderne ». Philip Verheyen s’intéressa à la médecine après qu’on lui eut coupé une jambe. Il devint un professeur d’anatomie réputé à Louvain. Jean Palfijn déterrait des cadavres en cachettes afin de pouvoir effectuer des dissections. Il est devenu célèbre comme chirurgien et inventeur du forceps. Simon Stevin, mathématicien et ingénieur, perfectionna la construction des digues. On lui doit l’usage des fractions décimales. Juste Lipse fut un brillant professeur à l’Université de Louvain qui reprit, avec son enseignement, la tradition d’Erasme et des grands philologues.

De cette époque date également l’invention du baromètre, du thermomètre, de la pompe aspirante et de la longue-vue. Les chiffres arabes, déjà connus depuis longtemps, s’introduisirent lentement dans la comptabilité des commerçants qui, jusque-là, avaient continué à employer les chiffres romains. En 1605, l’Anversois Abraham Verhoeven reçut l’octroi d’éditer une publication périodique : le premier journal fit son apparition. Au début, cette publication paraissait comme une feuille volante sans périodicité régulière. Dès 1629 cependant, son hebdomadaire « Weekelijkse Tydinghe » (= Les nouvelles récentes) prit le caractère d’un vrai journal. Ce journal sera bientôt suivi d’un second le « Courrier véritable des Pays-Bas » qui, 3 ans plus tard prit le nom de « Relations véritables ».

 

L’éclat des arts et des sciences au 17e siècle

les arts occupèrent une place d’honneur sous le règne d’Albert et d’Isabelle. Les peintres de l’école flamande: Pierre-Paul Rubens, Antoine Van Dyck, Jacob Jordaens, David Teniers le Jeune, Pierre, dit Brueghel d’Enfer,Jean, dit Brueghel de Velours . Au cours du 17e siècle, l’art de la gravure.

Des tapissiers travaillèrent aussi d’abondance d’après les cartons de Rubens et de Jordaens.

 

Style baroque : industries de luxe

        

La verrerie à la manière de Venise, Le tissage de la soie,La dentellerie. En Flandre et en Brabant, quasi toute la main-d’œuvre féminine disponible s’y consacrait : La tapisserie enrichissait particulièrement Bruxelles et Audenarde, Le cuir doré à la mode de Cordoue.

A l’organisation d’un service public de poste entre Bruxelles, Malines et Lille.

 

Le Régime autrichien

Après 150 ans de guerre civile et étrangère, les canons se sont enfin tus ! Les Traités d’Utrecht (1713) et de Rastadt (1714) ont départagé les belligérants de la Guerre de Succession d’Espagne: Philippe V d’Anjou garde le trône d’Espagne Les Pays-Bas méridionaux passent sous le sceptre de la Maison des Habsbourg d’Autriche. Le régime autrichien se caractérise par une ère de paix de plus de trois-quarts de siècle, interrompue seulement par la campagne française de 1744-1748. Elle prendra fin à la Révolution Brabançonne, bientôt suivie de l’invasion des armées de la France révolutionnaire. Une politique de centralisation : les nouveaux souverains souhaitent mettre en place un régime absolutiste moderne ; tous étaient d’ailleurs des "princes éclairés" selon l’esprit du 18e siècle.

La vie sociale

La prospérité économique profita à tout l’ensemble de la situation sociale du pays.

La structure générale de la société fut à peu près la même qu’au 17e siècle. Dans toutes les classes de la société, les mœurs étaient simples, douces, le niveau intellectuel médiocre. La vie avait un aspect quelque peu provincial.

 

La bourgeoisie

Elle constituait la population aisée et aimant le confort. Elle se fit construire des demeures spacieuses entourées de grands jardins. Ces constructions firent perdre à de nombreuses villes de province leur caractère resté jusqu’alors médiéval (Gand, Malines, etc.). La bourgeoisie était restée essentiellement conservatrice, comme le prouvait la résistance des conseillers de justice à la suppression de la torture.

 

La classe des cultivateurs

La classe rurale jouissait d’une situation infiniment meilleure que 100 ans auparavant. Les droits seigneuriaux étaient minimes, aisément rachetables. L’empereur Joseph II allait bientôt décréter en faveur des paysans des mesures libératrices analogues à celles que les paysans français ne devaient obtenir qu’en 1789.

 

Le paupérisme

Malheureusement, la classe rurale souffrait, comme la classe urbaine, du paupérisme. L’accroissement de la natalité dépassait de beaucoup les besoins en main-d’œuvre, ce qui se traduisait par des salaires de misère et du chômage.

La Flandre comptait 100.000 indigents sur 700.000 habitants. A Bruges, cette proportion était de 14.000 sur 30.000 habitants. Marie-Thérèse combattit ce fléau en créant des asiles d’enfants trouvés, des orphelinats et de nombreux dépôts de mendicité.

 

L’expansion démographique

La paix et les circonstances économiques favorables permirent au pays de connaître une expansion démographique importante : entre 1750 et 1780, la population passa d’un peu plus de 2.000.000 à près de 3.000.000 d’habitants : Un tiers de la population vivait dans le duché de Brabant  Un quart vivait en Flandre orientale  10 % vivaient dans le Hainaut et dans le duché de Luxembourg. Bruxelles, avec ses 74.000 habitants était la plus grande ville  Gand comptait 51.000 habitants  Anvers en abritait 48.000.

 

Le Despotisme éclairé
Le despotisme éclairé est un terme utilisé au milieu du 19e siècle par des historiens allemands pour distinguer le « despotisme de Cour » pratiqué par Louis XIV au 17e siècle, de la pratique gouvernementale de différents souverains européens dans la seconde moitié du 18e siècle.

Le despotisme emprunte beaucoup à la monarchie absolue : L’ardeur au travail, L’hostilité aux corps intermédiaires et donc forte centralisation du pouvoir, Le souverain doit être la seule source de décision.

Ce qui distingue le despotisme éclairé de la monarchie absolue, c’est :

La différence qui est faite entre l’autorité de l’Etat et la personne du souverain

Le fait que le despotisme se soit développé dans les pays où la société est terrienne et donc où : La démographie est plus faible  L’aristocratie foncière est toute puissante  Il existe un retard économique et industriel important  Le maintien de la noblesse dans ses privilèges.

Le despotisme s’est développé dans des pays inachevés (la Prusse et la Russie) ou disparates (l’Autriche)

où l’appareil administratif, les moyens fiscaux et les moyens militaires étaient insuffisants. Il a permis de rattraper un certain retard là où la puissance publique (c’est-à-dire le despote éclairé) a dû compenser l’absence de bourgeoisie. Certains souverains, gagnés aux idées philosophiques des Lumières vont donc prétendre gouverner d’après la Raison et en vue du bien public. Mais ces monarques veulent faire seuls le bonheur de leurs sujets sans partager le pouvoir avec eux, selon la formule « Tout pour le peuple, rien par le peuple ».

Guidés par la philosophie des Lumières, les souverains suivants vont imposer leurs conceptions personnelles : Catherine II de Russie et  Frédéric II de Prusse

Joseph II, empereur du Saint-Empire Romain Germanique, Archiduc d’Autriche et souverain des Pays-Bas autrichiens de 1780 à 1790. Les réformes qu’il introduit aux Pays-Bas se soldent par un échec parce qu’elles étaient trop radicales et imposées au nom de la Raison infaillible à un peuple trop attaché à ses anciennes traditions.
Pour atteindre les objectifs qu’ils se sont fixé, les despotes éclairés :

Brisent les intérêts particuliers, les privilèges, les préjugés et les traditions sans demander l’avis des populations concernées. Restent à la fois aussi autoritaires et aussi militaristes que les monarques absolus.Les principaux despotes éclairés ont entretenu une correspondance suivie avec les philosophes des Lumières.

Culture

La dentellerie et la tapisserie

Malgré la concurrence française, le délicat point de Bruxelles et les jolies dentelles au carreau de Malines et de Bruges furent recherchées par les classes supérieures, surtout par les cours princières des nombreuses filles de Marie-Thérèse.

Dans la capitale, cette industrie de luxe occupait quelque 15.000 ouvrières.

En revanche, la tapisserie de haute lice, atteinte par la concurrence des cotons imprimés, des toiles peintes et des papiers dessinés, était tombée en décadence. La famille Brandt d’Audenarde persévéra presque seule dans la confection des tapisseries à sujets sacrés, mythologiques ou rustiques.

Porcelaines et faïences

En 1750, le porcelainier Peterinck fondait à Tournai une fabrique de porcelaine en pâte tendre, bientôt célèbre dans toute l’Europe. Ses productions en blanc émaillé rivalisaient avec les figurines de Saxe et de Sèvres.

Trois ouvriers, les frères Boch, fondèrent une manufacture renommée à Septfontaines, près de Luxembourg. Ils se spécialisèrent dans la fabrication des statuettes en biscuit et des fines faïences en émail blanc à peinture bleue. Cette manufacture sera connue par la suite sous le nom de Royal-Boch.

L’industrie houillère

Au 18e siècle, on comptait 125 fosses de houillères entre Quiévrain et Charleroi. Elles produisaient déjà 28.000 tonnes de combustible par an et occupaient 5.000 ouvriers.

A cette époque, la houille n’alimentait que les forges et les fours à chaux ; les particuliers se chauffaient encore au bois et à la tourbe.

Industries nouvelles : Verreries à Charleroi, Carrosses à Bruxelles, Papier peint à Tervuren, dans le parc de Charles de Lorraine.

La principauté de Liège connaît également une brillante situation économique grâce à un certain nombre d’industries plus ou moins récentes : Potasses, Savonneries Raffineries de sucre Papeteries Extraction des minerais de fer et de plomb Ardoisières Verreries

L’afflux des ouvriers flamands émigrés développe l’industrie lainière dans la vallée de la Vesdre. Les pièces de tissus de laine étaient écoulées aux foires de Francfort, de Leipzig et sur les marchés de Pologne, de Russie et d’Orient. En outre, il ne faut pas négliger la prospérité des tanneries, des quincailleries, des clouteries, de la production de l’alun, du salpêtre et de la poudre. Enfin, à Spa, la vogue des eaux minérales attira dans cette localité une société cosmopolite renommée …

Plusieurs canaux, notamment ceux de : Louvain au Rupel, Gand à Bruges, Bruges à Ostende,

La construction de belles chaussées : De Bruxelles à Wavre, De Louvain à Luxembourg, via Namur, De Louvain à Liège ; sur ces routes, surveillées par la maréchaussée, des voitures publiques facilitèrent les communications interprovinciales, L’amélioration du service des postes, L’Etat créa des entrepôts dans les grandes villes, Une école de commerce s’ouvrit à Anvers et une école navale s’ouvrit à Bruges.

Le protectionnisme industriel

Imbu de protectionnisme, le gouvernement autrichien déchargea de certaines impositions les créateurs de nouvelles industries et leur assura des monopoles de vente ainsi que des primes ou des réductions de tarifs de transit. Il créa aussi des manufactures « impériales et royales » modèles.

L’industrie linière

Par la suite de l’emploi de la navette volante dès 1740, l’industrie linière prit un grand développement dans les petites villes et les campagnes flamandes. En 1765, 200.000 fileurs et tisserands des 2 sexes fabriquaient, généralement à domicile, des toiles pour la consommation locale et l’exportation vers l’Espagne, la France et l’Italie. Gand et Anvers avaient la spécialité des indiennes (toile de coton blanc teintes ou imprimées).

Courtrai fabriquait des toiles écrues, c’est-à-dire non préparées. Audenarde produisait des nappes à fleurages.

Ces industries provoquaient le développement parallèle de la bonneterie et de la blanchisserie.

 

L’instruction publique Wikipedia

Les souverains autrichiens, et plus spécialement Marie-Thérèse, s’intéressèrent à l’amélioration de l’instruction publique :

Une des pires plaies sociales dont souffraient nos populations était l’analphabétisme. Un règlement général de réforme de l’enseignement primaire pour tous les Etats autrichiens ne modifia presque en rien la situation déplorable du degré inférieur. Il y eut cependant une tendance à l’augmentation des écoles primaires grâce à l’initiative de communautés locales.

L’enseignement moyen fut soumis à une réforme sérieuse et une révision des programmes : on y introduisit l’enseignement des mathématiques, de l’histoire, de la géographie et des langues vivantes. A la suite de la suppression de l’ordre des Jésuites, leurs collèges furent remplacés par 14 collèges thérésiens.

L’enseignement supérieur  à Louvain fut également soumis à une réforme sérieuse. Routinière et pédante, négligeant de tenir compte des progrès de la chirurgie et d’autres sciences nouvelles, l’Université se singularisa par des mœurs d’un autre âge :

De cruelles brimades  Les « physications » y accueillaient les nouveaux étudiants. Les professeurs frappaient leurs élèves et ceux-ci se mutinaient.

Les facultés rivalisaient en turbulence, grossièreté et ivrognerie. En 1754, Marie-Thérèse nomma le comte de Nény « Commissaire Royal des Etudes » et le chargea de relever le niveau de la discipline et des leçons.

 

Les langues

A Bruxelles : Une minorité de la population (15% environ), installée dans la ville haute autour du gouvernement et de la Cour, parle français  Tandis que le flamand domine dans la ville basse.

Le phénomène de francisation commencé au 15e siècle s’accélère au 18e siècle. Favorisé par l’occupation française des années 1740, il est encouragé par la haute administration autrichienne – en fait largement cosmopolite – qui parle français et par Charles de Lorraine qui s’entoure de compatriotes. Les classes dirigeantes flamandes abandonnent leur langue maternelle à Bruxelles, mais aussi dans l’ensemble des régions thioises. Le français devient le symbole du prestige social tandis que la culture flamande subit une éclipse que ne peuvent empêcher les rares protestations comme celle de J.B.C. Verlooy, juriste formé à Louvain, qui publie en 1788 un essai pour demander la réhabilitation de la langue flamande.

En 1772, Marie-Thérèse fonde l’Académie Impériale et Royale des Sciences et Belles-Lettres.

Comme par hasard, nos régions furent alors particulièrement pauvres en hommes de lettres et de science qui auraient dû faire honneur à cette académie. Nos lettres françaises ne purent alors s’enorgueillir que de Charles-Joseph de Ligne (1735-1814). Il fut un ami et un conseiller de Joseph II. Les lettres flamandes ne furent guère plus riches et il fallut attendre la fin du siècle pour enregistrer quelque renouveau, principalement dans la prose des polémistes. Signalons ici l’action de J.B. Verlooy en faveur d’une restauration du néerlandais en tant que langue culturelle. Il fut un ardent « Vonckiste » et le fondateur du mouvement « Pro Aris et Focis » (voir La Révolution Brabançonne). Du point de vue de l’art, le 18e siècle est considéré dans les Pays-Bas autrichiens comme un siècle de léthargie. En effet, les beaux-arts n’y comptent point de grands noms comparables à ceux du siècle précédent, mais nos artistes n’en continuent pas moins à travailler avec succès selon des recettes longuement éprouvées. Partout à travers l’Europe, y compris à la Cour de Versailles, ils jouissent d’une solide réputation et c’est en grande partie à leurs talents que nous devons en France l’évolution du style baroque vers le style rococo.

Dans le domaine de la musique, Liège fut le berceau du génial André-Modeste Grétry (1741-1813). Dès 1766 il s’installa à Paris, pour y faire une carrière des plus brillantes comme auteur d’opéras-comiques.

 

Le Mouvement philosophique du 18e siècle

Le 18e siècle se caractérise par le succès des idées philosophiques. Ce mouvement, né en France dans la première moitié du 18e siècle, aura des conséquences importantes : Étant donné le blocage des réformes dans la France de l’ancien Régime, le mouvement va déboucher sur la révolution française de 1789.

Il va inspirer les monarchies de type « despote éclairé » qui se développent en Europe centrale. Les despotes éclairés comprennent la nécessité des réformes dans certains domaines mais refusent les réformes politiques qui porteraient atteinte à leur pouvoir absolu. Sur ce point, ils continuent à se comporter comme les souverains « de droit divin » du 18e siècle.

Ce mouvement va contribuer largement à la formation des régimes parlementaires contemporains.

 

Les philosophes

Ce sont principalement des hommes de lettres français séduits par le modèle de la monarchie limitée développé en Angleterre dès la fin du 17e siècle.

Quelques philosophes parmi les plus réputés :

Montesquieu, auteur de « l’Esprit des Lois », inspirera les Constituants de 1789

Voltaire, esprit satirique, à la fois historien, poète, philosophe et dramaturge, il exerce une véritable royauté intellectuelle ; Frédéric II de Prusse consulte Voltaire

 Jean-Jacques Rousseau, écrivain sensible et auteur du « Contrat Social » et de « L’Emile » dans lequel il expose un système nouveau d’éducation basé sur la bonté naturelle de l’Homme.

Beaumarchais, auteur dramatique ; on lui doit notamment « Les Noces de Figaro » où il fait dire à Figaro que « les nobles n’ont d’autre souci que celui de naître »

Le littérateur Diderot et le mathématicien d’Alembert dirigèrent la publication de l’Encyclopédie

Leur philosophie

Ils sont adeptes de la méthode de Descartes. Ils exaltent la Raison et le Progrès par rapport à la tradition. Par conséquent, ils appliquent l’esprit critique dans tous les domaines de la vie politique, économique et sociale. Ils mettent notamment en cause l’intolérance religieuse et l’absolutisme royal. Ils rejettent ce qui n’est pas conforme à la science, à la Raison ou au progrès. Du point de vue politique, ils désirent une monarchie tempérée sur le modèle anglais : monarchie constitutionnelle garantie par la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire ou une monarchie de type « despote éclairé » qui tiendrait compte de la souveraineté populaire et constituerait une sorte de contrat entre gouvernants et gouvernés. Sur le plan religieux, ils condamnent les excès de l’intolérance de même que la soumission aux dogmes et à la religion révélée au nom de la liberté de conscience et de la liberté de culte. Au niveau social, certains condamnent les inégalités sociales et préconisent le principe de l’instruction publique. En ce qui concerne la justice, ils condamnent l’usage de la torture, de la lettre de cachet, l’absence d’harmonisation entre les différentes cours de justice, etc.

D’une manière générale, ils défendent les « droits naturels » de l’individu, c’est-à-dire la liberté et l’égalité.

L’esprit philosophique est une sorte de nouvel humanisme qui se caractérise par une confiance excessive dans la Raison et une foi optimiste dans le progrès : l’Homme peut comprendre et expliquer le monde ; il peut même le transformer.

Développement des idées philosophiques

Les nouvelles idées se propagent dans l’opinion publique naissante via les salons, les cafés et l’Encyclopédie

Les salons supplantent la Cour dans son rôle intellectuel et social dès la fin du règne de Louis XIV parce que la société mondaine fuit le climat intellectuel de la Cour marqué par le rigorisme moral et l’apologie politique

Les cafés, qui se développent dans la deuxième moitié du 17e siècle, jouent le même rôle

Les idées nouvelles sont publiées en français qui est la langue des gens cultivés dans l’Europe du 18e siècle. Ceci explique le succès rapide qu’elles connaissent.

L’Encyclopédie

Au départ, l’Encyclopédie est une entreprise de librairie qui vise à traduire, en français, le dictionnaire de l’Anglais Chambers. L’Encyclopédie est une œuvre colossale, dirigée par Diderot et d’Alembert, dont la réalisation dura 21 ans (1751-1772). Elle dresse un bilan universel des connaissances humaines, y compris dans les domaines scientifiques et techniques. Bien accueillie par un public de gens lettrés avides de faire le point sur le progrès des sciences, elle est mal reçue par les autorités qui censurent les passages les plus critiques.

C’est une œuvre de valeur inégale parce qu’il a fallu faire appel à de nombreux collaborateurs qui n’ont pas traité tous les sujets avec la même compétence.

 

Chapitre 2

Focus sur les Flandres lilloises

Gand et de Lille sous les ducs de Bourgogne (Revue du Nord)

Dans les villes flamandes où siégeaient les institutions instaurées par les ducs de la Maison de Valois, des réseaux politico-sociaux se créèrent, résultant dans l’intégration directe ou indirecte des élites politiques locales dans l’appareil de l’État bourguignon, centre nerveux de tous les réseaux politiques qui contribuaient à la centralisation. intégraient ces autres centres de pouvoir socio-économiques et politiques qu’étaient les principales villes flamandes les nouveaux-venus pouvaient rejoindre les élites politiques existantes, et les intégrer plus durablement dans la consolidation de la politique centralisatrice des Bourguignons. Inversement, les fonctionnaires supérieurs devaient veiller dans une certaine mesure aux intérêts locaux, ou au moins servir d’intermédiaires auprès des instances de pouvoir supérieures.

Patronage, courtage et réseaux

Le « patronage » est un rapport sociopolitique fondé sur des relations personnelles entre des instances inégales : des dirigeants (patron) et leurs sujets (clients), qui peuvent mutuellement s’offrir quelque chose. Les « courtiers » fonctionnent ainsi comme intermédiaires entre le pouvoir d’état et les groupements d’intérêts régionaux ou locaux.

Pour l’État bourguignon, ces réseaux de patronage constituaient un ciment puissant., à leur tour, les membres du personnel supérieur du Conseil et de la Chambre des comptes étaient eux-mêmes clients d’aristocrates bourguignons – fonctionnaires d’État du plus haut niveau, nobles supérieurs et courtisans puissants – et en dernière instance du prince en personne. Grâce à ces réseaux de fonctionnaires plus ou moins hétérogènes du point de vue social, le prince était à même d’entrer en communication avec les réseaux politiques locaux des familles dirigeantes des villes et des châtellenies et de les lier le plus possible, matériellement et symboliquement, au processus de formation de l’État. « clans politiques »

De tels clans ou réseaux constituaient une réalité importante dans la construction de l’État bourguignon dans le comté de Flandre du xve siècle.

Les fonctionnaires dans le comté de Flandre

À partir du XII° siècle, avec la création de la fonction de bailli du comte, apparaissent dans le comté de Flandre des fonctionnaires professionnels destituables. Au XIVe siècle et tout au long de la période bourguignonne, une tendance à l’autonomisation de cet « État des fonctionnaires » se serait prolongée. les fonctionnaires bourguignons représentaient un « nouveau groupe social », issu principalement de la bourgeoisie. Ce groupe se caractérisait par l’endogamie et par une tendance naissante à former des castes, soit une préfiguration de la « noblesse de robe » plus tard, où la fonction devait conduire aussi juridiquement à l’anoblissement. Les gens appartenant à la petite noblesse, ou ceux que leur carrière avait réussi à anoblir, renforçaient leurs liens avec les membres des institutions financières et transmettaient leurs fonctions de manière quasiment héréditaire. Ces réseaux familiaux ne s’arrêtaient pas à la frontière d’une institution ou d’une principauté, mais ils s’étendaient au-delà. noblesse de fonction à l’état embryonnaire

Il est clair que les fonctionnaires princiers ne servaient pas uniquement l’intérêt de la dynastie de Valois. S’il est vrai que, depuis 1451, les ordonnances successives interdisaient formellement aux membres du personnel supérieur du Conseil de Flandre d’intervenir en tant que conseiller « d’un quelconque parti, d’une quelconque église ou abbaye, cloître, ville, châtellenie, seigneur, dame ou qui que ce soit en Flandre », cette clause est restée en grande partie lettre morte, veiller également à leurs propres intérêts ainsi qu’à ceux de leur réseau social.

 

L’origine géographique des fonctionnaires flamands centraux

Les vrais hauts fonctionnaires possédaient en effet des maisons dans plusieurs grandes villes du comté

Plus de 16 % de l’ensemble des fonctionnaires étaient originaires de Gand, suivi en nombre par les châtellenies de Lille, de Douai et d’Orchies (environ 14 % pour chacune), par le Franc de Bruges (8,7 %), par Bruges (6,3 %) et par Ypres [21]  Y compris la châtellenie vu qu’il s’est révélé très... 6,3 %). Respectivement 5,5 % et 4,7 % du personnel supérieur étaient issus des châtellenies de Courtrai et de Furnes,. Les fonctionnaires originaires de France étaient légèrement plus nombreux que les Brugeois et les Yprois (environ 7 %)Il faut encore ajouter quelque 4,7 % d’Artésiens et 3,9 % de Bourguignons (que nous avons répertoriés séparément parce qu’ils relevaient de principautés du duc), un unique Zélandais et 3 % de Hennuyers. Il est néanmoins significatif qu’aucun habitant ou bourgeois issu de Gand, de Bruges ou du Franc de Bruges n’ait siégé à la chambre des comptes lilloise. La plupart des Flamands de la Flandre flamingante qui ont travaillé pour la chambre des comptes lilloise, venaient des châtellenies de Furnes et d’Ypres, soit des régions occidentales de la Flandre, situées à proximité de Lille, C’est une belle illustration de la base de recrutement avant tout géographique qui caractérise la chambre des comptes de Lille, plus encore que le Conseil.

Il apparaît qu’en général, le droit de bourgeoisie n’était pas cumulable avec une fonction princière importante en raison de la double loyauté qui s’en suivait. Pierre de Hauteville a été fonctionnaire ducal, tout comme son fils. Pourtant, en 1433 il obtint le droit de bourgeoisie à Lille, alors qu’il revêtait toujours la fonction de maître de la monnaie du duc. Son fils cependant, maître Pierre de Hauteville – qui devint maître des comptes à Lille – abandonna son droit de bourgeoisie. Lotard Fremault renonça, quant à lui, au statut de bourgeois de Lille lors de son mariage, peut-être en raison de la fonction centrale qu’il visait.

Intérêts et réseaux princiers locaux

rien n’indique que les fonctionnaires ducaux en Flandre aient réellement laissé primer de façon structurelle les intérêts des réseaux locaux auxquels ils appartenaient sur l’intérêt « général » du prince,. En Flandre, il est clair qu’un milieu de fonctionnaires – moins homogène – s’était déjà mis en place à partir du xive siècle.

Maître Joris de Bul, conseiller-commissaire du Conseil de Flandre, offre, selon toute probabilité, l’exemple d’un descendant d’une riche famille brugeoise de merciers, de commerçants et de propriétaires de maisons, qui s’est intégré de plus en plus dans les réseaux gantois suite à la position centrale de sa fonction. Certains membres de sa famille continuaient à faire partie de l’élite politique et sociale à Bruges, mais à partir du milieu du XV° siècle, on voit un certain nombre de de Bul occuper des fonctions d’échevin à Gand. Joris de Bul y épousa Katelijne Sersanders, fille de Filips Sersanders et de Catherine Utenhove – elle-même sœur du conseiller maître Jan Sersanders –, et se lia aussi financièrement à sa belle-famille. À la répartition des biens de son père, en 1473, on trouva dans l’assistance, à côté de son cousin Pieter Boudins – secrétaire ducal – et de ses frères, Jacob Donche, un autre conseiller-commissaire. Ce dernier, un immigré issu de la région de Furnes, s’était tout comme Joris de Bul intégré dans le « parti princier » gantois et était donc également mentionné parmi ses amis et proches parents. Le patron de ce réseau gantois pro-princier était sans aucun doute l’influent politicien gantois Filips Sersanders, comme l’a démontré Jelle Haemers dans une analyse détaillée. En 1449, de Bul, qui n’était alors qu’un secrétaire débutant sans importance au service de Philippe le Bon, choisit le parti du duc, comme on pouvait s’y attendre, et fit en sorte, avec maître Pieter Boudins, de manipuler les élections échevinales de cette année. Avec, entre autres, les Gantois Pieter Tyncke, Lievin Wycke et Eloy Coolbrant, ils organisèrent une conspiration pour liquider le doyen Daneel Sersanders ainsi que Lieven de Pottere et Lieven Sneevoet, qui étaient tous des opposants du duc. Ce fut la cause ultime de la révolte gantoise des années 1449-1453, au cours de laquelle les réseaux proprinciers de la ville, comprenant un certain nombre de fonctionnaires princiers, s’opposèrent aux réseaux anti-princiers et aux représentants de la classe corporative moyenne. Haemers a attiré l’attention sur le fait que, par conséquent, aussi bien certains réseaux citadins gantois, que des réseaux princiers de fonctionnaires se retrouvaient ainsi dans une même communauté d’intérêts

La formation d’un « parti princier » était plus facile dans les localités où siégeaient les institutions centrales. Les fonctionnaires s’y mariaient et y investissaient dans des maisons et des terres. Les « étrangers » montraient en effet une tendance nette, au sein des institutions princières, à créer des alliances pour se lier aux élites locales du lieu où siégeait l’institution.

Fierabras Boids, qui était peut-être originaire de Bruges ou du Franc de Bruges, conclut un mariage dans une importante lignée lilloise. Il y devint maître des comptes.

 

En revanche, Lille, au Moyen Âge tardif, était nettement plus docile et était, en tant que ville, indiscutablement favorable au prince. Là aussi, il se développa par le jeu des mariages et des intérêts communs un réseau complexe de fonctionnaires princiers et d’éléments appartenant aux élites économiques, sociales et politiques locales. Francine Leclercq a pu montrer de manière assez détaillée comment les familles de maîtres des comptes Lanstais, Poulain, Fremault et La Tannerie, et d’autre part les a La Truye, les Hauteville, les Boids et les van Ysemberghe étaient liées. Barthélemy a La Truye a épousé Marie de Pacy, la fille du maître des comptes Jehan de Pacy. Hugues a La Truye, le fils du maître des comptes Barthélemy, épousa une nièce du maître de la monnaie Pierre de Hauteville (le père du maître des comptes du même nom). Il s’agit selon toute apparence de Jehanne de Cordes, de laquelle Hugues eut une fille nommée Isabel a La Truye. Celle-ci a épousé à son tour, en 1479, Victor van Ysemberghe. La nièce de cette Isabel, Isabel (ou Jeanne) a La Truye, épousa quant à elle Nicolas le Prevost, fils du maître des comptes du même nom. Enfin, le maître des comptes Pierre de Hauteville prit pour femme Marie Ruffault, veuve de son collègue Fierabras Boids, décédé en août 1448. En d’autres termes, il existait dans la chambre des comptes de Lille une tendance nette à l’endogamie.

 

Patronage et clientélisme

Les réseaux n’intégraient donc pas uniquement les élites politiques, mais ils avaient des ramifications dans toutes les classes sociales, ce qui explique l’importance de leur rôle social de cohésion et de reproduction.

Maître Lotard Fremault faisait partie de ce qu’on appelle le « milieu financier » de Lille, le « milieu » étant une sorte de « réseau professionnel » qui était consolidé, bien évidemment, par des alliances. Il était changeur à Lille, chargé en cette qualité de change, de dépôts de personnes privées et du duc, et souvent aussi d’émissions de rentes. En 1408, Lotard était « roi de l’Épinette », c’est-à-dire chef des festivités de la Saint-Épine. Il s’agit d’une affaire socialement prestigieuse et coûteuse qui impliquait entre autres l’organisation de banquets et d’autres réceptions similaires. Le milieu des maîtres des comptes était fonctionnellement lié à celui des financiers. En effet, un changeur lillois n’était admis à cette fonction qu’après l’examen par la chambre des comptes de sa compétence morale et technique. Il devait également prononcer un serment devant les maîtres des comptes. Une telle situation menait presque automatiquement à la création de réseaux. L’institution centrale qu’était la chambre des comptes entretenait donc de différentes manières des liens étroits avec sa ville de résidence. Nous avons d’ailleurs déjà vu qu’elle recrutait essentiellement dans sa propre région. En ce qui concerne la formation de l’État, l’intégration d’officiers financiers et de gens appartenant au milieu important des changeurs y était du plus grand intérêt. Genet, dans sa conclusion lors d’un congrès consacré aux chambres des comptes des principautés françaises, constata que la question des rapports entre le personnel des comptes et les milieux financiers reste dans le vague. Il est vrai que cet aspect mérite – certainement pour le cas de Lille – une microanalyse. Par ailleurs, le pouvoir d’une famille pouvait s’agrandir aussi par des réseaux dans les milieux ecclésiastiques. En tant qu’institution, l’Église vivait en grande partie en symbiose avec les groupes sociaux dominants de la société médiévale, et elle occupait la fonction idéologique la plus prestigieuse. Il était courant, dans les grandes villes, de trouver un entrelacement profond de l’élite politique locale et des chanoines des principaux chapitres. On sait ainsi que le maître des comptes Lotard Fremault entretenait de bonnes relations avec le chapitre lillois de Saint-Pierre. Son fils, Jean Fremault, devint d’ailleurs bailli de prévôt héréditaire et chanoine de Lille au bailliage et à la seigneurie de Deulesmons.

Il semblerait que les élites locales de la Flandre occidentale intégraient aussi dans une certaine mesure les châtellenies de Lille, de Douai et d’Orchies dans leurs plans de mariage et de carrière, c’est-à-dire des villes où la présence d’une chambre des comptes constituait précisément le principal pôle d’attraction.

Un exemple de ce phénomène nous est offert par la famille van Ysemberghe qui, originaire de la région de Furnes, disposait de représentants dans les principales institutions en Flandre wallonne (la Gouvernance et la chambre des comptes). Victor van Ysemberghe épousa d’abord une femme de la famille patricienne lilloise Le Nepveu, et ensuite, en secondes noces, une petite-fille de l’ancien maître des comptes Barthélemy a La Truye, lui aussi issu d’une des plus importantes familles lilloises. Lors de son second contrat de mariage, Victor van Ysemberghe était entouré d’un certain nombre d’autres personnes importantes de cette ville, venus en tant qu’amis et parents : maître Alart de Rocque, chanoine du chapitre de Saint-Pierre de Lille, Mahieu Raimbault, procureur de la ville de Lille – du côté de Victor, Jehan a La Truye et Oste de Cordes – du côté de son épouse.

Cette intégration de familles néerlandophones issues de la Flandre occidentale au sein de l’élite des châtellenies de Lille, de Douai et d’Orchies, était indubitablement liée à la problématique linguistique. C’était en effet le français qui dominait à la chambre des comptes de Lille alors que l’usage et la connaissance du (moyen) néerlandais y était nettement moins nette. Or on s’attendait en théorie à ce que le personnel de la chambre des comptes maîtrisât – probablement au moins de manière passive – les trois langues d’administration. Et s’il est vrai que les comptes officiels étaient en général rédigés en français, beaucoup de documents justificatifs, de lettres officielles, d’enquêtes, de dénombrements et d’autres documents importants continuaient à être écrits en (moyen) néerlandais en beaucoup d’endroits. D’autre part, la grande majorité des comptes contrôlés par la chambre des comptes étaient rédigés en français et les receveurs domaniaux maîtrisaient probablement tous cette langue. Mais à la chambre des comptes, la plupart des membres du personnel étaient originaires de régions francophones et ne maîtrisaient sans doute pas du tout le (moyen) néerlandais. La connaissance des langues était ainsi une nécessité pragmatique et non de principe.

Il en est de même pour les réseaux politiques gantois, qui intégraient par exemple des hommes de la Flandre occidentale. Son intégration dans l’élite politique gantoise lui valut d’être banni de la ville en 1451 et en 1477, ce qui est, dans cette période, la meilleure preuve d’une loyauté sans faille envers le prince.

Les groupements ruraux d’élite – mais roturière – ne se dégageaient cependant que difficilement de l’ombre de leurs correspondants citadins. Ils occupaient néanmoins une place importante dans la composition du Conseil de Flandre, ce qui s’explique peut-être par le fait que cette institution avait une influence sensiblement plus grande dans les zones rurales par rapport aux (grandes) villes durant la période bourguignonne.

Quelqu’un comme Victor van Ysemberghe descendait vraisemblablement de l’élite politique de la châtellenie de Furnes, tout comme Andrieu Colins, Omaer Claiszone et Jacob Donche. Tous avaient des ancêtres dans les échevinages régionaux. Il est néanmoins souvent difficile, dans ces cas, de les distinguer des élites politiques des petites villes qui se trouvaient dans ces châtellenies.. La famille de Wilde occupait depuis le xiiie siècle le devant de la scène économique et politique du Franc de Bruges, et, se développant à partir de cette position de pouvoir, elle devint une des principales familles de fonctionnaires des xive et xve siècles. La famille Donche était issue de lignées notables de la châtellenie de Furnes, tout comme c’était le cas pour un nombre remarquable de conseillers. On peut présumer que Guy de Boeye, greffier du Conseil de Flandre, en tout cas durant la période entre 1405 et 1432, était issu d’une classe sociale relativement modeste.. Quant à Guy de Boeye, le greffier issu de cette châtellenie, il épousa en 1416 la fille de maître Clais van der Eecken (ou Nicole du Chesne), ancien pensionnaire de Gand et du Franc de Bruges, et conseiller au Conseil de Flandre. Il s’alliait ainsi à un milieu typique de fonctionnaires alors que lui-même descendait probablement de propriétaires terriens provinciaux. Son mariage était le meilleur billet d’entrée qu’il put s’offrir pour rentrer dans la « société politique » du comté.

 

La cour comme centre nerveux des réseaux politiques

La cour, était l’entourage continu, périodique ou occasionnel du prince. Le principe contraignant était celui de la familiaritas : l’appartenance à la « maison » du duc qui en était le pater familias. La serviabilité personnelle du membre de la cour en question était un deuxième élément clé. Aussi, chaque fonction à la cour se terminait-elle à la mort du seigneur En dehors de tout cela, la cour avait également une fonction sociale essentielle de stabilisation et d’intégration. Les classes sociales dominantes issues des régions socialement diversifiées des ducs de Bourgogne – et souvent aussi en dehors – étaient intégrées dans (le concept de) « l’État bourguignon ». On trouvait à la cour des membres de la famille ducale, des membres de la plus haute noblesse (seigneuriale), des évêques et des prélats, des membres de la noblesse moyenne et inférieure ainsi que des spécialistes du droit, de la médecine, de la théologie et des finances. Il s’agissait de trouver cet équilibre précaire entre un encadrement large et diversifié du point de vue social et géographique, d’autant plus que l’État bourguignon se développait beaucoup plus vite que la France, par exemple, et qu’il fallait en peu de temps créer une « identité nationale » spécifique. Il en résulta que la cour devint un lieu privilégié d’actions sociales et symboliques, et un noeud de relations d’interdépendance

Roland, seigneur de Dixmude, créa son « réseau local » dans cette petite ville de la Flandre occidentale. Non seulement il y disposait encore d’un certain nombre de droits seigneuriaux, mais il s’y trouvait incontestablement au sommet social. Ainsi, il y était le coninc (roi) de la guilde locale des arbalétriers. Lorsqu’il fêta son mariage, en 1450, le magistrat de la ville s’endetta spécialement en son honneur. Mais, dans une autre perspective, il est intéressant de savoir que dans les années 1450-1451, il avait longuement séjourné à la cour, dans l’entourage du seigneur de Croÿ. Eux aussi, les Croÿ devaient tout à leur position à la cour bourguignonne. En effet, selon le paradigme de réseau proposé par W. Prevenier, « le réseau du duc de Bourgogne » opérait « au-dessus de tout et chacun »

Quel que soit le regard que l’on adopte, il est question de l’« idéal-type » d’une pyramide de réseaux politiques, qui a pour base les institutions locales et dont le sommet est la cour, et par laquelle se réalisèrent les échanges de capitaux qui ont contribué à la formation de l’État.

Il s’agit d’une caractéristique universelle de l’État moderne « pré-bureaucratique » et « pré-bourgeois » du type monarchique en Europe occidentale. Même pour une institution devenue déjà fortement indépendante de la volonté royale comme le Parlement de Paris, il semble avoir été très difficile de résister à la pression du solide réseau que constituait la cour de France. À côté du réseau du roi même, il faut en France compter aussi avec ceux des grands princes (comme ceux d’Orléans, de Berry et, bien sûr, de Bourgogne). Dans cette optique, la cour bourguignonne doit avoir été le centre nerveux de tous les réseaux de l’État bourguignon.

La cour princière était à la fois un espace privé et public. Bourdieu décrit cette institution comme une « confiscation » patrimonialisme du capital social et symbolique à l’avantage du prince ; Il a qualifié le qui y régnait de coup d’État permanent, par l’intermédiaire duquel une seule personne s’attribuait le bien public. Le maître des comptes lillois Barthélemy a La Truye avait une fille nommée Philippe, qui avait pour parrain le duc en personne. Cette donnée suggère des liens relativement personnels entretenus avec le duc. Ainsi, les enfants de certains fonctionnaires recevaient pour parrain le duc en personne, action à laquelle était liée également un don « princier » (le plus souvent une lourde pièce d’argent). . Lestocquoy, Les Dynasties bourgeoises d'Arras, du XIIIe au XV siècle, Arras, 1945; du même, Les Patriciens d'Arras sous la Renaissance. Arras, 1950. P. Feuchêrb, « La Bourgeoisie lilloise au moyen âge », Annales, 1949, p. 422-430.

 « Jehan Boinebroke » à Douai mort vers 1285 est le type incomparable du patricien flamand « à la fin de l’ apogée et à la veille de la chute de ce régime: il était échevin, propriétaire fonciers prête de l'argent. Il personnifie l'énergique « commerçant-capitaliste » à horizon mondial. Grâce à sa réparation testamentaire, évoquant 45 personnes avec lesquelles le drapier a été en relations plus ou moins mouvementées, on obtient une esquisse unique de l'organisation de l'industrie drapière en Flandre de 1260 à 1285. Côté économique, on observe le caractère individuel et le comportement social du patricien avec concentration de tous les pouvoirs: un riche bourgeois.  Dans la seconde moitié du XIII° siècle le patriciat urbain en Flandre réussit par l'emploi de tous ses leviers de pression à tenir encore quelques dizaines d'années, mais tout de même cette période prérévolutionnaire menaçants mouvements insurrectionnels. J. Boinebroke était l'homme choisi pour dompter  provisoirement les velléités révolutionnaires. Ses fils, quelques années après, paieront et seront bannis de Flandre, leurs biens pillés ou aliénés ; leur avenir restera sans espoir.

Lille

poursuivra son épanouissement et deviendra le lieu de résidence des seigneurs flamands et de leur cour.

Un autre personnage va marquer l’histoire de la ville. Il s’agit de Jeanne de Flandre, L’affrontement se traduira par l’incendie des villes de Cassel, Ypres, Bruges et Lille en 1213 sur ordre de Philippe Auguste.

Les bourgeois de la ville se virent offrir davantage de libertés.

Le commerce de la ville continua à fleurir en particulier sous l’égide du textile avec la production de laine, des ateliers de draperie et de la bière. Artisans, négociants, drapiers, marchands font la richesse de la ville et ces activités commerciales atteignent leur sommet au moment des foires, attirant nombreux étrangers et marchands.

Le Livre Roisin est l'un des rares coutumiers français du XIIIe siècle. Il contient les coutumes de la ville de Lille, mises par écrit en 1267, puis recopiées et enrichies en 1297, en 1349 et enfin de façon continue jusqu'au XVIe siècle. Une dernière copie officielle fut faite en 1618-1619. L'analyse approfondie du plus ancien manuscrit du Livre Roisin qui nous soit parvenu, celui de 1349, révèle les secrets de son élaboration. Les nombreuses chartes, actes, arrêts et bans joints au coutumier à proprement parler durant plus de deux siècles donnent une vue d'ensemble des lois qui régissaient les Lillois du Moyen Âge.

La cité passe ainsi sous la souveraineté du roi de France. Les traités de paix conclus en 1305 et 1312 entre le roi de France et Robert de Béthune signèrent le rattachement de Lille mais aussi de Douai, Orchies et Béthune au royaume de France.

Lors de la guerre de Cent Ans (1337-1453) Lille choisi son camps en faveur du roi de France.

Mais quelques décennies plus tard, c’est sous le giron bourguignon que se retrouvera le comté de Flandre.

En échange de la restitution de la Flandre, le duc de Mâle maria sa fille Marguerite à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, en 1369. Le Palais de Rihour, vit le jour en 1463.

Importance de la fondation d'une Chambre des comptes à Lille par Philippe le Hardi en 1386

fut l'un des outils principaux d'intégration des Pays-Bas méridionaux à l'Etat bourguignon naissant. Prolongeant les pratiques administratives propres à la Flandre et de l'Artois, l'institution nouvellement créée s'inspira aussi des usages monarchiques, ce dont témoignent ses méthodes de travail comme l'origine de ses officiers. Dans le cadre d'un Etat princier bipolaire largement tourné vers le royaume, l'institution lilloise s'inséra dans un réseau de Chambres regroupant Paris, Dijon, Lille et bientôt Bruxelles dans un échange de données et de compétences. Submergée de travail avec plus de 200 comptes à contrôler annuellement, la Chambre était considérée comme indispensable par les ducs de Bourgogne pour sa capacité à traiter une information puisée dans son réseau de correspondants et les archives comptables et diplomatiques. Elle parvint, notamment sous Jean sans Peur, à élargir son périmètre d'intervention La Chambre sut également établir une autorité de plus en plus solide sur le domaine et les monnaies, et gagna le statut de cour de justice reconnue par le Parlement, gardienne de l'autorité des ducs, elle ne cessa de rappeler le droit tout en exaltant la puissance de la grâce princière. Mais si elle se hissa jusqu'au seuil du pouvoir central par le biais du conseil au prince et parfois du maniement et de l'ordonnancement des finances, elle ne put cependant jamais s'assurer le contrôle réel de l'administration financière SANTAMARIA Jean-Baptiste - Équipe 3 - La chambre des comptes de Lille (1386-1419)

 

Lille devient espagnole avec Charles Quint puis française avec Louis XIV.

 « Leurs successeurs, les actuelles grandes familles issues d'agriculteurs, de marchands ou d'ouvriers du textile passés par l'Angleterre, dressèrent, eux, au XIXe et au XXe siècle, des cheminées. Bien plus hautes que ne l'exigeaient les machines à vapeur. Il s'agissait d'affirmer le pouvoir économique face au pouvoir politique, symbolisé par le beffroi, comme face au clocher (auquel ces catholiques bon teint accordaient cependant la révérence qui convenait). La cheminée manifestait aussi l'importance de l'usine, à laquelle ces hommes et ces femmes (celles-ci poussant souvent ceux-là) rendaient un véritable culte, et qui situait le rang de chacun dans cette aristocratie très particulière: "J'ai été épousée pour ma belle cheminée", disait, voilà seulement trois décennies, une Roubaisienne sans illusions. On ne dédaignait pas toujours, alors, d'étaler sa richesse. Depuis plusieurs décennies, au contraire, la richesse se cache ».

 

«  Ces familles patriciennes, riches en enfants et en idées, ont généré les meilleurs «entrepreneurs», allant des industries, maintenant traditionnelles de cette belle région, aux créations les plus avant-gardiste. Qu’ils prirent leur cheval, leur navire ou, plus tard, leur avion ou le Net, ils fondèrent, en France ou à l’autre bout du monde, des empires dont le siège était à Roubaix, longtemps capitale mondiale de la laine. Tout est à l'honneur, de la politique à la religion, de l’armée aux beaux-arts, de la presse aux capitaines d’industries, des explorateurs aux ingénieurs, mais aussi de véritables Saints et Saintes aux dévouements incommensurables. J’ai été frappé de voir combien, à chaque génération, la véritable notion de « Servir» prime les intérêts moraux ou financiers. C’est là le secret et la réussite de ces familles qui vont pendant des siècles être au premier rang de ce que « le Nord » a produit de meilleur. » Pierre de Bizemont

L’esprit d’entreprendre et le goût d’innover

Le catholicisme et l’engagement religieux

Le paternalisme et les œuvres sociales

Le goût des belles demeures et l’esprit de patrimoine

L’expression artistique et la promotion de l’art.

 
Définitions de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1758) BOURGEOIS : CITOYEN, HABITANT (Gramm.) termes relatifs à la résidence que l'on fait dans un lieu. Le bourgeois est celui dont la résidence ordinaire est dans une ville ; le citoyen est un bourgeois considéré relativement à la société dont il est membre ; l'habitant est un particulier considéré relativement à la résidence pure & simple. On est habitant de la ville, de la province, ou de la campagne : on est bourgeois de Paris. Le bourgeois de Paris qui prend à coeur les intérêts de sa ville contre les attentats qui la menacent, en devient citoyen. Les hommes sont habitans de la terre. Les villes sont pleines des bourgeois ; il y a peu de citoyens parmi ces bourgeois. L'habitation suppose un lieu ; la bourgeoisie suppose une ville ; la qualité de citoyen, une société dont chaque particulier connoît les affaires & aime le bien, & peut se promettre de parvenir aux premieres dignités.

 

La politique financière de Jean sans Peur, dont les aventures politiques et militaires avaient affaibli la gestion de domaine, ne fut pas reprise par Philippe le Bon, qui voulait maintenir le domaine ducal dans son intégralité.

Etre bourgeois de Lille, ce n'est pas porter un titre, ni être titulaire d'une charge, ni vivre une certaine condition de vie, c'est tout simplement un statut au sein d'une société citadine, organisée autour de valeurs et d'un collectif. Etre bourgeois à Lille, c'est appartenir à une frange de population dont les notions principales sont le respect de règles de conduite vis-à-vis de ces pairs, la défense de la ville et la protection des quartiers (milices bourgeoises). Les bourgeois de Lille sont recensés dans presque tous les corps de métiers. Après avoir prêté serment en la halle de Lille, les bourgeois de Lille jouiront de certains privilèges, notamment d'être jugés par les siens.

Le premier Registre aux bourgeois donne les noms des bourgeois reçus de 1291 à 1355 : 2De la couverture, seule subsiste la première de couverture sur ais de bois recouvert de cuir, actuellement en très mauvais état. Sur l’intérieur, un papier-parchemin a été collé sur le bois et porte l’inscription suivante :     1291    Commenché a la tousaint XIIc IIIIXX XI etfiny a     pareil jour de l’an XIIIc LVI     1356

 

 

Exemple de lignée médiévale de bourgeois de Lille :

Bauduin Verdière, né vers 1280, décédé après 1335.
Marié avec
Ne N, dont

·         Jean Verdière, bourgeois de Lille par relief 4/1/1652.
Marié le 4 janvier 1652, Lille , paroisse Saint Etienne, avec Marguerite Dubus, dont

o    François Verdière, bourgeois de Lille par relief 20/10/1677.
Marié avec Suzanne Danstaing.

 

Exemple d’anoblissement d’une famille de Lille :

1 Grégoire Waresquiel, né à Lezennes,  dont

        2 Jacques Waresquiel, receveur puis notaire, fils de acheta la bourgeoisie de Lille en 1591, marié avec Charlotte Carette, dont

 3 Charles Waresquiel, né en 1580, décédé, bourgeois de Lille, marié en 1599 avec Catherine Auxcouches, dont

o    4 François Waresquiel, seigneur de Magalaud, bourgeois de Lille par relief 1660, marié en 1637 avec Jacqueline Cardon, dont

§  5 François Waresquiel, seigneur de Magalaud, décédé en 1727, maître particulier des eaux et forêts à Lille en 1700, marié en 1684 avec Marie Catherine van Laer, dont

§  6 Pierre François Waresquiel, écuyer , seigneur de Saint Obier et de Magalaud, né le 19 juin 1702, Saint-André, Lille (Nord), décédé le 14 février 1776, Saint-André, Lille (Nord) (73 ans). Marié en 1745 avec Julie de Montmonier, née le 25 octobre 1704, Saint-André, Lille (Nord), décédée le 15 décembre 1775, Saint-André, Lille (Nord) (71 ans), dont

                                                     . 7 François de Waresquiel, écuyer , seigneur de Saint-Obin, né en 1747, Lille (Nord), baptisé le 7 février 1821, Lille (paroisse Saint-André), décédé en 1821 (74 ans), marié le 19 novembre 1776, Douai (Nord), avec Françoise Reine de Francqueville, née le 14 janvier 1755, Lille, baptisée le 16 janvier 1755, Lille (paroisse Saint-Pierre), décédée le 14 février 1826 (71 ans),               

  

Wallerand Hespel, né vers 1470, décédé, homme d' armes de Charles Le Téméraire, marié avec Ne N, dont

·         Romain Séraphin, écuyer , comte d'Hespel (30 avril 1817), seigneur de Guermanez,le 13 février 1762, Lille (Nord), décédé le 29 avril 1831, Haubourdin (Nord) (69 ans), maire d'Haubourdin.
Marié le 8 juin 1805, Tournai, avec Louise Joséphine Angélique Omérine de la Croix d'Ogimont, née le 24 mai 1768, Tournai (Belgique), décédée le 27 avril 1830, Haubourdin  (61 ans), dont

o    Adalbert d'Hespel, comte d'Hespel de Guermanez, le 3 juin 1806, Velaines (Meuse), décédé le 12 mai 1858, Haubourdin (Nord) (51 ans), maire d'Haubourdin, conseiller général du département du Nord (1848) et membre de l'Assemblée législative (1849).
Marié le 18 septembre 1826, Mérignies (Nord), avec Claire de Tenremonde, née le 21 juillet 1804, Tournai (Belgique), décédée le 12 décembre 1881, Lille (Nord) (77 ans), dont

§  Octave Joseph, comte d'Hespel, né le 11 août 1827, Haubourdin (Nord), décédé le 19 avril 1885, Chateau de Wavrin (Nord) (57 ans), propriétaire agricole, Maire de Wavrin, Conseiller général du Nord, Député du Nord en 1871, Sénateur du Nord de 1876 à 1879.
Marié le 11 août 1847, Haubourdin (Nord), avec Céline Marie de Croix, née le 15 février 1829, Lille (Nord), décédée, Bruxelles (Belgique).

 
Différents Virnot, bourgeois de Lille :

         VIRNOT  1786 Bourgeois par Relief- fiche de BARROIS François Jh

VIRNOT  1731 Bourgeois par Achat- fiche de LE LEU Philippe-Charles

  VIRNOT  1786 Bourgeois par Relief- fiche de QUECQ Msire François Emmanuel Désiré

VIRNOT 1783 Bourgeois par Relief- fiche de SAVARY Charles Henry

VIRNOT 1694 Bourgeois par Achat- fiche de SECADAR Mathieu

VIRNOT 1701 Bourgeois par Achat- fiche de TRESFFEL Pierre

            VIRNOT Charles Louis 1761 Bourgeois par Relief

VIRNOT Dominique 1732 Bourgeois par Relief

VIRNOT Jacques 1662 Bourgeois par Relief

VIRNOT Pierre 1676 Bourgeois par Relief

VIRNOT Urbain 1641 Bourgeois par Achat

VIRNOT Urbain 1683 Bourgeois par Relief

VIRNOT Urbain Dominique 1764 Bourgeois par Relief

 
Quelques notions à retenir :

Bourgeois forain : résidant en dehors de la ville

Bourgeois par achat : le fils de bourgeois est tenu de relever la bourgeoisie de son père s'il veut le devenir à son tout. Les batards de bourgeois ne sont pas exclus, ils doivent seulement justifier de la qualité bourgeoise de leur père et la réalité du lien de filiation qu'ils invoquent. Les différentes circonstances qui obligent au rachat sont :- la survenance de la majorité- la mise hors le pain de père et mère- la partage- le mariage. Un délai d'un an est laissé au fils de bourgeois qui convole en justes noces pour y procéder, le délai passé il ne peut plus se faire admettre de plein droit, en vertu de son hérédité.

Bourgeois d'achat : le bourgeois d'achat doit pour être admis remplir certaine condition : le "manage", c'est à dire pour le postulant d'habiter la ville, d'y occuper une place sociale relativement élevée et d'y payer un impôt.- les nouveaux bourgeois doivent consigner au profit de la communauté un cautionnement ou "franche" garantissant à celle-ci le paiement de leurs impositions

En fait la seule règle quant à l'âge qui en ressort est le rachat par les fils de la bourgeoisie du père dans l'année qui suit le mariage.

A Lille, peu de femmes ont été bourgeoise. On ne peut  que bourgeois que d'une seule ville.

La collection des registres de bourgeoisie de la ville de Lille est très riche. Elle remonte à l'année 1291. Le contenu des actes de bourgeoisie est sans conteste les plus détaillés des collections de toutes les villes de la région (Comines, Courtrai, Bruges, Ypres....etc).

 
 

L‘ intégration de familles néerlandophones

issues de la Flandre occidentale au sein de l’élite des châtellenies de Lille, de Douai et d’Orchies, était indubitablement liée à la problématique linguistique. C’était en effet le français qui dominait à la chambre des comptes de Lille alors que l’usage et la connaissance du (moyen) néerlandais y était nettement moins nette. Or on s’attendait en théorie à ce que le personnel de la chambre des comptes maîtrisât – probablement au moins de manière passive – les trois langues d’administration  AD Nord, B17728. Et s’il est vrai que les comptes officiels étaient en général rédigés en français, beaucoup de documents justificatifs, de lettres officielles, d’enquêtes, de dénombrements et d’autres documents importants continuaient à être écrits en (moyen) néerlandais en beaucoup d’endroits. D’autre part, la grande majorité des comptes contrôlés par la chambre des comptes étaient rédigés en français et les receveurs domaniaux maîtrisaient probablement tous cette langue. Mais à la chambre des comptes, la plupart des membres du personnel étaient originaires de régions francophones et ne maîtrisaient sans doute pas du tout le (moyen) néerlandais. L’auditeur La connaissance des langues était ainsi une nécessité pragmatique et non de principe.

Roubaix

Concernant Roubaix, " Dès 7 heures du matin, le 15 du mois de novembre 1469, ( époque de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne 1433-1477) le bailly Jean de Langlée, les échevins Jean de Buisnes et Jean Prouvost, dit des Huçons, les deux lieutenants Jean Fournier et Guillaume Agache, se rendirent au château  de Roubaix  construit par Pierre de Roubaix  (1415-1498), premier chambellan de  Charles, duc de Bourgogne, pour lui témoigner la reconnaissance de ses sujets pour avoir  obtenu la charte de Roubaix qui donnait à la ville le droit de faire draps de toute laine. "

Jean sans peur, Philippe le Bon, Duc de Bourgogne, 1° Chef et Souverain de la Maison de Bourgogne (1396-1467) Charles le Téméraire, fils de Philippe le Bon, deuxième Chef et Souverain de la Maison de Bourgogne (1433-1477)

Jean V de Roubaix (ca 1369 - 1449) (ou Jehan de Roubaix), chevalier de l'ordre de la Toison d'Or en 1430 était seigneur de Roubaix, Seigneur de Roubaix et de Herzele, de Longueval, du Broeucq et de Fontenoy
Il portait, comme tous les seigneurs de Roubaix, d'hermine au chef de gueules. Un Jean de Roubaix est également tué à la bataille de Nicopolis en 1396.Jean fit parler de lui, pour la première fois, lors de la bataille de Roosebecke (sur la commune actuelle de Westrozebeke, 27 novembre 1382). Il combattit les Sarrasins à Carthage, visita les Lieux Saints en Palestine. Ses nombreux succès firent de lui un des seigneurs les plus puissants de l'époque, tant financièrement que par l'influence dont il jouissait auprès des Ducs de Bourgogne. Il fut le premier chambellan du duché de Bourgogne sous Jean sans Peur et conserva son poste à la mort de celui-ci au profit de son fils, Philippe III de Bourgogne dit Philippe le Bon. C'est donc tout naturellement que ce dernier l'envoya au Portugal en 1428, afin de négocier le mariage du duc avec Isabelle de Portugal. Dans l'ambassade, on retrouvait un membre illustre, Jan Van Eyck qui était, à l'époque, le peintre du duc. Le mariage eut lieu à Bruges, le 10 janvier 1430. Lors des fastes, le duc créa l'Ordre de la Toison d'Or, les premiers chevaliers furent (dans l'ordre) Philippe le Bon, Guillaume de Vienne, Regnier Pot et Jean de Roubaix. Jean meurt en 1449 ; son fils, Pierre de Roubaix, lui succède comme chambellan du duché de Bourgogne.

Face au pouvoir laïc symbolisé par l'Hôtel de Ville, la tour de l'église Saint-Martin est le témoin architectural le plus ancien de la Ville de Roubaix. Située au centre de la ville, elle a vu se développer autour d'elle le bourg puis la ville que nous connaissons. L'origine de l'église pourrait remonter au 9 ème siècle (vers 881-887). Elle se développe peu à peu du 12ème au 15ème siècle. De 1468 à 1521 : l'église est reconstruite à l'exception du chœur. Elle voit l'édification de sa tour de 1511 à 1571. En 1684, cette dernière est la seule rescapée d'un important incendie qui dévaste une grande partie de la ville. En 1848, l'église est totalement remaniée par la surélévation du chœur, et l'adjonction de deux nouvelles nefs de part et d'autre de ce chœur, ce qui fait de l'Église Saint-Martin, l'un des premiers édifices néo-gothiques dont le décor intérieur est dominé par le splendide retable de Saint-Jean Baptiste, joyaux de l"art religieux.

Pierre de Roubaix est né à Herzelles (près de Bruxelles) le premier août 1415. Il décède à Roubaix le 7 juin 1498 et est inhumé en l'église paroissiale Saint Martin, dans la chapelle "Sainte-Croix". Il succède le 7 juin 1449 à son père, Jean V de Roubaix. Il a trente quatre ans. Très jeune, il avait épousé Marguerite de Ghistelle, dame du Broeucq et de Wasquehal, héritière de l'une des plus nobles et des plus anciennes maisons de Flandres. Il fit passer la ville d'une petite localité à une des villes les plus prospères de la région, notamment en obtenant le 1er octobre 1469 une charte de l’État bourguignon lui garantissant un privilège d'exercer le commerce et la manufacture. Il accumula par ce biais une considérable fortune. Pierre de Roubaix fut aussi un grand voyageur, qui se rendit à Rome, à Jérusalem, alla combattre les infidèles à Carthage etc. À sa mort, il n'avait qu'une fille, Isabeau de Roubaix qui fonda l'hôpital Sainte-Élisabeth en 1488 pour y accueillir 12 femmes pauvres, soignées par les religieuses de l'ordre de Saint-Augustin jusqu'à la Révolution  qui lui succéda. Après lui, la branche masculine ainée de la famille "de Roubaix" s'éteint et la domination du fief passe, par le mariage d'Isabeau avec Jacques de Luxembourg, par le mariage de leur fille ainée Isabelle de Luxembourg à Jean III de Melun à la famille de Melun. La descendante de Jean III, Jeanne de Melun portait le titre de Marquise transmit à la maison de Ligne par son mariage avec Lamoral Ier de Ligne, premier prince de Ligne, et actuellement la famille Meurillon.

Pierre de Roubaix  et ses cinq collaborateurs : Le bailly Jean de Langlée, les échevins Jean de Buisnes et Jehan Prouvost, les lieutenants Jean Fournier et Guillaume Agache.

 " Depuis Charles Quint, les mêmes familles dominent la Fabrique Roubaisienne : Pollet, Mulliez, Prouvost, Van Reust (qui devient Voreux), Leclercq, Roussel, Fleurquin, Florin, Malfait. Elles assurent la majorité de la production." Hilaire -Trénard: Histoire de Roubaix".

« Dans chacune de nos cités des Flandres –maritime et wallonne- l’Eglise nous enseigne la fidélité aux traditions religieuses, le Beffroi affirme l’attachement aux  libertés communales, toutes les productions des lettres et des arts nous démontrent le respect de la foi jurée, le culte du beau, l’amour du bien, la fierté du devoir accompli. » Albert-E Prouvost.

(Histoire de Roubaix, Trénard) .

Roubaix, Mentionnée dès 897, Siège d'une importante seigneurie au XI° siècle.

En 1414, reçoit le titre de ville grâce à Jean III de Roubaix  (Jean Sans Peur), qui obtient le droit de créer un échevinage, Ancienne capitale mondiale de la laine, Ville d'Art et d'Histoire (label accordé à Roubaix en décembre 2000)

« Jean Buzelain put écrire, en 1625, dans sa Gallo-Flandria, sacra et profana: " Roubaix, bourg ancien et noble sous beaucoup de rapports:

sa dignité de Marquisat, son vieux château, la multitude de ses habitants, ses manufactures de draps, son église paroissiale,

son hopital, sa forme de ville concourent à lui donner un air de grande beauté et de richesse." Hilaire Trénard

Le curé Jacques Legroux déclare en 1714 : « le bourg de Roubaix est considérable et ancien ;

ses manufactures le rendent célèbre plus que bien des grandes villes en France, en Espagne et ailleurs ».

Le voyageur la Force, décrivant la Flandre en 1722, dépasse les estimations, en affirmant :

« Outre les villes de la châtellenie de Lille, il y a des bourgs aussi considérables que des villes : Tourcoing et Roubaix sont de ce nombre et ne contiennent pas moins de 12000 âmes chacun. (histoire de Roubaix: Hilaire-Trénard,p 77)

Au XVIII° siècle,  Panckoucke écrit dans son Petit Dictionnaire Historique et Géographique de la châtellenie de Lille :

« Beaucoup de villes ne valent pas le bourg de Roubaix  tant dans la beauté des maisons du lieu que dans le nombre de ses habitants ».

Quelques anciennes familles de Roubaix :

Il existe une très ancienne famille de Fresnes remontant ses preuves de noblesse vers 1340 et qui est connue dans la région de Tournai, Roubaix…Cette famille donne naissance aux seigneurs de Fresnes, du Lobel, du Gauquier… et occupe des fonctions échevinales à Roubaix, de lieutenant de Saulx et du marquis de Salm à Néchin, bailli de Néchin, censier de nombreuses terres, négociant et industriel dans le textile. Eleuthère de Fresnes, seigneur d’un fief à Néchin, s’installe marchand drapier à Tournai.

Jacquemars de Lespaul, né vers 1335, Roubaix, décédé après 1370, propriétaire de fiefs à Roubaix,  marié  avec Ne de Froines, dont Jehan de Lespaul, né vers 1375, décédé en 1421 (peut-être 46 ans), archer à cheval,  dont

Mathieu de Lespaul, écuyer, né vers 1410, Roubaix, décédé vers 1482 (peut-être 72 ans), homme de fief, écuyer du vicomte de Ligny,  marié  avec Jeanne Le Clercq.  Pierre d’Assonville, monnayeur en 1297. « dans l’église Notre -Dame de Bruges se trouve la sépulture de Jean Dassonneville qui vivait au 16è siècle. Sa femme Catherine Breydel, morte en 1546, portait : de gueules à trois têtes de cheval, harnachés d’Azur (J. Gaillard, Inscriptions funéraires et monumentales de la Flandre occidentale; t 1, 2è partie). Son épitaphe est surmontée de son blason d’argent à la croix de sable accompagnée dans chaque canton de quatre feuilles de trèfle posées deux à deux (voir blason 2). Nous trouvons encore d’autres armoiries des Dassonville : d’azur au chevron d’or accompagné de trois étoiles du même (blason 3) - d’or à une coquille de gueule (blason 4) - d’argent à deux chevrons d’azur accompagnés en chef de deux étoiles du même (blason 5) - d’or au lion d’azur armé et lampassé de gueules (blason 6) - d’or au lion de gueules armé et lampassé d’azur (blazon 7) - de gueules au lion d’or (blason 8). Gilles d’Assonneville, homme de la cour de Mons en 1407, usait d’un sceau au chevron accompagné de deux épis en chef et d’une étoile en pointe (Demay, Sceaux de la Flandre, n° 3194). Guillaume d’Assonneville était abbé de Saint-Denis en Broqueroye en 1427 et portait un écu au chef chargé d’un lion.

Delerue : Famille connue à Roubaix dès le XIII° siècle ; filiation suivie depuis Martin, vivant à Roubaix en 1570, fabriquant d’étoffes de laines. Mariage, fin XVI° siècle de Catherine Prouvost et Noël de le Rue.

« Un sceau conservé d’Eulart le Blan, bailli de l’abbiette de Lille en 1390. » De Puymège, les vieux noms de France.

Jean le Blan, auditeur en la chambre des Comptes de Lille, conseiller de l’empereur en 1543. 1553, Guillaume le Blan, seigneur de Houchin, donna sa maison de l’Ermitage à Lambersart à son fils Alexandre : son procès avec son fils Guillaume fait l’objet d’une lettre de Philippe II. André le Blan, seigneur de Moulin en 1686. Claude le Blan, chevalier, seigneur de Bugnicourt en 1722. Mariage de Jean Prouvost et Antoinette le Blan ; mariage d’Antoine le Blan et Nicole Prouvost, fille d’Eugène Prouvost et Marie-Louise Crépy.

La famille de Lespierre pourrait descendre de Denis de Lespierre, époux d’Agnès de Croix, fille d’Olivier de Croix, vivant en 1389, époux de Marie de Beaurepaire, arrière petite fille d’Olivier de Croix, époux d’Agnès de Langlée, ce dernier arrière petit fils d’Eustache de Croix, chevalier qui fit la croisade de Constantinople et décèda en 1202 et de Dame Mathilde. A cette famille de croix appartient Allard, seigneur de Wismes.

Jacques de Lespierre 1460

I

Guillaume de Lespierre 1485 et

Jehanne de Le Dicque 1485

I

Blaise de Lespierre, seigneur de La Rondrie 1510-1574

&1535 Martine de Laoutre 1510

 Piérart de Surmont ca 1475 &
Alix Farvaque ca 1475
|
Arnould de Surmont ca 1500-/1588

(Arnould Albert de Surmont)&
Jeanne de Phalempin ca 1500-/1588

Gerard Cuvelier ca 1475-1535/1553 &
Ne N
|
Anselot Cuvelier ca 1505-1571

Bailli d'Oresmieulx à Wicres, bourgeois de Lille (1553) &ca 1527
Claire Le Guillebert +
|
Aymond Cuvelier, seigneur de La Hallerie ((à Houplines)), seigneur de Malet ((à Wicres))

Homme d'armes de la compagnie du comte de Ligne, fermier des dîmes de Saint-Amé et d'Oresmieux, bourgeois de Lille par relief du 13/12/1575&1575
Marie de Bassecourt /1555-1647

 Droulers :

40 Bourgeois de Lille figurent dans les registres de la ville sous le nom « de ROUL(L)ERS »  

ou ses formes contractées. Le premier d’entre eux était Baudon de ROULLERS, dit « Le Pelet », fils de Jéhan,

reçu Bourgeois de Lille en 1318. Suivent ses fils Jehan et Jacques (1340 et 1342). Raoul de ROULERS est en 1200 chevalier de la chatellenie d’Ypres. Il prend part à la IVe croisade 1198-1220 derrière Baudouin, comte de Flandres
Jean de ROULERS, chevalier, cité en 1216 comme témoin d’un acte par Hellin, Histoire chronologique du chapitre de Saint-Bavon. Gilles de ROULERS est en 1291 bailli de Lille. En 1294 il représente les intérêts de Jean de Namur, comte de Hainaut, fils de Gui de Dampierre Comte de Flandres et d’Isabelle de Luxembourg dans l’affaire dites des « jets de mer ».

 

Tourcoing

Le nom est attesté sous les formes Torcoin en 1080, Torcoing en 1165, Torcum au XIIe siècle1.

hameau de chaumières autour d'une villa romaine. Des fouilles archéologiques montrent qu'une paroisse et une chapelle s'installèrent au IVe siècle, avec l'arrivée du christianisme.

Le village de Tourcoing était à l'époque une seigneurie (elle le restera jusqu'en 1789), dépendante de la châtellenie de Lille, laquelle faisait partie du Comté de Flandre.

.Du XIe au XIIIe siècle : premières institutions ; elle appartient à la Maison des seigneurs d'Alost, puis des comtes de Guines en 1166, et est enfin rachetée en 1294 par la famille de Mortagne. Ces importants barons flamands ne semblent pas avoir résidé ni avoir eu une grande influence sur l'évolution de la localité. Trois faits se dégagent des banalités de la vie féodale : 1130 : à la suite de la demande des habitants, qui souhaitent avoir une église à Tourcoing, l'édifice est dédié à saint Vaast. deviendra l'église Saint-Christophe.

En 1260, dans la continuité du grand mouvement charitable des Flandres, la dame douairière de Tourcoing, Mahaut de Guisnes donne « cinq bonniers de terre » à des religieuses. Celles-ci devront y construire L'hospice d'Havré est à l'origine de l'actuel hôpital Gustave-Dron.En 1294, le concordat l'équivalent des libertés communales (ou "Keures") des grandes cités flamandes. Cet accord, qui fixait la coutume (c'est-à-dire la justice locale), divers aspects de la vie économique (marchés et ducasses) et le pouvoir politique au niveau du village, cet accord sera donc respecté et scrupuleusement appliqué jusqu'en 1789.

En 1304, à la suite de la victoire de Philippe IV le Bel sur les Flamands révoltés à Mons-en-Pévèle, le roi obtient le rattachement des châtellenies de Douai, Orchies et Lille au domaine royal de France.

Le seigneur de Tourcoing doit donc rendre hommage directement au roi de France, et non plus au comte de Flandre. Dans les faits, les Tourquennois ne virent guère de changement : faisant partie de la Flandre romane où on parlait le patois picard, proche du français (et non le flamand occidental), ils furent administrés par des baillis du roi qui résidaient à Lille.

En 1369, Charles V  le Sage cède la châtellenie de Lille au comte de Flandre, Louis de Maele. En effet, le roi négocie le mariage de la fille unique de Louis de Maele, Marguerite de Maele, avec son frère cadet, Philippe le Hardi. Il préfère céder la Flandre romane au comté de Flandre plutôt que de voir le prodigieux héritage de Louis de Maele (Franche-Comté, Artois, Boulogne, Nevers, Rethel et Flandre) partir entre les mains d'un prince étranger.

En 1443, on a la première trace écrite de l'échevinage de Tourcoing, composé de sept échevins et d'un bailli (lequel réside dans le manoir seigneurial à côté de l'église Saint-Christophe, nommé château du Bailly).

En 1491, l'empereur germanique Maximilien d'Autriche accorde à Tourcoing une Franche Foire, la hissant ainsi au même niveau que les commerçantes cités drapières de Flandre. La draperie devient un des centres d'intérêts de la vie tourquennoise. On constate qu'à partir de cette époque les notables de la ville deviennent des tisserands ou des brasseurs.

La Renaissance et la guerre des Gueux

L'embellissement et l'agrandissement de la vieille église Saint-Vaast, devient l'église Saint-Christophe. est construite la Halle échevinale,

La Réforme, avec les troubles qu'elle apporte, gagne la région : Tourcoing est en partie acquise à la religion protestante, quand survient la terrible répression organisée par Ferdinand Alvare de Tolède, duc d'Albe, représentant du roi d'Espagne, nouveau souverain de la châtellenie de Lille.

La guerre des Gueux commence :

Le XVIIe siècle voit le retour définitif de la châtellenie de Lille à la couronne de France en 1668. À Tourcoing, cela se traduit par la création d'un collège en 1666 par les récollets, avec l'autorisation officielle du roi Philippe IV d'Espagne Collège de Tourcoing.

XVIIIe siècle : l'émancipation face à Lille

Comme à Lille, on abandonne progressivement l'ancienne architecture flamande pour privilégier le classicisme, comme le montre le nouvel hôtel de ville inauguré en 1718 en lieu et place de l'ancienne halle échevinale devenue trop petite).

Le XVIIIe siècle voit, dans la Flandre gallicante : Lille, vieille cité drapière depuis le Moyen Âge, s'est arrogé un grand nombre de privilèges.

Les habitants du plat pays n'étaient donc que des fournisseurs de matières premières.

Certaines grandes familles de l'époque vont braver l'interdit lillois et se lancer clandestinement dans la confection de menue draperie, avec la neutralité bienveillante du bailli et des échevins de Tourcoing. Mais, plusieurs fois, le pot aux roses fut découvert, et les autorités lilloises, en faisant des inspections à Tourcoing, découvrirent un jour de 1730 des métiers à tisser dans la propriété des Destombes. Tollé général à Lille, qui détruit les instruments et interdit aux bourgs du plat pays de recommencer. Mais Tourcoing n'est déjà plus un "bourg" : forte de douze mille âmes, elle se sent prête, avec sa voisine Roubaix (8000 habitants sous l'Ancien Régime) à défier Lille. Par provocation, un atelier de confection de tapisseries, tentures et tapis ouvre à Tourcoing. Il est fermé le mois suivant par les autorités de Lille. L'antagonisme entre Lille et Tourcoing s'accentue, des Tourquennois sont traînés en justice...

Tourcoing accueille la Révolution française avec un enthousiasme modéré. Enthousiasme, parce la ville espère que ce qu'elle considère comme la lourde et inefficace administration d'Ancien Régime va enfin être réformé et mettre fin aux inégalités provinciales dont elle souffre; de plus, le vent de liberté qui souffle en 1789 ne peut laisser indifférent qui que ce soit. Modéré, parce que la plupart des habitants sont très attachés à la religion catholique, apprécient le vieux collège des Récollets et ont en grande estime leur seigneur, le duc d'Havré Maximilien de Croÿ (qui est d'ailleurs élu député de la noblesse aux États Généraux), qui vient les voir de temps à autre.

En 1790, Tourcoing, jusque-là véritable embrouillamini de fiefs féodaux, ayant pour seule unité la paroisse de Saint-Christophe, devient administrativement une ville avec conseil municipal. Le premier maire de Tourcoing est Louis Desurmont, représentant d'une grande famille locale. La Flandre française devient le département du Nord.

Tourcoing étant sur la route traditionnelle des invasions, ville ouverte de surcroît, elle fut occupée par les Hollandais et les Autrichiens à plusieurs reprises. La République mit fin à la présence ennemie sur le sol tourquennois le 18 mai 1794 (29 Floréal An II), lors de la fameuse bataille de Tourcoing, première victoire offensive des armées républicaines sur la coalition européenne.

Sous le Premier Empire, la ville ne connut pas de transformations majeures, à part le retour au calme nécessaire à sa croissance économique.

La ville fut de nouveau occupée par les Saxons en 1814 et 1815, mais ceux-ci s'étant conduits de manière irréprochable, cette occupation eut des conséquences inattendues (mariage et installation de soldats saxons à Tourcoing, création d'une fanfare commune...).

L'âge industriel : la prospérité textile commence à partir des années 1820 : elle débute de concert avec l'arrivée de la Révolution industrielle en France. Cette période, qui voit l'élévation de Lille, Roubaix et Tourcoing à une renommée internationale grâce à leur prospérité industrielle, cet âge d'or reste associé à tous les grands noms locaux : les Desurmont, les Destombes, les Flipo, les Tiberghien, les Odoux et autres Sasselange... Ces grandes familles, pour la plupart parmi les plus anciennes de la ville (déjà mentionnées dans les registres paroissiaux du XVe siècle), vont devenir de véritables dynasties qui vont diriger l'économie locale jusqu'au début des années 1960.

Tournai

L'histoire de la ville de Tournai commence à la fondation de la cité durant les temps romains et se poursuit jusqu'à nos jours. Cité royale sous les premiers Mérovingiens, elle fut par la suite intégrée dans la Francie occidentale puis dans le royaume de France avec une large autonomie qui lui permit d'être une « république communale ». La ville devint également anglaise pendant quelques années, puis fut intégrée au reste des Pays-Bas espagnols sous Charles Quint, passa dans le royaume de Louis XIV, puis réintégra les Pays-Bas, à ce moment-là autrichiens, puis fit partie de l'État français sous le Directoire et l'Empire, après le Traité de Vienne du Royaume-Uni des Pays-Bas et enfin du Royaume de Belgique après l'indépendance nationale.

Expansion de la ville se déroule durant l'essor économique et démographique de la ville qui se situe au XIe et XIIe siècles. La ville développe à l'époque des activités commerciales qui lui permirent de se faire un nom comme la pierre de Tournai et le drap. En 1147, la ville est érigée en commune jurée par les patriciens.

République communale

En lutte avec un comté de Flandre très turbulent, Philippe Auguste accorde deux chartes l'une en 1188 et l'autre en 1211 à Tournai qui lui accorde des privilèges. Elle peut s'administrer elle-même selon ses propres intérêts sans l'intermédiaire d'un représentant de l'autorité royale.

Signe de cette prospérité, la guilde locale des drapiers, la Charité de Saint-Christophe, s'affilie à la Hanse flamande de Londres.

La commune est pourtant à nouveau supprimée en 1367 : les finances de la ville souffrent, entre autres, des guerres des rois de France et les Tournaisiens sont pressés par leur souverain de payer de nouveaux impôts, ce qu'ils refusent et des émeutes ont lieu. Le 6 février 1370, les libertés communales sont rétablies avec une nouvelle constitution qui donne tous les pouvoirs à l'aristocratie urbaine. En 1423, une révolution démocratique a lieu et les artisans regroupés en corporations de métiers participent dès lors au gouvernement de la ville. Il y a alors un quatrième collège, celui des doyens et sous-doyens des métiers, aux côtés des ceux des eswardeurs, des jurés et des échevins.

Cette accession des gens de métier au pouvoir s'explique par le fait que le XVe siècle est un âge d'or pour la cité qui est alors renommée sur le plan de l'art. Ses peintres, ses tapissiers, ses sculpteurs sur pierre et ses fondeurs de laiton produisent énormément de chefs-d'œuvre. Des maîtres comme Jacques Daret, Robert Campin, Roger van der Weyden sortent de la guilde de Saint-Luc, la corporation des peintres et les ateliers de tapisserie qui avaient souffert de la guerre de Cent Ans retrouvent leur éclat, notamment suite au déclin d'Arras. Ils exportent dans tout l'Occident et sont les fournisseurs attitrés des Ducs de Bourgogne qui maintenant règnent sur presque l'ensemble des Pays-Bas.

Tournai entre le Roi de France et le Duc de Bourgogne

La ville est divisée en deux partis. D'un côté, les patriciens qui veulent préserver leurs intérêts commerciaux et ne pas heurter le duc de Bourgogne, allié du roi d'Angleterre et dont les territoires encerclent Tournai de toutes part. De l'autre, les métiers, qui entendent rester fidèles au dauphin Charles, héritier légitime de la maison de Valois. Le 8 juin 1423, les métiers font une révolution démocratique qui modifie les institutions de la ville comme on l'a vu ci-dessus, mais place aussi définitivement la ville dans le camp de Charles VII C'est donc à juste titre que Jeanne d'Arc adresse la lettre suivante aux habitants de la ville:

En 1464, Tournai offre une splendide réception au roi, qui reçoit les clefs de la ville des mains des magistrats. En 1477, le roi lui octroie quelques droits par lettres patentes17.

Les Tournaisiens tentent pourtant de concilier ce loyalisme à la couronne avec une prudente neutralité envers leurs puissants voisins, les ducs de Bourgogne.

 

La période anglaise de Tournai

débute officiellement le 25 septembre 1513, quand Henri VIII fait son entrée dans la ville au matin.

Les Anglais resteront à Tournai jusqu'en 1519, date à laquelle François Ier rachète la ville. Tournai est la seule ville de Belgique à avoir été anglaise.

 

Période espagnole

Le retour à la couronne de France ne durera pas longtemps. Charles Quint prit Tournai durant la sixième guerre d'Italie au bout d'un blocus de 3 mois et d'un siège de 6 semaines20. L'appartenance de Tournai à la Flandre et au reste des Pays-Bas fut officialisée par la Pragmatique Sanction de 1549. Ce document ne fait pas la mention de Tournai car elle fait partie intégrante du Comté de Flandre. Il établit que les Pays-Bas espagnols, aussi appelés Dix-Sept Provinces, forment un tout et qu'ils sont une entité séparée du Saint-Empire romain germanique mais aussi du Royaume de France.

Sitôt la ville conquise, Charles-Quint modifia la composition du gouvernement communal, supprimant le consistoire des eswardeurs et celui des doyens des métiers.

 

La Genève du Nord

Au milieu du XVIe siècle, la Réforme recueillit une large audience à Tournai, malgré les efforts de Philippe II pour l'éradiquer. Ruinée par la guerre, celle-ci ne se remit que très lentement sous le règne des archiducs Albert et Isabelle.

Tournai français sous Louis XIV

Au cours de la Guerre de Dévolution, l'armée française vint investir Tournai le 21 juin 1667. Le siège fut mené par Vauban25, directement sous les ordres de Louis XIV. Il ne dura que deux jours. Tournai connut sous Louis XIV une période de prospérité qui prit fin lorsqu'éclata la guerre de Succession d'Espagne, la ville se trouvant sur un théâtre d'opérations. Par le Traité d'Utrecht, le Tournaisis fut à nouveau rattaché aux Pays-Bas méridionaux, qui revenaient à la maison d'Autriche.

 

Période autrichienne

Le retour de Tournai dans le giron des Pays-Bas ne profita pas à la ville sous le règne de Charles VI. Administrativement, elle cessa de jouer le rôle important que Louis XIV lui avait dévolu, notamment par l'établissement du Parlement des Flandres, et retomba au niveau d'une quelconque ville de province. Économiquement, elle souffrit d'être privée de débouchés vers les marchés français. Elle dut par ailleurs supporter le poids de l'entretien d'une garnison hollandaise.

L'avènement de l'impératrice Marie-Thérèse entraîna un nouveau siège de Tournai au cours de la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748). En 1745, une armée française commandée par le Maréchal de Saxe encercla la ville. Le 24 juin, le roi Louis XV faisait son entrée dans la ville. L'occupation française fut de courte durée. Par le traité d'Aix-la-Chapelle (1748), Louis XV restitua ses conquêtes et Tournai retourna à l'Autriche.

Le reste du règne de Marie-Thérèse se déroula sous de meilleurs auspices sur le plan économique, notamment dans le domaine de la bonneterie et des filatures. Cette époque vit également la naissance et le développement de la porcelaine de Tournai. En 1750, Le Lillois François-Joseph. Péterinck avait créé une fabrique de porcelaine qui prit bientôt le nom de «Manufacture impériale et royale». Son renom s'étendit loin au-delà de Tournai, rivalisant avec la porcelaine de Sèvres ou de Saxe. Il en allait de même des tapis de la firme Piat Lefèbvre et fils, qui faisait vivre 1 200 ouvriers en 1786. La croissance démographique de Tournai était tout aussi éloquente: la population passa de 21 392 habitants en en 1746 à 25 726 en 1786.

En 1781, Joseph II succéda à sa mère. démantèlement des places fortes suppression de nombreux couvents, bannit les cimetières de l'intérieur des villes des réformes administratives et judiciaires qui provoquèrent une levée de boucliers il bouleversa l'ancien système de duchés et de comtés des Pays-Bas, qu'il remplaça par neuf «cercles». Tournai

 

Occupation française

À peine revenue dans le giron de l'Autriche, Tournai se retrouve dans une zone de combats après la déclaration de guerre de la France à l'Autriche (1792). Après la bataille de Jemappes, les Autrichiens évacuèrent Tournai dans la nuit du 7 au 8 novembre 1792. Ce vœu fut transmis à la Convention, qui décréta le 23 mars que tournais et le Tournaisis feraient désormais partie intégrante du territoire de la République.».

Entre-temps la fortune des armes avait changé de camp : les Français, défaits à la bataille de Neerwinden, quittèrent la ville où les Autrichiens rentrèrent le 31 mars

 


la notion de SERVIR,

principe des élites
un héritage spirituel :
nous commencerons par ces deux citations:

Pierre Prouvost dans la généalogie qu'il rédigea en 1748 : 
« Voila la description des descendants des Prouvost et de ceux  qui se sont alliez jusques a la fin de cette année mille sept cens quarante huit. Et on peut dire sans vanité, que lesdits du surnom Prouvost, ont

toujours vécu en gens de biens,

d’honneurs

et de bonne réputation en la foi catholique apostolique et romaine

et les plus notables des villages qu’ils ont habitez " 
et le littéraire C. Lecigne, en 1911, publié chez Grasset, au sujet du poète Amédée Prouvost: 
" Dès l’âge de cinq ans, Amédée Prouvost se sentit dépositaire d’une tradition et comme l’héritier présomptif d’une royale lignée : l apprit un à un le nom de ses prédécesseurs et que chacun d’eux signifiait depuis quatre siècles et demi, beaucoup d’honneur, de travail et de foi chrétienne. On ne voulut pas qu’il puisse méconnaître ce passé et, si, par impossible, il lui arrivait d’être infidèle, qu’il eût l’excuse de l’ignorance. Un jour le père prit la plume et, sans orgueil, sans autre prétention que de donner à ses enfants la conscience intégrale de leurs origines, il écrivit les annales de sa famille. Avant tout, il songea à celui qui était son premier né, l’espérance de la dynastie ; il s’adressa à lui : 
« Je crois utile, mon cher fils, dès tes premiers pas dans ta vie d’écolier, de t’initier à ce que tes maîtres ne pourront t’enseigner avec autant de persuasion que ton père, j’entends 
L’amour de la famille, 
Le respect de ses traditions d’honneur, 
Un attachement inébranlable aux convictions religieuses de nos pères, 
et leur fidélité aux traditions monarchiques. 
Je considère comme un devoir De te donner comme modèle  cette lignée d’ancêtres."

Mais le Nord industriel prit une importance économique de premier plan au XIX° siècle qu’a exposé avec brio Pierre Pouchain dans sa magistrale somme « les Maîtres du Nord ».

 

Les collèges, cercles, paroisses

Des "grandes familles du Nord"

Terre très catholique depuis la contre-Réforme du XVI° siècle, la Flandre, en l’occurence méridionale, voit ses élites tout naturellement engagées dans cette foi et ses combat. Toutes les « grandes familles » patronales s’illustrèrent en ce domaine et certaines plus particulièrement, les Bernard, les Féron-Vrau.

« Au XVIe siècle, c'est Douai qui accueille les facultés nordistes.

À cette époque et jusqu'au XVIIIe siècle, Lille ne possède ni université, ni académie, mais seulement quelques collèges enseignant les humanités, successeurs des écolâtres de la collégiale Saint-Pierre de Lille établis depuis le XIIIe siècle.

Sous l’Ancien Regime, à Lille :

On compte huit maisons religieuses d' hommes : les Jacobins ou Dominicains. 1663-1667. Les Récollets 1692 Les Capucins Les Minimes.Les Carmes chaussés. 1758 Les Carmes déchaussés. 1675 Les Augustins 1738 Les Frères du Tiers- ordre de S' François. Quant aux maisons religieuses de filles, elles sont au nombre de seize : L'Abiette. Les Clarisses. Les Colettines. Les Brigittines. Les Annonciades. Les Urbanistes. Les Carmélites .1707 Les Capucines. Les Célestines. Les Ursulines. Les Soeurs du St Esprit. Les Dominicaines. On peut y ajouter 4 ordres de non cloîtrées/Les Soeurs Grises.Les Soeurs Noires.les Soeurs de St François de Sales.La Magdeleine.d'après L'Abbé d' Expilly.

 

Au cours du XVIIIe  siècle, un enseignement artistique commence à se développer :

Dès la création de la faculté des sciences, aussi, en 1872, l’École des arts industriels et des mines rebaptisée sous le nom d'Institut industriel du Nord, devenu depuis l’École centrale de Lille, et, en 1874, la faculté de médecine et de pharmacie de Lille.

C'est à la même époque, en 1875, que sont créées les facultés catholiques (droit, lettres et sciences) qui se fédèrent en 1877 sous le terme d'institut catholique de Lille, comprend aujourd'hui six facultés : lettres et sciences humaines, droit, sciences et technologies, médecine, théologie, sciences économiques et gestion, et une vingtaine d'écoles et instituts qui composent la Fédération universitaire et polytechnique de Lille (FUPL, connue sous le nom d'Université catholique de Lille). 4 grands pôles Droit, Économie, Gestion. Gabriel de La Broüe de Vareilles-Sommières 1846-1905 Docteur en droit Premier doyen de droit de la faculté catholique de Lille peudant 30 ans &1876 Louise Félicité de Labrouhe de Laborderie 1853-1936 ; leur petite fille , Gabrielle épousa Jacques Prouvost, fils de Georges, branche ainée.

 

La bibliothèque universitaire et la faculté des Lettres de 1895.

En 1887, au terme de nombreuses péripéties, les facultés douaisiennes de lettres et de droit sont transférées à Lille, mettant un point final à trente ans de rivalités entre les deux villes. Toutes les facultés publiques sont ainsi regroupées à Lille et sont unifiées pour devenir l’université de Lille. Elle est suivie par l’École supérieure de commerce de Lille, fondée en 1892 ; l’École nationale supérieure de chimie de Lille, créée en 1894 en tant qu'Institut de chimie de Lille ; l'Institut Pasteur de Lille, établi en 1898 ; l’antenne lilloise de l’École nationale supérieure d'arts et métiers, créée en 1900. Comme dans le reste du pays, les évènements de mai 1968 entrainent à Lille un déménagement vers des campus modernes en périphérie,: Lille I à Villeneuve-d'Ascq, Lille II  à Lille et Ronchin et Lille III également à Villeneuve-d'Ascq. Cependant, au cours des années 1990, un retour partiel dans Lille s'amorce : l'institut d'administration des entreprises dépendant de Lille I s'implante dans le quartier du Vieux-Lille et, en 1991, l'Institut d'études politiques de Lille s'installe dans le quartier de Moulins où il  est rejoint par la faculté de Droit à partir de 1995. En 2006, l'agglomération de Lille était, après Paris et Lyon, le troisième pôle éducatif de France avec plus de 115 000 élèves, étudiants et stagiaires de plus de 15 ans. Le PRES université Lille Nord de France comprend le Collège doctoral européen Université Lille Nord de France, qui regroupe les six écoles doctorales du Nord-Pas-de-Calais, et rassemble 3 000 doctorants. » Wikipedia

Institut industriel du Nord,

L’Institut industriel du Nord de la France, appelé couramment Institut industriel du Nord ou I.D.N., est l'entité de recherche et de formation des ingénieurs à l’École centrale de Lille de 1872 à 1991.

Ecole supérieure de commerce de Lille

Ecole Nationale des Arts et Métiers de Lille

Institut catholique des Arts et Métiers

Ecole des Hautes Etudes Industrielles

Ecole Nationale Supérieure des Arts et industriels textiles ENSAIT à Roubaix

  

Le Collège de Marcq

Fondé en 1840 grâce aux Bernard et à Beaussier-Barrois. Albert Prouvost-Devémy y termina ses études avec de très brillants succès. Ce collège chic compte, sur 16 hectares, des terrains de foot et de rugby, des pistes d’athlétisme, et dispeuse toutes les options possibles, chinois en tête. »

 

Le collège Saint Joseph de Lille, rue de Solférino aux Jésuites.

Le futur homme de presse Jean Prouvost passa par les Jésuites où il ne fut pas heureux.

 

Collège Notre Dame des Victoire de Roubaix dès 1845.

« C'est en 1845 que l'abbé Lecomte, supérieur du collège de Tourcoing crée l'Institution Notre-Dame des Victoires à Roubaix, agglomération de plus de trente mille habitants, chiffre qu'elle dépassera avec près de 120.000 peu avant la première Guerre mondiale. Tourcoing, autre grande ville du textile , connaît la même évolution démographique. En 1843, la famille   Destombes y élève une chapelle privée dédiée à Notre-Dame-des-Victoires. Rappelons la date de 1838 qui voit la création de l'« Archiconfrérie du Très Saint et Immaculé cœur de Marie » au sein de l'église Notre-Dame-des-Victoires à Paris. En 1841, François Libermann fonde à Amiens la congrégation du Sacré-Cœur de Marie en liaison avec l'archiconfrérie de Paris. Suivront leur scolarité : Albert Prouvost 2 ; Jean Prouvost, Gérard Mulliez, fondateur d’Auchan, et Gonzague Mulliez, de Saint-Maclou. «Les cours y étaient dispensés par des abbés, l’étude du soir, comme la messe dominicale, étaient obligatoires, se souvient un camarade. Autant dire que même les plus dissipés restaient dans le rang.» Extrait de « La dévotion mariale de l'an mil à nos jours », Université d'Artois, Arras, 2005

 

Institut du Sacré Cœur de Tourcoing

«  La plus ancienne des écoles de Tourcoing. Elle a pour origine le collège Saint-Bonaventure, fondé par les Révérends Pères Récollets en 1666, avec l'autorisation du roi Philippe IV d'Espagne.


La Société Saint Vincent de Paul.

La Confédération internationale de la Société de Saint Vincent de Paul (SSVP) est une organisation de bienfaisance, catholique, laïque, dirigée par des bénévoles, et créée à Paris en 1833 par un groupe de laïcs catholiques parmi lesquels se trouvait celui qui serait plus tard béatifié par le pape Jean-Paul II : le bienheureux Frédéric Ozanam. Vérifier : Dès 1819, ils sont  appelés par le maire de Lille, le Comte de Muyssart avec la générosité des Bernard et de Charvet-Barrois.

 

Le collège des Dominicains d’Arcueil:

Eugène Mathon y entre en 1876 et y retrouve : « Albert, Alfred, et Eugène Motte, Auguste Vanoutryve, François Réquillart, Paul et gaston Le Blan, Alfred Descamps, etc ».

Le Collège Stanislas, fondé en 1808 :

Alfred Motte y fut élève en 1844-45 ; Charles Prouvost-Dalle fut élève de Stanislas.

 

Les Jésuites de la rue de Vaugirard à Paris jusqu’en 1908

1890, Naissance et baptême, à Lille de Charles André Joseph Marie, second fils d’Henri de Gaulle, avocat, professeur à l'école des jésuites de la rue de Vaugirard à Paris, et de Jeanne Maillot. En 1900, Charles de Gaulle entre en classe de sixième à l'école de l'Immaculée Conception que tiennent les Jésuites, rue de Vaugirard à Paris ; son Père, également professeur à l'école Sainte Geneviève, rue des Postes, pépinière de généraux. Georges Bernanos et le général de Gaulle se sont croisés au collège de Vaugirard. Charles de Gaulle fait sa première communion le 16 mai 1901 à la chapelle de l'Immaculée Conception de la rue de Vaugirard. L’année où son père Henri de Gaulle est nommé préfet des études à l'école de l'Immaculée Conception de la rue de Vaugirard à Paris où ses fils poursuivent leurs études. Charles de Gaulle passe son baccalauréat de rhétorique en 1906. Puis en 1907 son baccalauréat de mathématiques élémentaires. Les jésuites, victimes de la politique anticléricale du Bloc des Gauches, frappés par la loi de juillet 1901, fermèrent et quittèrent le collège de la rue de Vaugirard en juillet 1908. Les Jésuites ayant été expulsés de France, en 1908, Charles de Gaulle quitte le collège de la rue de Vaugirard  et entre en "hypotaupe" au Sacré-Cœur de Jésus à Antoing en Belgique.

Le Sacré-Cœur de Jésus à Antoing en Belgique,

« surtout à partir de 1908 nous parlons de la France, des grandeurs et faiblesses de notre pays. Mon interlocuteur a le sens de la formule et semble, malgré son jeune âge, avoir déjà de fortes convictions. " Rien ne me frappe davantage que les symboles de nos gloires. Rien ne m'attriste plus profondément que nos faiblesses et nos erreurs : abandon de Fachoda, affaire Dreyfus, conflits sociaux, discordes religieuses. » Je lui demande alors ce qu'il  pense des Jésuites. " On reproche aux élèves des Jésuites de manquer de personnalité, nous saurons prouver qu'il  n'en est rien. L'avenir sera grand car il sera pétri de nos oeuvres". Avant de le quitter, en lui serrant la main, je lui demande de me rappeler son nom. Il  me répond, impérial : " Monsieur le Conseiller, retenez ceci : je m'appelle Charles de Gaulle ".

Le collège de  Saint Louis à Dohem,

Le collège Saint Bertin de Saint Omer.

de 1561 à nos jours Bénédictins d’Ampleforth en Angleterre  L’université D'Ampleforth dans Yorkshire du nord est le plus grand internat catholique privé au Royaume Uni et il  est désigné parfois sous le nom d’ « Eton catholique ». Il  ouvrit en 1802 et appartient à l’ordre des Bénédictins qui sont les moines de l’Abbaye D'Ampleforth. Le souci primaire de l'universitaire de l'école est de diffuser le catholicisme ; de ce fait sa politique d’admission n’est pas aussi exigente. La religion est centrale à la vie de l'école.

Fils de Gérard Mulliez, dirigeant de l'entreprise familiale  textile Phildar, et de Françoise Robertine Marie Cavrois, Gérard Mulliez commence ses études à l'école Notre-Dame-des-Dunes à Dunkerque, les poursuit au lycée Jean-XXIII (maintenant lycée Saint-Rémi) de Roubaix, puis étudie au Mayfield College en Angleterre, et termine sa formation à l'Institut technique de Roubaix.

 

Le collège de Brugelette (près de Mons).

Dès le XIIIe siècle, et peut-être déjà avant (le plus ancien document où la "domus hospitalis de Wisebeke" est ainsi désignée, est un acte testamentaire scellé le 21 janvier 1242 par le Doyen de Chièvres au nom d'un certain Théobald), sur l'ancienne route d'Ath à Mons, au hameau de Wisbecq. L’Institut est une maison hospitalière consacrée à Saint-Nicolas et desservie par des Filles-Dieu qui hébergent malades indigents, aliénés et pèlerins se rendant à Tongre-Notre-Dame. Mandées par les seigneurs de Jauche-Mastaing, des Tertiaires de Saint François, fondées par sainte Elisabeth de Hongrie au XIIIe s, appelées Soeurs Grises, arrivent de Saint-Omer (dans le Pas-de-Calais) et remplacent les dévotes, en 1406, adjoignant à l'oeuvre une école destinée à des élèves internes et externes. Celle que les religieuses considéraient comme leur fondatrice, Quentine de Jauche, née au château de Hérimez (une des quatre seigneuries de Brugelette), fera ériger, vers 1435, en lieu et place de l'antique demeure, un véritable monastère pour "sa" communauté qui, le 15 août 1483 deviendra l'ordre original des Soeurs Grises Hospitalières de Brugelette, lesquelles essaimeront, en une vingtaine de couvents, tant en Picardie qu'en Flandre. Un siècle et demi plus tard, en 1626 exactement, elles embrassèrent la règle des "Pénitentes-Récollectines" de la Vénérable Mère Jeanne de Jésus (Jeanne de Neerinck, soeur grise à Gand), et, en conséquence, furent cloîtrées. Le pape Urbain VIII ratifiera leurs constitutions en 1634; elles abandonneront alors leur coiffe blanche pour le voile noir des Pénitentes. Le 13 Ventôse an VI (c'est-à-dire le 3 mars 1798), elles sont expulsées par les Sans-Culottes qui liquident le domaine comme bien national... et Soeur Anne-Félix, la dernière supérieure, le récupère pour la somme de 525.000 F.

Les études dans les pays germaniques

Amédée III Prouvost, le poète, fut élève au collège de Boulogne avant de finir ses études à l’université d’Heidelberg. Le père Henri Lestienne-Prouvost voulu finir ses études de théologie en Autriche et en Allemagne ; on conserve de nombreuses lettres. Il  préparera une thèse de doctorat sur le discours de métaphysique de Leibniz à Hanovre : « dans le trésor des manuscrits de Leibniz, il  a été assez heureux  pour retrouver (…)  la rédaction autographe du Discours de la Métaphysique dissimulée sous un autre titre » Penjon.

Le collège des Jésuites de Boulogne

Exemple d’éducation, à la dure :

Amédée III Prouvost, le poète, y fut élève avant de finir ses études à l’université d’Heidelberg. Jean Prouvost  et Albert Prouvost-Vanoutryve y furent élève; ce dernier souffrit beaucoup de ces cinq ans d’exil mais acquit une excellente instruction, goût de l’étude et du travail: « lever à cinq heures dans des bâtiments non chauffés ; dix heures de classe et d’études chaque jour à l’exception du jeudi et dimanche après-midi où nous faisions en rang une promenade de deux heures dans la campagne ; la nourriture était suffisante en quantité mais de qualité plus que contestable. ». « Nous n’avions droit qu’à une sortie par trimestre, et ce jour là, comme les élèves de la région de Lille-Roubaix-Tourcoing étaient les plus nombreux, un train spécial amenait les parents à dix heures à Boulogne et repartaient l’après-midi à cinq heures « une autre sortie pour les élèves ayant eu de très bonnes notes. Visite possible une demi heure le dimanche au parloir. On répond au courrier le jeudi et le dimanche. « A ceux des pensionnaires qui avaient tendance à se plaindre de ce régime, les pères jésuites répondaient: « mes enfants, vous jugerez plus tard que le temps passé dans votre collège aura été le meilleur  de votre vie. » Nous n’avions plus qu’à nous résigner devant une telle affirmation, mais elle nous faisait entrevoir l’existence d’une manière très sombre ». Edmond Masurel qui épousa Marguerite Prouvost y fut un élève studieux, toujours au tableau d’honneur : leur union fut des plus heureuses.

L’Institut Saint Joseph a été fondé en 1912.

 

Le goût des Cercles et associations:

quelques exemples: Une figure typique peut être définie par Charles Prouvost, troisième du nom, industriel, administrateur du Crédit immobilier. Il était ancien Président de la jeunesse catholique de Tourcoing, Président de la Confrérie du Saint Sacrement. Il présidait les associations locales : ancien président du conseil paroissial et des familles nombreuses de Thumesnil, membre du conseil paroissial et des œuvres de la paroisse Sainte Callixte, président d’honneur du Patro-club et de la chorale, président d’honneur de la Musique du Centre et du club des Cinq. « Né à Roubaix le 11 janvier 1901, pieusement endormi dans la paix du Seigneur à Lambersart, après une longue et douloureuse maladie, le 23 mars 1953, à l’âge de 52 ans, muni des sacrements de notre Mère la Sainte Eglise et la Bénédiction apostolique, inhumé à Lambersart. »


Saint Martin de Roubaix,

Le Cercle lillois,

la Corporation Saint Nicolas

Le Cercle Saint Joseph de Tourcoing

L’association des patrons catholiques du Nord (ACPN)

dès 1884 jusqu’après la 1° guerre mondiale.

Les Petites Sœurs de l’Ouvrier.

Quelques cercles d'études

"Cercle d'études Saint-Maclou (Wattrelos).

Cercle d'études Saint-Augustin (Paroisse Saint-Jean-Baptiste,).

Cercle d'études de Wasquehal.

Cercle d'études Saint-Eloy (Paroisse Sainte-Elisabeth).

Conférence Brunetière (Cercle de la Concorde).

Cercle d'études de Croix Saint-Pierre.

Cercle d'études Saint-Joseph (Cysoing).

Cercle d'études Albert de Mun (Paroisse Saint-Martin).

Cercle d'études Saint-Joseph (Paroisse Saint Joseph).

Cercle d'études Saint-Thomas d'Aquin (Paroisse Notre-Dame).

Cercle d'études Saint-Martin (Croix).

Cercle d'études Saint-François de Sales.

Cercle d'Art Notre-Dame de la Treille.

Cercles d’hommes

Ligue évangélique de Saint-Antoine.

Ligue évangélique de Notre-Dame

Cercle d'études Lacordaire (Paroisse du Saint-Sépulcre).


Le 17 février, M. Ernest Prouvost fait une élude sur les possédés dit démon

 

Jeux et sports

 

Jeunesse Catholique de Wattrelos.

Les « Jeunes de Wattrelos» Plus de cinq cents personnes remplissaient la salle des fêtes. Société de billard vient de se former au Cercle Saint-Michel. Au Patronage Saint-Michel a eu lieu un match de Football contre les « Jeunes » de Saint-Eloi. L'équipe de Saint-Eloi est sortie vainqueur. Le Mardi Gras a eu lieu un concours de billard.


La Société de Billard

Patronage Saint-Augustin (Paroisse Saint-Jean-Baptiste).

la Société de Boules.

Cercle de la Concorde.

Cercle Saint-Eloi (Paroisse Sainte-Elisabeth).

Maison Saint-Louis (Paroisse Saint-Sépulcre).

Groupe de Jeunesse de Cysoing.

Patronage Saint-Henri (Paroisse Saint-Joseph):

L'Institut populaire

Formation sociale de la jeunesse

Cercles d'Etudes : méthode de travail :  Comment se servir de la bibliothèque.

Les premiers syndicats chrétiens spécifiquement ouvriers dès 1895

Le Cercle lillois,

la Corporation Saint Nicolas

Le Cercle Saint Joseph de Tourcoing

L’ association des patrons catholiques du Nord (ACPN)

dès 1884 jusqu’après la 1° guerre mondiale.

Les Petites Sœurs de l’ Ouvrier.

Les premiers syndicats chrétiens spécifiquement ouvriers dès 1895

Le cercle de l’industrie de Roubaix

l’  Automobile-Club du Nord en 1912

 

 

L’Institution de la Croix Blanche à Bondues :

La Croix Blanche est sans doute le quartier de Bondues, après la guerre de 1914, le château est tombé à l'abandon avant d'être racheté par l'institution des Dames du Sacré-Coeur en 1919.

Le centre Notre Dame du Hautmont à Mouvaux.

Des patrons de la région, en 1884, se groupent en association dénommée "association catholique des patrons du nord" qui a pour but d'améliorer les rapports sociaux dans les entreprises. Ils organisent des retraites d'entreprises avec patrons et ouvrier. En 1888, la construction du Hautmont est décidée. La 1ere retraite y est donnée en 1890. Dès 1891, la maison prend son plein essor (2 136 retraitants dont 1 243 ouvriers), affirmant ainsi dès son origine la vocation d'approfondissement spirituel et social du centre du Hautmont animé par les jésuites, malgré la dissolution officielle de la congrégation.

Les petites Sœurs des Pauvres en 1852.

 

La foi catholique dans le monde

Et les roubaisiens:

L’œuvre de la France, elle remplit toutes les pages de l’histoire humaine, elle est connue de l’univers entier et ce n’est pas  Dieu qui l’oubliera, lui a qui tout est présent. Le zèle déployé par cette noble race pour la cause et pour le nom de Dieu, l’esprit de sacrifice et d’abnégation, le dévouement et l’enthousiasme qu’elle a mis au service de Jésus-Christ et de son évangile, voilà des titres qui subsistent, des mérites qui ne s’effaceront jamais. D’autant  qu’ils n’appartiennent pas uniquement au passé. » Monseigneur Pie.

Le peuple qui a fait alliance avec Dieu aux fonds baptismaux de Reims, se repentira et retournera à sa première vocation. Un jour viendra(…) où la France, comme Saül sur le chemin de damas, sera enveloppé d’une lumière céleste… Tremblante et étonnée, elle dira : « Seigneur, que voulez vous que je fasse ? » et lui : « Lève toi, lave les souillures qui t’ont défigurées, réveille dans ton sein les sentiments assoupis et le pacte de notre alliance, et va, fille ainée de l’Eglise, nation prédestinée, vase d’élection, va porter, comme par le passé, mon nom devant tous les peuples et tous les rois de la Terre » Saint Pie X : allocution consistoriale de 20 novembre 1911.

L’homme médiocre est juste milieu sans le savoir. Il l’est par nature, et non par opinion ; par caractère et non par accident. Qu’il soit violent, emporté, extrême, qu’il s’éloigne autant que possible des opinions du juste milieu, il sera médiocre. Il y aura de la médiocrité dans sa violence… Il admet quelquefois un principe mais si vous arrivez aux conséquences de ce principe, mais si vous arrivez aux conséquences de ce principe, il vous dira que vous exagérez…. L’homme vraiment médiocre admire un peu toutes choses, il n’admire rien avec chaleur. Si vous lui présentez ses propres pensées, ses propres sentiments rendus avec un certain enthousiasme, il sera mécontent. Il  répètera que vous exagérez. Il aimera mieux ses ennemis s’ils sont froids que ses amis s’ils sont chauds. Ce qu’il déteste, par-dessus tout, c’est la chaleur. L’homme médiocre dit qu’il y a du bon et du mauvais dans toutes choses, qu’il ne faut pas être absolu dans ses jugements etc. etc. Si vous affirmez fortement la vérité, l’homme médiocre dira que vous avez trop confiance en vous-même… L’homme intelligent lève la tête pour admirer et pour adorer ; l’homme médiocre le lève pour se moquer : tout ce qui est au dessus lui parait ridicule, l’infini lui parait néant… L’homme médiocre est le plus froid et le plus féroce ennemi de l’homme de génie… L’homme de génie compte sur l’enthousiasme ; il demande qu’on s’abandonne. L’homme médiocre ne s’abandonne jamais. Il est sans enthousiasme et sans pitié : ces deux choses sont toujours ensemble… L’homme médiocre est beaucoup plus méchant qu’il ne le croit et qu’on ne le croit, parce que sa froideur voile sa méchanceté… Au fond, il voudrait anéantir les races supérieurs : il se venge de ne le pouvoir pas en les taquinant… L’homme médiocre ne lutte pas : il peut réussir d’abord, il échoue toujours ensuite. L’homme supérieur lutte d’abord et réussit ensuite. L’homme médiocre réussit parce qu’il subit le courant ; l’homme supérieur triomphe parce qu’il va contre le courant. «  Ernest HELLO

 

Issus d'une tradition catholique que fixa la Contre-Réforme, d’innombrables missionnaires, religieux, prêtres, religieuses, militaires ont dévoué leur vie à l’international.

Citons quelques exemples : Théodore Louis Wibaux  participa à l’évangélisation de la Cochinchine et construisit le Grand séminaire de Saïgon. Il est enterré depuis 1878 à Saïgon. Son neveu, Théodore Wibaux, Zouave pontifical à 18 ans pour la défense des états Pontificaux et Jésuite, il devint membre de la Conférence de Saint-Vincent de Paul et s’occupa d’un patronage, le dimanche  « En 1865, le gouvernement de Napoléon III  décida de retirer ses troupes des Etats pontificaux, cédant aux instances du royaume du Piémont qui voulait unifier l’Italie. Il ne resta plus qu’à Pie IX à faire appel aux Zouaves et aux troupes volontaires venant de France, de Belgique, de Hollande et d' autres pays. Le Pape ne voulait être démis de ses Etats comme un fait accompli. Théodore se sentit appelé au combat. Son autre beau frère, le général Defontaine fut le premier général tué pendant la guerre 14-18.

Autres Zouaves pontificaux apparentés, outre Théodore Wibaux et son beau-frère, Carlos Eugène Cordonnier. Victor Charvet 1847-1933, zouave pontifical, aveugle à 30 ans; il fut zouave pontifical à la suite d’une visite rendue par Charrette à ses parents (en décembre 1866, Athanase de Charette de la Contrie devient lieutenant-colonel des zouaves toujours sous le commandement d'Allet.). Il fut blessé, le 25 novembre, à Jura l’Evèque sur le plateau d’Alvain. Victor Charvet 13-juin-97 Grenoble Isère Zouave. Ubalde Arsène Joseph Dewavrin, zouave,  décéda le 11 juillet 1864 en Italie et inhumé dans la cathédrale San Pietro à Frascati.  Gaspard Desurmont, lui aussi engagé sous la bannière de Charrette, tué au mans à 22 ans. Il y a aujourd’hui la 12° génération portant le prénom de Gaspar Desurmont. André Bernard, comte romain et Bernard, zouave pontifical,  dont André, comte Bernard (2e), officier de cavalerie. Sœur Cécile Prouvost, Franciscaine missionnaire de Marie parmi les berbères,   Henri Louis Marie Joseph Prouvost (1895 - 1983), de la lignée non rattachée des Benjamin Prouvost, Missions Etrangères Marcel Lefebvre : "Tradidi vobis quod et accepi", Missionnaire au Gabon (1932-1945), Supérieur du Scolasticat de Mortain en France (1945 -1947), Archevêque de Dakar, (1947-1962), Archevêque de Tulle en France (1962), Archevêque de Synnada en Phrygie (Syrie), in partibus infidelium, Supérieur de la Congrégation des Pères du Saint-Esprit (1962-1968). Fondateur de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X (1970). Joseph Charles Lefebvre, évêque de Troyes (1938-1943), archevêque de Bourges (1943-1969), cardinal, président de la Conférence épiscopale française. Le Cardinal Achille Liénard 1907-1973), Évêque de Lille en 1928, cardinal en 1930, il dirigea la Mission de France de 1954 à 1964 et s'intéressa surtout aux problèmes sociaux. La carrière internationale de la violoniste Gaëtane Prouvost, Premier prix de violon et de musique de chambre du Conservatoire de Paris, a poursuivi sa formation à la Juilliard School de New York auprès d’Ivan Galamian comme nombre des virtuoses contemporains. Mais son véritable maître sera Zino Francescatti, l’un des grands violonistes du siècle et unique héritier de la technique de Paganini. Géry Prouvost, né en 1964, à Paris, est professeur au Grand Séminaire de philosophie Saint-André Kaggwa de Kinshasa. Docteur en philosophie de l’Institut catholique de Paris et docteur en histoire des religions de la Sorbonne, il a déjà publié Catholicité de l’intelligence métaphysique (1991), Étienne Gilson - Jacques Maritain, Deux approches de l’être, Correspondance 1923-1971 (1991) et Thomas d’Aquin et les thomismes (1996). Il est lauréat de l'Institut de France.

Le rayonnement des nouvelles paroisses et églises :

Sacré Cœur, Saint Joseph, Saint Eubert, Saint Benoit-Labre, Saint Louis-de-Fives, la nouvelle Cathédrale de la Treille.

Jean François Flipo 1792- 1867, filateur, Conseiller général, fondateur de la fortune de la famille; crée sa filature,  épouse Adélaïde Cécile  Holbecq,(1803-1892), femme très courageuse et pieuse qui financera l’essentiel de l’église Saint Louis et soulage les misères sans compter ; à la fin de sa vie, veuve, elle dirigera la filature ; elle allait à la messe chaque matin à la chapelle de l’hospice d’Havré du XVII  ° siècle (exactement) en face de son domicile; par contre le dimanche, son cocher attèle les deux chevaux pour la conduire en bel équipage entendre la grand messe à Saint Christophe de Tourcoing,  parée de ses robes de taffetas dites « des fêtes de l’église son frère Charles Flipo, né le 6 novembre 1800, Tourcoing, décédé le 25 avril 1824 (23 ans), trappiste.

Amédée II  Prouvost était, comme sa femme, membre du Tiers-Ordre de Saint-François. Il  fit édifier à M'Rira, prés de Tunis, dans un domaine où il  fut associé avec son frère Edouard, une chapelle qui devint paroisse. Il contribua à faire édifier prés de sa propriété de Mandelieu une chapelle, N.-D. des Mimosas. Il  contribua certainement à la construction du grand couvent de la Sainte Famille à Roubaix, rue de Lille, où sa belle-sœur, religieuse, tante Jeanne Bénat, laissa un très grand souvenir. Pendant la guerre de 1914-1918, il  prit la tête d'un Comité dit du Vœu de Roubaix, dans le but de demander à Dieu la protection de la ville , qui fut heureusement épargnée. Le clocher qui manquait à l’église du Sacré-Cœur, fut ainsi construit. Il avait de tout temps porté de l’intérêt à l'Orient Chrétien et présidait le comité de Roubaix de l'Œuvre d'Orient. Son dévouement à l'Œuvre d'Orient, lui valut d'être nommé Commandeur de l’Ordre du Saint-Sépulcre, et nous avons eu sous les yeux une photo de grand-père, revêtu d'une cape prestigieuse, dont les mauvaises langues disent qu'elle a termine sa carrière comme peignoir de bain de mes cousins Auger.

 Quelques exemples de rayonnement spirituel à travers la famille Bernard :

 Les Alexandre Bernard, Compagnie de Jésus le 9 octobre 1883. les Albert Bernard, avec Marthe Verley, Paul Bernard, prêtre. Germaine Bernard, religieuse. Germaine Bernard, mariée le 27 octobre 1887, Santes, avec Paul Féron-Vrau, Commandeur de l'ordre Saint-Grégoire le Grand, otage par les Allemand, le 6 janvier 1918 et interné à Mileigany (Lithuanie) jusqu'au 24  juillet 1918, fils de Camille Féron et Marie Vrau 1839-1913. Philibert Vrau (1829-1905) grand patron moderne, développant une politique sociale longtemps un modèle : plus de travail de nuit pour les femmes, journée de dix heures,repos dominical,sociétés de logements ouvriers,écoles pour les enfants,caisses de chômage et de retraite…Le procès en béatification de Philibert Vrau a été ouvert en 1912, sept ans après sa mort, par l’archevêque de Cambrai. La cause du procès est double puisqu'elle concerné également son beau-frère Camille Féron-Vrau, médecin et entrepreneur français ; En cas d'issue favorable, Philibert Vrau serait le premier chef d'entreprise porté sur les autels. Régis Bernard, prêtre jésuite. Charles Bernard, pretre de la Congregation des R.R.P.P. du Saint-Esprit. Charles Joseph Bernard, prêtre. Henri Bernard, industriel raffineur de sucre, président de la Chambre de Commerce & d'Industrie de Lille, conseiller municipal de Lille, conseiller général du Nord. conseiller général du Nord de 1852 à 1864."Président de tout ce qui se préside", la charité pour lui était affaire de devoir autant que de cœur. La grande occupation de sa vie fut l'Œuvre de Saint François Régis, favoriser le mariage des indigents et de régulariser les unions illicites. Pendant 50 ans à la tête de cette œuvre, il s'y donna corps et âme, y consacrant toutes ses matinées du dimanche et tous ses loisirs. chevalier de la Légion d'honneur, commandeur de Saint-Grégoire le Grand, André Bernard, comte romain et Bernard, zouave pontifical,  Germaine Bernard, mariée avec François de Charette de La Contrie, saint-Cyrien, lieutenant au 2° chasseurs à cheval. Félix André Bernard, consacre sa vie à la bienfaisance, spécialement à l'Asile des Cinq-Plaies. Louis Jules Charles Bernard, Modeste et laborieux, il fut la cheville ouvrière de la maison Bernard frères. Avec sa sainte épouse, il consacrait à la charité la majeure partie de ses revenus. Gabrielle Bernard, religieuse des Dames de Saint Maur, présidente de la Société de Saint Vincent de Paul. Jeanne Bernard, couvent de San-Remo (Ligurie, Italie) (29 ans), religieuse des Dames du Sacré-Coeur. Etienne Bernard, marié  avec Marie Mottez ; leurs enfants se sont tous illustrés. Amélie Bernard,  religieuse des Dames Auxiliatrices du Purgatoire.Gabrielle Bernard, religieuse des Dames de Saint-Maur. Philippe Bernard, prêtre. Jean Bernard, né ingénieur des Arts & Manufacturess, sous-lieutenant au 47ème Régiment d'Artillerie. Michel Bernard, tué le 24 février 1918, Samogneux (Meuse), inhumé (28 ans).  Joseph Bernard, tué le 25 juillet 1915, La Briquetterie (Belgique), inhumé (24 ans), enseigne de vaisseau fusilier  marin. Felix Bernard, ingénieur des Arts & Manufactures, sous-lieutenant d'artillerie, oblat des Frères de  Saint-Jean de Dieu. Geneviève Bernard, religieuse des Petites Soeurs des Pauvres. Jeanne Bernard, religieuse dominicaine de Béthanie. Valentine Bernard, religieuse dominicaine. Pierre Bernard, professeur à l'Université catholique de Lille, Augustin Bernard, né le 9 juin 1889, Lille,  missionnaire. Louis Bernard, professeur à l'Ecole des Hautes Etudes, à l'Université Catholique de Lille, Maire d'Attiches de 1930 à 1945,  Henriette Bernard, née le 25 janvier 1896, Lille,  religieuse. Carlos Bernard, né le 20 décembre 1897, Dunkerque,  lieutenant d'artillerie. Louise Bernardreligieuse. Suzanne Bernard, née le 1er mai 1882, Lille, décédée, religieuse des Dames du Sacré-Coeur. Cécile Bernard, religieuse. Marie-Louise Bernard, religieuse. Yvonne Bernard, religieuse dans la Congrégation des Soeurs de Saint-Joseph de Cluny. Adrien Gand, petit fils d’ Elisabeth Bernard 1849-1939, coadjuteur du diocèse de Lille, dont il devint évêque de 1968 à 1983. participa à la Troisième et la quatrième session du Concile Vatican II.

 Les Prouvost consacrés à Dieu:

Ce qui frappe dans l’étude de la famille Prouvost et des autres grandes familles du Nord, c’est l’influence, le rayonnement exclusif de l’Eglise Catholique à travers les sièces, depuis le duché de Bourgogne  puis l’absolue Contre-Réforme des Habsbourg enfin la très Catholique Monarchie française depuis le Roi Louis XIV, enfin le maintien de la Tradition malgré la succession des divers régimes politiques et philosophies jusqu’à nos jours. L’athéisme fut inconcevable, le protestantisme eut peu d’influence, la Franc-Maçonnerie eut quelque rare influence et son caractère occulte la fit considérer comme « l’œuvre du diable ».

Jacques Masurel, prêtre jésuite.

Philippe Constantin Prouvost, né le 2 août 1743, Roubaix, Nord, décédé après 1785, Mouscron, Hainaut, Belgique, prêtre, vicaire de Sainte Catherine à Lille, curé de Mouscron (filleul: Bon Ami Prouvost 1785-1827). 1787. — Église de Mouscron ; près du portail de droite. Au cimetière de cette église, au devant du crucifix repose le corps de Mlre Philippe-Constantin PROUVOST, natif de Roubaix, fils du sieur Pierre et de dame Marie-Jeanne DELEBECQUE, qui, ayant été curé de cette paroisse de Mouscron l'espace de trois ans et un mois, est décédé le premier novembre 1787, &gé de quarante quatro ans. Priez Dieu pour son àme.

Marguerite du Hamel, décédée après 1710, religieuse au Couvent des Pénitentes à Lille.

Augustin Prouvost, né le 29 décembre 1742, Roubaix ,baptisé le 30 décembre 1742, Roubaix ,prêtre.

Marie Béatrix Prouvost, née le 6 février 1728, Roubaix, Nord, décédée le 10 décembre 1808, Roubaix, Nord (80 ans), chanoinesse de Saint Augustin, prieure de l'Hôpital Sainte Elisabeth de Roubaix.

Louis Prouvost, plus tard Rédemptoriste;

Gaspard Prouvost, qui mourut Doyen de Notre-Dame, à Valenciennes;

Henri Lestienne Prouvost dont le rayonnement fut si grand.

 

Vision et génie international

Des « familles du Nord »

Et de Roubaix en particulier

Au XIXe et une partie du XX° siècle, Roubaix a été une capitale mondiale du textile, abritant même la bourse de la laine (aujourd’hui située en Australie). On voit cette vision internationale par cet exemple du XIII° siècle : le flamand « Guillaume de Rubrouck ou de Rubroeck, dit Rubruquis (1215-1295), voyageur né près de Cassel vers 1220, mort vers 1290. En 1624, des Roubaisiens avaient exprimé leur ouverture au monde : sous la conduite de Jean de Lannoy, ils  abordèrent l’ Ile de Manhattan encore occupée par les indiens Manhatte  et Iroquois; ils naviguent  dans le navire « le « Nieuw Netherland » ; parmi eux Philippe Mathon, de Tourcoing, sa femme et ses cinq enfants ; l’ île est rachetée aux indiens 60 florins. Les Virnot Tôt dans l’ Ancien Régime, les négociants nordiste commerçaient avec l’ Europe, par les mers et par le grand axe européen Flandres-Italie: au XVII° siècle, Urbain II Virnot,   Urbain Dominique Virnot, juge et consul, directeur de la chambre de commerce de Lille, dans la 2° partie du XVIII ° siècle, commerçait avec des destinations lointaines le sel et les épices. Les virnot furent alliés aux Lenglart et par eux aux  Carpentier, appartenait à une famille liée à l'industrie de la dentelle depuis plus de 200 ans: " On peut imaginer le caractère international de la distribution d’une aussi importante production de dentelles.Et son gendre, François Barrois-Virnot, futur maire de Lille et député, voyageait pour ses affaires. Président de la Chambre et du Tribunal de Commerce, Conseiller Municipal en I807,adjoint en I8I8,puis Maire de Lille par ordonnance royale du 12 Août I830, Député du Nord en 1824 et en 1831, il fut l'un des principaux actionnaires-fondateurs du chemin de fer du Nord et des Mines de Lens. Il raconta un voyage d’affaire en Italie dans ses mémoires « le caducée et le carquois». Les Manufactures Royales de Lille (et du  Dauphin) en toiles peintes, porcelaines, verrerie etc ne pouvaient être qu’exportatrices : créée le 13 janvier 1784, place des Carmes, à Lille, marque au « Dauphin couronné » et « A Lille », innova en employant la houille pour chauffer les fours et fabriquait de la porcelaine dure.  En 1786, avec la protection de M. de Calonne, elle obtient le patronage du Dauphin. Une pièce du musée est marquée « cuit au charbon de terre en 1785 ». Puissance innovante à vocation exportatrice.

Roubaix fut capitale mondiale de la laine, Les grands fondateurs d’industries sentent le monde nouveau apparaître : Amédée I Prouvost, 1820-1885,  « fut dans sa jeunesse un infatigable voyageur : la lente et banale diligence  lui déplaisait : un beau jour, il  monta à cheval, il  partit, il  parcourut toute la France, s’extasiant devant les paysages, s’arrêtant à la porte des usines, mêlant dans son carnet des impressions d’artiste et des notes d’affaires, exemplaire inédit du roubaisien à la fois aventureux et positif. Se horizons se sont élargis dans ce contact avec le monde et les industries diverses. Il  est revenu, l’ âme accueillante à toutes les initiatives, fidèle aux traditions du passé, mais incapable de les confondre avec la routine. Il crée à Roubaix le peignage mécanique de la laine. »« La Lainière de Roubaix était une entreprise française du secteur du textile qui a ouvert en 1912 pour fermer le 17 janvier 2000. Elle était un fleuron de l’empire Prouvost.  Évolution du nombre d’employés : février 1957 : 7 800;  janvier 2000 (à sa fermeture) : 212 . L’ Exposition Internationale de Roubaix du 30 avril au 6 novembre 1911 L’ Exposition Internationale du Nord de la France s'est déroulée à Roubaix du 30 avril  au 6 novembre 1911. Pendant  six mois, dans le Parc de Barbieux, Roubaix  vivra au rythme de son exposition visitée par deux millions de personnes. L’ historien Philippe Waret raconte. Eugène Mathon « Le 4 mai 1909, c’est donc décidé, l’ Exposition sera implantée dans le cadre du parc de Barbieux, auquel on ajoutera huit hectares de location. Un comité d’initiative de quatorze membres est alors constitué. On y trouve des hommes de compétence : le président du tribunal de commerce Eugène Mathon, les industriels Florent Carissimo, Albert Prouvost, Georges Motte, César Pollet, les adjoints Roussel, Chatteleyn et Sayet, le président du syndicat des fabricants Joseph Wibaux, le directeur de l’ union des teinturiers Gaucher, le constructeur Louis Delattre, l’ entrepreneur Henry Glorieux et l’ ingénieur Vandamme-Carissimo. On se trouve là en famille. Soit par les liens de famille, Eugène Mathon est le beau-frère d’Eugène Motte, Georges Motte-Delattre son cousin. Les liens du textile et de l’ industrie, Florent Carissimo, Albert Prouvost, César Pollet sont les grands noms du textile roubaisien, sans oublier l’ appartenance politique, les compagnons de l’ Union Sociale et Patriotique, Roussel, Chatteleyn et Sayet. Un directeur général d’expérience est nommé : Il  s’agit d’E.O Lamy qui a déjà travaillé pour les expositions internationales d’Arras et de Tourcoing. Parallèlement, il  s’agit aussi d’aller solliciter des soutiens et des engagements. Le 27 mai 1909, une délégation de la municipalité de Roubaix se rend à Paris. Edouard Joseph Prouvost, fils d’Amédée I Prouvost et Joséphine Yon, Chevalier Légion d’honneur le 15/05/1910, propriétaire agricole en Tunisie,  né en 1861, décédé en 1933 (72 ans), marié avec Pauline Elisa Fauchille , née le 26 juin 1865, Lille , décédée le 13 octobre 1954, Paris (89 ans) ; il était le cousin germain de Charles Prouvost-Scrépel. Le peintre Ernest Prouvost : Petit fil s d’ Henri Prouvost-Defrenne,  1783-1850, fils de Liévin et Alphonsine Gruart, il  appartient donc à la branche puinée des Prouvost et est cousin germain d’Amédée II, Edouard, Albert I, Charles I Prouvost. Jusque dans les années 1960, le textile se maintint à un niveau international. « l’ académicien Maurice Schumann constate : Albert Prouvost « avait une vision planétaire de l’ économie ; il  avait compris que l’ avenir du Nord était indissociable de celui du monde en pleine métamorphosé; il  n'était dépaysé nulle part; mais, qu'il  fut en Afrique du Sud ou en Amérique du Nord, il  pensait aux chances nouvelles que donneraient un jour à Roubaix le courant des échanges futurs, l’essor des techniques de pointe, le développement et la diversification des moyens de communication. ». Industriel, Charles II  Prouvost « créa quatre sociétés : l’ une d’elle, la Société Industrielle de Pologne, ne se limita pas aux activités pétrolières ; elle prit aussi des participations dans une filature à Sosnowiec, dans un domaine agricole à Brody (ville natale de l’ écrivain Joseph Roth), dans la banque industrielle de Pologne etc. Les trois autres  gérèrent des concessions et prirent d’autres  participations, centrées sur les gisements galiciens. Mais la Société industrielle de Pologne fut mise en veilleuse en 1925 » MN Son fils, Charles Prouvost, le troisième, fit un voyage d'étude aux Etats-Unis en 1948 avec des confrères. . Les Masurel  Jules Paul Masurel 1841-1925, " Par ses voyages a travers le monde, il  créa de nombreux comptoirs d'achat de laines et vécut des aventures extraordinaires. Car à cette époque - en 1860 - on voyageait a cheval et il parcourt de cette façon la pampa argentine et les déserts d’Australie. Il  s'y fit, peu a peu, une situation prépondérante et avait étendu son action a la planète entière car il  achetait et vendait des laines, non seulement d’Amérique du Sud ou d’Australie mais aussi de Nouvelle Zélande et d’Afrique du Sud à tous les lainiers du monde, achetant des haciendas en Argentine, des propriétés en Afrique du Sud, créant des comptoirs en Australie, en Nouvelle Zélande, Bolivie. Sa maison, Masurel fils , était l’ une des plus grandes firmes du négoce international. Dès 1889, la maison Masurel-frères obtenait une médaille d’or à l’ exposition de Paris Commissaire général de la section française de l’ exposition de Chicago, Vice-président de la caisse d’épargne de Tourcoing. Jacques Henri Masurel-Lepoutre, adjoint au maire de Tourcoing,  administrateurs des établissements François Masurel frères, vice-président de la foire commerciale de Lille et vice-président de la foire Internationale textile , président de nombreuses sociétés régionales et locales et fondateur des amis de Tourcoing. Le voyage se développa, souvent lié à l’ agrément : « En 1890,  Albert et Marthe Prouvost s'étaient liés d'amitié, à Vichy, avec le général russe Annenkov. Celui-ci les invita à venir visiter ses propriétés d’Asie centrale. « Voyage aux Etats-Unis d’Albert, Rita, Marguerite, Albert-Auguste Prouvost et Madame Vanoutryve : visite du chantier de l’ usine de Woonsocket,chutes du Niagara, Detroit et les usines Ford, Chicago et les abattoirs, Colorado Springs et Buffalo Bill,  Denver et le Pikes Peak,  le Grand Canyon de l’ Arizona, Salt Lake City et les Mormons, San Francisco, Santa Barbara, et son tremblement de terre deux jours avant de passer, Hollywood et ses studios (Marguerite obtient un autographe de Charlie Chaplin), le Texas, la Nouvelle Orléans, Washington et la Maison Blanche, Philadelphie et New-York, Manhattan, l’ ascenseur de l’ Empire State, retour par « l’ Ile de France » au Havre. Chaque année de 1924 à la guerre, nous allions par mer pendant  trois semaines à Woonsocket et Boston, profitant de l’ été indien. » Louis Motte , né en 1817, fait un long voyage d’étude en Angleterre. Les Motte  s’établirent en Pologne, Russie avec leur cousin Gillet, à Lodz en Pologne, Odessa, Haute Silésie, Roumanie Allemagne. De même pour les Gratry en Russie.  Henri Maquet 1876-1943,  achetait des lins à Riga vers 1900, voir « les Maîtres  du Nord » Certains négociants du Nord,  Edouard  Crépy, Jean  Dalle de Bousbecque, Eeckman, Ernest Hespel, Leroy-Crépeaux, mais aussi les Scrive, Wallaert, Barrois, firent commerce avec « Les pays de l’ Europe du  Nord: Riga, Mêmel, Vilna, Reval, Pskov, Saint Pétérsbourg, voire Smolensk ou Arkhangelsk » MN.  Les Pollet créent en 1831-32  un tissage de coton, puis de laine, à Roubaix; c’est au 20° siècle que la vente par correspondance remplaça la production textile jusqu’à l’  OPA amicale. Louis Auguste Joseph Tiberghien, 1781 – Tourcoing,  1863 – Tourcoing, continua le commerce de la laine, achetant des toisons en Flandre, en Picardie, en Hollande ; au retour avec cinq ouvriers, il  trie, lave et peigne la laine que les fileuses, chez elles, tournent au rouet. la Révolution de 1848 l’ empêcha de réussir jusqu’au moment où son fils Charles lui prouva le contraire. Charles Tiberghien 1825-1907 réussit ; en 1873, l’ entreprise comprend 300 métiers à tisser et 3.500 broches à filer. Félix Vanoutryve, 1834-1912, d’une intelligence et d’un jugement exceptionnel, avait créé et développé une affaire de tissus d’ameublement qui devint la plus importante de France. Tous lui étaient très attachés ; il  connaissait presque tous ses ouvriers, les conseillait et les soutenaient matériellement avec la plus grande largesse. Il  avait fait construire une grande maison de style 1880 qu’il avait fait construire boulevard de la République dans un parc proche de son usine. Édouard Agache,  fondateur de la S.A. des Ets Agache-Fils, administrateur de la Compagnie des Chemins de Fer du Nord, présidents des Ets Kuhlmann. Donat Agache a créé, en 1824, un négoce de lin à Lille. Pérenchies va devenir le fief de la dynastie Agache ;un fils, Édouard, qui reprendra l’ entreprise à la mort de son père. Il bâtira un véritable « empire » du lin . Les Mahieu d’Armentières ne sont pas « fils de leurs œuvres », leur ascension a commencé à la fin du XVI° siècle avec une première « silhouette » (faute de sources) de fabricant d’étoffes de laines, un sayetteur, qui achète un droit de bourgeoisie à Lille. A la troisième génération, on est déjà fin XVII°, un Mahieu réussit à s’agréger par mariage au patriciat de la cité. A la veille de la Révolution, les Mahieu appartiennent de plein pied au grand négoce lillois. Une branche cadette s’est installée à Armentières transforme une dynastie marchande en une dynastie industrielle : Passer le flambeau, la fabrication des élites patronales. “Deux fils pour les usines, deux filles pour le mariage, le cadet pour l’Eglise”. Pour se marier, il faut des cheminées qui fument un Mahieu-Delangre est  l’un des plus grands patrimoines du Nord : usines, terres, propriétés, valeurs. Diriger par gros temps. Anselme Dewavrin-Herbaux (1834-1896),  ouvrit en 1892 un comptoir d'achats a Sydney; un second en 1911 en Afrique du Sud. L'idée d'aller chercher les laines dans leur pays d'origine (et donc de court-circuiter Londres en évitant le paiement de commissions) n'était pas nouvelle. Il développe une diversification dans la vente par correspondance : Le Vert Baudet et Willems France. L’autre branche, la famille Henri Dewavrin Masurel, animée par Jacques Dewavrin Constant et ses frères, développe parallèlement l’entreprise de négoce de laine sous le nom ADF puis un peignage de laine dont la capacité sera doublée en 1974. Ce peignage en son temps a été le plus moderne au monde et le premier à être doté d’un système de dépollution totale. Puis ils rachèteront la firme Emile Segard, qui disposait principalement de bureaux d’achat en Amérique Latine. Jacques Dewavrin, rachète en 1969 les Tissage Eugène Constant, puis la firme Dickson, qui fusionnent par la suite sous le nom de Dickson Constant. Dickson était une société fondée en 1798, dans la région de Dunkerque, par David Dickson, un Ecossais, qui se consacra, a l'origine, a la filature du lin et au tissage des toiles destinées aux voiles des navires. Dickson était une affaire cotée en bourse, propriété de la famille Fremaux. Le Groupe actuel a réussi à assurer sa pérennité en s’étant diversifié dans un pôle Lanoline / Cosmétique / Dermato-Pharma, animé par Christian Dewavrin et son cousin par alliance Ronald de Lagrange, époux de Christine Dewavrin. L’autre branche de la famille Henri Dewavrin Masurel a fait prospérer l’entreprise Pomona, leader français de la distribution de fruits et légumes, animée par Henri et Jean Dewavrin. Aujourd’hui leurs enfants ont repris avec succès le flambeau. Daniel Dewavrin, fils d'André Dewavrin (Colonel Passy), à la parenté pas vraiment établie avec les Dewavrin, cet ancien élève de l'École polytechnique (X 1958, SupAéro), diplômé du Centre de perfectionnement dans l'administration des affaires et de Harvard Business School, est ingénieur de l'Ecole nationale supérieure de l'aéronautique. Il fut ingénieur de l'armement au ministère de l'Air avant d'accéder aux plus hauts postes de direction de diverses sociétés, dont Ratier-Figeac, Luchaire, Bertrand Faure et EBF. De 1999 à 2006, il fut le président de l'UIMM-Union des industries métallurgiques et minières, la principale fédération de l'organisation patronale MEDEF. Un poste de première importance dans l'univers syndical patronal français. En 1991, Avec 2.200 salariés et 3,5 milliards de francs de chiffre d'affaires dont les trois-quarts dans le négoce-peignage, le quatrième groupe textile français multiplie les lauriers: numéro deux mondial en peignés, numéro deux européen en mohair. Il est en outre l'heureux propriétaire de Dickson Constant, évoqué ci-dessus, numéro un mondial en toiles de stores. En 1992, A. Dewavrin fils et Cie fêtera le centenaire de sa présence en Australie. Un privilège réservé aux meilleurs, même si le marché de la laine est entré dans des zones de turbulences début février. Daniel Dewavrin est Commandeur de la Légion d'Honneur. Les Lepoutre ont eu un empire textile en Europe, Amérique du Nord et du Sud. Les usines et comptoirs Lepoutre dans le Monde: Jacques Lepoutre (1893-1956)  was born in Roubaix, France in 1893. He was son of Auguste (1861-1932) et Jeanne Lepoutre (1869-1946)  and nephew of Louis Lepoutre - owners of Lafayette Worsted in Woonsocket and Auguste Lepoutre et Cie in France. Les Thiriez fut la 1ère société en France à fabriquer les fils pour machine à coudre et dépose un brevet pour une machine à glacer les cotons fins inventée par un THIRIEZ, avec sa femme, dans leur cuisine, à partir d'une sauce permettant de glacer le fil de lin. La machine à vapeur a une puissance de 1.000 chevaux-vapeur. L’ usine d'Esquermes s'étend progressivement sur 6 hectares, en partie sur l’ ancienne ferme Plattel. Des bâtiments de 4 étages et 12 m de large s'étendent sur 142 m route de Béthune et 46 m rue de l’ Epinette. Les cotons sont achetés aux Etats-Unis à Andrew Law & Co, à Savannah. Le transport pouvait prendre 5 mois. 1863 : visite de l’ Empereur  Napoléon III aux ateliers d'Esquermes. L’ usine de Parvomaï employait 150 personnes. En 1922, DMC est cotée à la bourse de Paris. En 1961, elle fusionne avec la société lilloise Thiriez et Cartier-Bresson. L’ entreprise mulhousienne garde sa raison sociale mais remplace son logo, une cloche, par celui de Thiriez, une tête de cheval. Dans les années 1960, le groupe va compter jusqu'à 30 000 salariés. Xavier Thiriez fonde en Colombie, en association avec la famille  Médina, la filiale Satexo (Compania Textil  Colombania SA), avec une usine de fil  à coudre à Itagui (Médellin) et un réseau de six dépôts régionaux. SATEXO, avec Léon Thiriez, développe ses activités industrielles en amont et en aval. 20 ans plus tard, la société comprendra 1400 personnes et 30.000 broches, avant la crise du textile Colombien des années 1980. Dans les années 1960, Xavier Thiriez développera ses ventes au Panama et au Salvador. Ce sera la seule implantation de TCB à l’ étranger. Jules Desurmont  and Eugene Bonte, The next of the French industrialist to set up operation in Woonsocket was Jules Desurmont. Desurmont founded Jules Desurmont Worsted Company, later Riverside Worsted Company, in 1907. employed 350 people in 1910. The company was reorganized in 1935 and its name was changed to Riverside Worsted Company. It was still owned and controlled by Jules Desurmont et Fils of France. Jean François Flipo 1792- 1867, filateur , Conseiller général, fondateur de la fortune de la famille qui créera pendant  140 ans des milliers et des milliers d’emplois; crée sa filature, utilise une des toutes premières machines à vapeur, délaisse le négoce de son père pour une filature, s’installe dans une grande maison au 99, rue de Tournai à Tourcoing. Les  Charles Julien Flipo, (1859 Tourcoing  1928, Tourcoing), filateur de coton époux 1883 avec Marie Sophie Prouvost. Dès 1882, il  prend à 23 ans la succession de sa grand-mère Holbec chez Flipo Fils ainé (ses deux frères Romain et Joseph, créeront rue du Touquet à Tourcoing la filature de laine Flipo frères ; il  préfèrera céder toutes ses parts à ses cousins et créera avec son frère François une autre fil ature en 1892 ; en 1912, elle comptait 500 ouvriers ; peu avant la première guerre mondiale, son enteprise était équipée de 62.000 broches à filer et 20.000 à retordre. A l’apogée du système, les entreprise de peignage de la laine de la circonscription produisaient 85% de la production française de laine peignée ; les étoffes vont porter la réputation de la région dans le monde entier pour ses étoffes de luxe et de pure laine peignée.  Désiré Hippolyte Wibaux 1787-1848, : « Industriel, il  avait considérablement amélioré les techniques de filature et deux ans avant sa mort, il  inaugurait rue Saint-Antoine, une immense usine qui employa  jusque 1.200 ouvriers en 1910, qui était dotée d'une salle d'allaitement, qui fut par la suite intégrée à l’ empire Lepoutre avant de devenir l’ hôtel d'entreprises familier de tous les habitants de la Fosse aux Chênes. Désiré Wibaux possédait également un hôtel particulier au Fontenoy que ses descendants léguèrent à la Ville et dont l’ emprise est aujourd'hui le parc de Cassel. Pierre Achille Valéry Wibaux né le 12 janvier 1858 à Roubaix décède le 21 mars 1913 à Chicago Fondateur de Wibaux city dans le Montana, éleveur de 50.000 têtes de bétail, ami du futur président Roosevelt son voisin, président de deux banques fédérales des USAs. le 13 mars 1884 à Douvres épouse Mary Ellen Augustine Cécile Cooper 10-2-2-1 dont un fils Cyril Wibaux né à Glendive le 23 septembre 1885 meurt vers 1920 sans descendant. Éleveur de bétail aux USA, fondateur à Miles City de la State National Bank, né en 1858 – Roubaix et décédé en 1913 - Chicago (USA) : on était 12 miles au nord de la ville de Wibaux et là il s'est étendu 60,000 tête de bétail. Après un début échoué, son bétail s'est finalement étendu sur la terre de 1883 à 1886. Après sa mort en 1913, homesteaders coupe (diminution) dans ses tenues de terre et champs (domaines) de blé énormes établis et agriculture(élevage) déplacée en avance d'élevage de bétail. Il y a une statue de neuf pieds consacrée à lui à son gravesite. Les Lestienne Firmin Lestienne, fils de Voldemar, cousin germain de Pierre-Amédée Lestienne-Prouvost, fut président Fondateur de La Licorne en 1907, administrateur de la Compagnie des Mines de Campagne, a eu une usine de coton dans le Nord de France ; il racheta l’usine  CORRE;  une bombe atteint l'usine le 31 décembre 1943.

Si le textile a eu son ère de déclin,
d’autres secteurs ont été pris en main par les mêmes familles
:

François Dalle,  métamorphose une importante PME française en une grande multinationale. L’ Oréal. La vente par correspondance La Redoute : Le concept de vente par correspondance est né par hasard au moment de la première guerre mondiale, quand la maison Pollet a du mal à écouler sa marchandise. Les 3 Suisses, fondés par Xavier Toulemonde-Prouvost,  est une filiale de 3 Suisses International qui appartient à 45 % au Groupe Mulliez et à 50 % au groupe Otto-Versand, le leader mondial de la vente à distance, présent dans 23 pays et sur trois continents, l'Europe, l'Amérique et l'Asie. Blancheporte est une société de vente à distance du nord de la France (Tourcoing). Fondée en 1806 par les Dassonville, elle a fêté ses 200 ans d’existence.

Les Mulliez  sont considérée comme l’ une des plus fortunées d'Europe. Depuis l'époque de Charles Quint, la famille Mulliez s'illustre dans le textile. Selon Benoît Boussemart, les membres de la famille totalisaient en 2010 une fortune de 30,4 milliards d'euros, ce qui les classe au 1er rang des fortunes françaises devant Bernard Arnault (LVMH) et Liliane Bettencourt (L’ Oréal). Association familiale Mulliez Personnes clés Gérard Mulliez • Vianney Mulliez • Arnaud Mulliez • Louis Mulliez • Gonzague Mulliez • Thierry Mulliez • Stéphane Mulliez • Hugues Mulliez. Paul Dubrule et le groupe Accor Maire de Fontainebleau (1992-2001), Sénateur de Seine et Marne, Paul Dubrule appartient aux grandes familles du Nord ; les Dubrule sont alliés aux Pollet, Watine, Boutry, Brabant etc. Co-fondateur  avec Gérard Pelisson du groupe Accor en 1967, leader sur le continent européen mais aussi premier opérateur hôtelier dans le monde. Il était à l'origine la Société d'Investissement et d'Exploitation Hôteliers (SIEH) puis créa dès sa première année Novotel à Lille.

Les Arnault 

 
Conclusion :

 « Plus l'âme a reçu dans le silence, plus elle donne dans l'action.  »  Ernest Hello

 « Prend soin de ton nom.

Ce sera pour toi un bien plus durable que mille grands trésors.

On compte les jours d’une bonne vie, mais un beau nom demeure à jamais. ».

L’Ecclésiaste Chapitre 41, versets 15 et 16.

La constitution de dynasties aux règles précises avec la transmission des prénoms d’ainé en ainé pendant des siècles  jusqu’à nos jours (Jean ou Jehan Prouvost depuis ceux du Moyen-âge  jusqu’à l’homme de presse et industriel Jean Prouvost appelé souvent Jehan, Henri Prouvost I à V, Amédée Prouvost I à VII , Albert Prouvost I à VI, Auguste Lepoutre I à VI, Gaspard  I à XII  de Surmont/Desurmont), François I à IX Masurel, Urbain Virnot I à IX.

« Les lettres  échangées entre mon grand- père, ma grand-mère Amédée Prouvost et leurs six enfants témoignent d’un attachement fondamental aux vertus essentielles de notre race du Nord de la France, consacrées par des siècles de luttes et d’épreuves. S’aimer, s’entr’aider, travailler dans la loyauté et l’honneur à créer chaque jour un peu plus de bonheur pour tous, être prudents dans le succès, courageux dans l’adversité, tels étaient les enseignements traditionnels de nos familles, transmis dans un grand esprit chrétien.».Jacques Toulemonde

 Roubaix : « ville unique, où tous travaillent dès l’ âge légal, jusqu’à la tombe, où chaque réfractaire est montré du doigt comme frappé de la lèpre, (..) où la concurrence loyale et excitant pique de son aiguillon les flancs d’une jeunesse jusque là intrépide, où les carrières libérales sont quasi inconnues ou d’importation, où nul ne jette un œil  d’envie ou de concupiscence sur le fonctionnarisme, où par surcroît chacun s’accommode de familles nombreuses, parce que chaque nouveau venu est considéré pour l’ avenir comme un capital en bourgeon, bientôt en fleurs, et en rameaux ombragés, où viendront s’abriter des générations laborieuses d’artisans, trouvant emploi de leurs bras, leur unique capital, et parce que ces nouveaux venus sont de plus dans le présent pour les parents, ferments nouveaux d’énergie et d’entreprises plus vastes.» Eugène Motte

« Tout ce qu’il  y a de meilleur  dans nos traditions roubaisiennes : la foi, l’attachement au devoir d’état, le culte des parents, l’union des frères et sœurs, la joie des réunions de famille, nombreuses et prolongées, le goût du travail   et de l’initiative, l’esprit d’entreprise, le génie industriel, particulièrement mélé, dans le milieu où grandit l’abbé Lestienne-Prouvost, à un goût artistique très éclairé et très sûr.»

 
«  Faisons donc l’éloge des hommes illustres,

Et des pères de notre race.

C’étaient des riches ayant des biens en abondance

Vivant en paix dans leur demeure.

Tous ces hommes furent honorés par leurs contemporains

Tous ont été la gloire de leur temps. »

« Le bonheur reste attaché à leur race

Et un héritage est assuré à leurs enfants.

Leur race se maintient fidèle aux alliances

Et leurs enfants à cause d’eux.

Leur race demeure éternellement

Et leur gloire ne sera jamais effacée.

leur corps a été enseveli en paix

Et leur nom vit d’âge en âge. » Ecclésiastique Chapitre 44

Sources: Wikipedia, base Roglo

 

Retour