Les  ainés de la famille Prouvost

La branche
Henri Prouvost

lepoutre-prouvost

et les deux rameaux

   Rameau des Charles Prouvost

Rameau des Paul Alexandre Prouvost




Henri II Liévin Prouvost 1810-1857
naquit le  9 juin 1810 à Roubaix, mort le 22 avril 1857 à Flers près de Lille à l'âge de 46 ans, épousa le 26 avril 1835,
fils d'
Henri I Prouvost 1783-1850,
Maire adjoint de Roubaix, de 1821 à 1826,
Membre du Conseil de fabrique de Saint Martin à Roubaix de 1826 à 1847,
Administrateur des hospices de 1817 à 1822 ,
Maître de manufacture,  et
Liévinne
Defrenne

époux de  Sophie Florin 1812-1871 

Blason-Florin  

Jean-Baptiste Nicolas Florin 1686-1737

Marchand, maître de manufactures

Florin

 

Marie Catherine de Surmont 1692-1744

 

Philippe Hubert Bacon de Sains 1704-1772

BACON de SAINS : « de gueules, au chef d’argent chargé de deux étoiles de sable ».

bacon_de_sains

 

Augustine Josèphe Macquart 1708-1743

Fille de Nicolas Philippe Macquart

seigneur d'Ophove, de Terline et de Maugré,    Écuyer,    Subdélégué de messeigneurs de la Grandville et de Séchelles (intendants de Flandre),

    Maire et grand bailli de Merville

 

Liévin Joseph Defrenne, sieur du Gaucquier 1728-1795

Négociant, fabricant de tapisseries des Flandres en haute lisse, échevin de la Ville de Roubaix.

defrenne

 

Augustine Élisabeth Joseph Prouvost 1731-1801

Fille de Pierre Prouvost, Maître de manufacture, échevin de la Ville de Roubaix, petite fille de Jehan Delebecque,     Censier du Fontenoit, échevin de Roubaix, marguillier de Saint-Martin

 

Pierre Philippe Joseph Delebecque 1731-1779,

Manufacturier (rue Dorée), échevin de la ville de Roubaix

delebecque

 

Anne Josèphe Constance Florin 1730-1803

|

- 1711 -

|

 

|

- 1727 -

|

 

|

- 1755 -

|

 

|

- 1757 -

|




 




 




 




|

 

|

 

|

 

|

Pierre Constantin Florin 1732-1799

Florin

 Florin-Pierre-Constantin
    négociant, échevin de Roubaix (1765 à 1769), député suppléant du Tiers Etat aux Etats Généraux (1789), maire de Roubaix (1790 à 1791), FLORIN, Roubaix : « d’azur, à la croix recercelée d’or ; au sautoir de gueules sur le tout ».

Sa sœur, Marie-Agnès Florin (1712-1767)  épousa à Roubaix en 1734 Jacques II Prouvost (1699-1774)

 

Marie Augustine Caroline Bacon de Sains 1737-1810

bacon_de_sains

Marie-Florin-Bacon-de-Sains

    

 

Jean-Baptiste Joseph Defrenne 1756-1810

Négociant, égard de la Manufacture de Roubaix

defrenne

 

Martine Joseph Delebecque 1758-1837

delebecque

|

- 1759 -

|

 

|

- 1779 -

|




 




|

 

|

Charles Henri Florin 1774-1831

Florin-Charles-Henri

Florin

 

Martine Augustine Liévine Defrenne 1782-1852

Florin-Defrenne-Charles-Henri

defrenne

|

- 1800 -

|




|

Sophie Florin 1812-1871

Epouse d’ Henri Prouvost 1810-1857

 Sophie est la petite fille de Pierre Constantin Florin, Député suppléant aux Etats généraux de Versailles 
et premier maire de Roubaix. époux de Marie Bacon de Sains, fille de Philippe et Augustine Macquart (de Terline),

Versailles-Etats-Generaux-Pierre-Constatntin-Florin
La soeur de Pierre Constantin Florin, Marie-Agnès Florin (1712-1767)  épousa à Roubaix en 1734 Jacques II Prouvost (1699-1774) :
elle était la
fille de Jean Nicolas Florin, membre de la Manufacture de Roubaix et administrateur de

la table des Pauvres (1686-1737) et 
Marie Catherine de Surmont (1692-1744), inhumée dans l'église de Roubaix, sœur de deux religieuses de l'abbaye de Wevelghem  
et d'une des Brigittines;  (1699-1774 inhumé dans l'église de Roubaix), Maître de manufacture).

Prouvost-Florin

Hotel-Florin-Fives-LilleFlorin-Achille-Vandame

Tombe Prouvost-Florin au cimetière de Roubaix

L’hôtel Florin, 104, rue du Faubourg de Roubaix à Fives-Lille: 

" L ’hôtel possède front à rue une longue façade imposante et sévère, seulement décoré d’une serlienne* qui rappelle le Premier Empire. Il est l’unique témoin de cette bonne et vieille commune de Fives aux 34 maisons de campagne, disséminées en 1843 sur Fives-Saint-Maurice jusqu’aux hauteurs du Dieu de Marcq et de Mons-en-Barœul. C’est alors un riche vallon fertilisé par les eaux du Becquerel et de la Chaude Rivière. Lepropriétaire de l’hôtel, Achille Florin-Defrenne, fils de Carlos Florin (1811-1862), industriel roubaisien, frère de Sophie Florin (1811-1861) , Madame Charles Prouvost, habite l’hiver à Lille, rue Négrier, mais quitte la ville aux beaux jours pour sa maison de campagne ; la famille respire alors le bon air de Saint Maurice des Champs qui porte bien son nom, car alentour, on ne voit que prairies et pâtures. Après lui, nous dit Pierre Pierrard « son fils Achille F

lorin-Vandame possède un jardin paradisiaque où règne un hêtre pourpre, une pièce d’eau où glissent les cygnes, de vastes cages où vivent des oiseaux, des faisans, des perroquets, des chenils peuplés de chiens tous plus beaux les uns que les autres, tel un énorme danois bleu. Il est vrai qu’Achille Florin adore les animaux, au point d’acheter un lionceau à des forains et de se promener avec lui, attaché bien sûr, dans un Lille ébahi». Lors des journées du patrimoine, très aimablement, Madame Pajot nous accueille. La façade sur jardin de l’hôtel est toute en courbes harmonieuses; un jardin où l’on se prend à rêver ; si les animaux et le hêtre pourpre ont disparu, il n’est pas impossible de songer à François Watteau reçu chez ses amis Lenglart rue du Faubourg-de-Roubaix, ce peintre qui s’inspirera souvent dans ses tableaux des frondaisons de Saint-Maurice. " Brigitte Renier-Labbée, Lille Ancien

Prouvost-Florin-Henri-1857-

Prouvost-Florin-Henri-&-Sophie_

Prouvost-Florin-Cimetiere-Roubaix

Tombe Prouvost-Florin au cimetière de Roubaix

« L'explosion qui a eu lieu, le 19 février dernier, d'une chaudière à vapeur fonctionnant dans les ateliers du sieur Prouvost-Defrenne, filateur à Roubaix(Nord), a vivement appelé l'attention de l'administration sur les établissements où la vapeur est employée comme principal moteur. MM. les ingénieurs des mines ont fait les démarches les plus actifs pour s'assurer si, partout où il existé des appareils à vapeur, dans le département, t'en a rempli tes conditions de sûreté prescrites par tes ordonnances, et leurs visites ont eu pour résultat la découverte de seize contraventions, dont la répression a été aussitôt poursuivie.

Louis-Liévin et Angélique Wacrenier-Lyonnard de La Girennerie,

cousins germains d’Henri Prouvost-Florin

Bergeret-La-girennerie-Fragonard

Catherine Poisson de La Chabeaussière portraiturée par Fragonard, son époux Pierre-JacquesOnésyme Bergeret de Grancourt, 1750, par Louis Tocqué,
 Pierre Jacques Onésime BERGERET de FROUVILLE par François Vincent, le château de Nointel, 
Rosalie Fragonard par son père, la Pagode de Cassan, Madame Bergeret par François Boucher, les deux hôtels Bergeret des 2-4 place de la Victoire, l'hôtel Bergeret rue du Temple.

Liévin Joseph Defrenne 1750-1814

Defrenne

&1775 Clémentine Marie Angélique Josèphe Dervaux 1750-1834

|




|

 

|

Clétine Defrenne 1782-1842, 11, rue des Fleurs, Lille
&1802 Louis Wacrenier 1772-1842

 

Liévine Defrenne 1791-1824 &1809
Henri Prouvost 1783-1850

|

 

|

Louis Liévin Wacrenier
Marié le 26 novembre 1825, église Saint-Sulpice,
             à  Angélique Thérèse Léocadie Lyonnard de La Girennerie

                                   Petite fille d’Augustin époux  de Catherine Poisson de La Chabeaussière                                                                                 portraiturée par Fragonard

Saint-Sulpice.

 

Henri Prouvost 1810-1857
Sophie Florin 1812-1871

Angélique Wacrenier-Lyonnard de La Girennerie, cousine germaine d’Henri Prouvost-Florin, se maria en l’église Saint Sulpice ; son père Ange Philibert Lyonnard de La Girennerie, né le 8 janvier 1772, décédé le 24 janvier 1859 (à l'âge de 87 ans), fut lieutenant-colonel des gardes de la porte du Roi Louis XVIII, attaché au cabinet de Monsieur, comte d'Artois, maire de la commune d'Annappes, Officier de la Légion d'honneur, Chevalier de Saint-Louis, décoré de la médaille Hanséatique ; il se maria à Hambourg (Allemagne), avec Gertrude Ernest. Sa grand-mère Catherine Julie Xavier Poisson de La Chabeaussière fut fut portraiturée par Fragonard ; elle se remaria avec Pierre-Jacques-Onésyme BERGERET de GRANCOURT, fils aîné de Pierre-Jacques-Onésyme, il voit le jour à Paris le 24 octobre 1742. Après le voyage qu'il fit en Italie avec son père et Fragonard, Pierre-Jacques Bergeret, Receveur général des Finances de Montauban, acquiert le 1er mars 1778, de son cousin Alexandre-Pierre-Nicolas de Cassan, la seigneurie de Châteaupré. Après la mort de son père, en 1785, Pierre-Jacques Bergeret devint définitivement Receveur général des Finances de Montauban. La Révolution ayant éclaté, il émigre, mais il rentre rapidement en France pour sauver ses biens, dont une partie a déjà été vendue. Quelque temps après, il est arrêté à Paris, et détenu pendant l’examen de sa comptabilité. Le 3 janvier 1794, la Municipalité de L’Isle-Adam adresse en sa faveur une pétition à la Convention. Il sera libéré peu après.     Le 11 octobre 1796, Bergeret épouse à l’Isle-Adam Catherine-Julie-Xavier Poisson-Lachabeaussière et adopte la fille de celle-ci, Elisabeth-Julie-Perrette Lyonnard. Cette fille décède à Cassan le 16 septembre 1797, âgée de 15 ans. Elle est inhumée dans le cimetière qui se trouvait alors autour de l'église.L’année suivante c’est Rosalie Fragonard qui décède à Cassan. Elle aussi sera enterrée à L’Isle-Adam.    Pierre-Jacques fatigué, traumatisé par les événements révolutionnaires, éprouvé par la mort de sa fille adoptive et celle de Rosalie Fragonard, vend le domaine de Cassan, le 1er novembre 1803, à son architecte François-Denis Courtillier.

    C’est ainsi que disparaît une illustre famille, qui laisse toutefois à la ville de L’Isle-Adam des souvenirs tangibles : le pavillon chinois et le parc de Cassan, le petit hôtel Bergeret (actuel Centre d’Art J.H. Lartigue).

Son père, Pierre Jacques Onésime BERGERET de FROUVILLE, seigneur de Grandcourt, Comte de Nègrepelisse, voir Ordre royal et militaire de Saint-Louis (Chevalier)-1764, né le 18 juin 1715, St-Nicolas-des-Champs, Paris (75), décédé le 21 février 1785, Paris (75) (à l’âge de 69 ans), Commandeur et trésorier général de l'ordre de Saint Louis, receveur général des finances à Montauban en 1751, grand amateur d'art, ami du peintre FRAGONARD.

avec Marguerite Josèphe RICHARD de La BRETÈCHE, décédée en 1751 Sources : personne: Apollon 31-01-05, famille: Apollon 31-01-05; Filiations parisiennes § Bergeret de Frouville, 1985, n° 73, hdemython 15.8.2013

 L'Almanach Royal de 1739 le cite, comme Directeur des Fermes pour les Traités, Gabelles et Tabacs de Montpellier. Le 31 Août 1741, il épouse Marguerite-Josèphe Richard de la Bretèche, fille du Receveur général des Finances à Tours, après le décès de sa femme, le 14 juillet 1751. Il est nommé la même année Receveur général de la Généralité de Montauban.   Grand amateur d’art, il entre le 31 Août 1754 à l'Académie royale de peinture et de sculpture comme associé libre. Les faveurs et les honneurs ne lui manquent pas. En 1764, la place de Trésorier général de la Généralité de Montauban étant vacante, Louis XV la lui donne à titre d'avancement dans l'administration des Finances, et il y ajoute le cordon de l'Ordre de Saint-Louis. A la mort de son père, en 1771, il hérite d’une fortune considérable, dont le château de Nègrepelisse, l’hôtel de la place des Victoires, le château de Nointel, .... Voilà donc, le Trésorier général devenu grand seigneur.

Le 4 février 1766, il épouse en secondes noces Louise-Mélanie de Levy, fille du grand bailli d'épée du comté de Dourdan et Trésorier-Payeur des gages des Officiers de la Chambre des Comptes de Paris.

Pierre-Jacques-Onésyme est particulièrement lié avec les grands peintres du XVIIIe siècle : Natoire, Boucher (François), Lagrené l'aîné, Hubert-Robert et Fragonard. En 1772, il visite les Pays-Bas pour satisfaire ses goûts artistiques.

L'année suivante, après avoir perdu sa seconde femme, il décide d'entreprendre un grand voyage en Italie, avec son fils, sa gouvernante, Jeanne Vignier qui deviendra sa 3ème épouse en 1777, Fragonard et sa femme.

Bergeret meurt le 21 février 1785, dans son hôtel de la rue du Temple.

De son mariage avec sa première femme, Pierre-Jacques-Onésyme laissait deux fils, dont Pierre-Jacques Bergeret ; et de sa troisième femme, Jeanne Vignier, une fille, Joséphine-Claudine-Perrette.

En 1773, Jean-Honoré Fragonard accompagne dans son voyage en Italie Pierre-Jacques-Onésime Bergeret, grand financier du XVIII° siècle et comte de Nègrepelisse. Celui-ci, à la tête d’une immense fortune, vit fastueusement à Paris et s’entoure d’artistes reconnus.
Les voyageurs s’arrêtent une quinzaine de jours à Nègrepelisse, terre du financier. Ce bref séjour permet à Fragonard d’exécuter plusieurs dessins. On a retrouvé la trace de plusieurs d’entre eux, qui représentent le château ou le four banal.

Voici un extrait du journal de Pierre Jacques Onésime Bergeret qui relate le passage à Nègrepelisse :
"A Negrepellisse, mardi 12 octobre
Nous voilà bien arrivés à deux heures après midi par un temps d’été par la meilleure santé. Nous voilà bien diné et ensuite bien harangué. (...)

A Toulouse, mardi 26 octobre.
Après être resté 15 jours bien justes à ma terre de Nègrepellisse, près Montauban, nous reprenons ce matin notre route pour tâcher de gagner Gesnes. Nous voilà donc arrivés à Toulouse ce jour d’hui à quatre heurs après midi par un vrai temps d’été, et par les chemins de Languedoc; c’est tout dire! De Montauban à Toulouse, on y jouerait au mail Je ne peux vanter les belles avenues le long des chemins de ce pays; je les ai laissées en Flandre. on y rencontre ici peu d’arbres, mais aussi des terres à blé préparées avec le plus grand soin. La campagne est garnie de monde et de bestiaux et de boeufs qui labourent".

L'un des tableaux de Fragonard sur le château de Nègrepelisse est aujourd'hui exposé au musée Boymans à Rotterdam aux Pays-Bas.

Quelques illustrations dans la descendance d’Henri Prouvost

Jusqu'à la 4e génération.

Henri Prouvost, né le 9 juin 1810, Roubaix décédé le 22 avril 1857, Flers-lez-Lille  (46 ans). Marié le 26 avril 1835, Roubaix avec Sophie Florin, née le 15 juin 1812, Roubaix décédée le 27 juin 1871, Roubaix  (59 ans),

Enfants

Henri Prouvost, né le 29 avril 1836, Roubaix décédé en 1900, Roubaix  (64 ans). Marié en 1860 avec Rose Delerue, née le 17 mai 1841, Roubaix décédée en 1915 (74 ans),

Charles Jérôme Prouvost, né le 2 octobre 1837, Roubaix décédé le 11 mai 1906, Roubaix  (68 ans). Marié le 5 février 1861, Roubaix avec Marie Sophie Scrépel, née le 28 mai 1840, Roubaix décédée le 24 mars 1908, Roubaix  (67 ans),

Sophie Prouvost, née le 31 décembre 1838, Roubaix décédée le 5 décembre 1918, Wattignies  (79 ans). Mariée le 22 octobre 1861, Roubaix , avec César Auguste Piat, né le 18 juillet 1834, Roubaix , décédé le 6 septembre 1895, Roubaix  (61 ans), fabricant de tissus, assureur, dont

Paul Alexandre Prouvost, né le 25 février 1840, Roubaix décédé le 21 mai 1903, Mouvaux  (63 ans). Marié le 1er juin 1865, Quesnoy-sur-Deûle , avec Laurence Louise Ghesquière,

Caroline Prouvost, née le 22 juin 1843, Roubaix , décédée le 25 mars 1915, Roubaix  (71 ans). Mariée le 19 juin 1866, Roubaix , avec Edouard Watine, né le 17 juillet 1840, Roubaix , décédé le 17 mars 1915, Roubaix  (74 ans), fabricant

 

Petits enfants

Henri Prouvost, né en 1861, tué le 22 janvier 1917, Holzminden (Allemagne), inhumé, mort pour la France (56 ans). Marié le 30 mai 1883, Roubaix avec Louise Ernoult, née le 5 janvier 1862, décédée le 19 juin 1943 (81 ans),

Edmond Charles Prouvost, né le 17 février 1863, Roubaix décédé. Marié le 31 mai 1887, Roubaix avec Jeanne Eloy, née le 27 août 1867, Roubaix décédée le 12 août 1948, Paris VIII (80 ans),

Marie Sophie Prouvost, née le 25 juin 1863, Roubaix décédée le 9 juillet 1935, Tourcoing  (72 ans). Mariée le 18 avril 1883, Roubaix avec Charles Julien Flipo, né le 16 mai 1859, Tourcoing décédé le 8 août 1928, Tourcoing  (69 ans), filateur de coton,

Charles Louis Prouvost, né le 8 septembre 1864, décédé.

Georges Louis Prouvost, né le 14 juin 1866, Roubaix décédé le 6 août 1926, Lille  (60 ans). Marié le 9 juin 1890, Bouvines , avec Félicie Valérie Dehau, née le 7 juillet 1871, Bouvines décédée en 1962, Paris (91 ans), Pauline Prouvost, née le 16 juin 1868, Roubaix , décédée en 1929 (61 ans). Mariée le 24 juillet 1888, Roubaix , avec André Jean Lepoutre, né le 24 février 1864, Roubaix , décédé,

Gabrielle Prouvost, née le 30 mars 1873, Roubaix décédée le 23 septembre 1955, Marcq-en-Baroeul  (82 ans). Mariée le 9 octobre 1895, Roubaix avec François Duthoit, né le 25 août 1874, Roubaix décédé en mars 1940, Roubaix  (65 ans), brasseur à Roubaix, dont

Charles Prouvost, né le 30 décembre 1875, Roubaix décédé. Marié le 23 février 1900, Mouvaux avec Eugénie Pauline Masurel, née le 16 avril 1881, Tourcoing décédée le 26 octobre 1926 (45 ans),

Jean Jérôme Prouvost, né le 28 août 1880, Roubaix décédé le 13 mai 1951, Lille  (70 ans), notaire. Marié le 17 mai 1903, Ascq , avec Marthe Droulers, née le 10 juin 1880, Ascq , décédée le 16 octobre 1918, Bordeaux (33, Gironde) (38 ans), Marié le 28 juillet 1920, Paris, avec Cécile Denonvilliers, née le 16 janvier 1880, Paris, décédée le 12 octobre 1955, Tourcoing  (75 ans).

Paul Laurent Joseph Prouvost, né le 7 avril 1866, Roubaix,décédé le 26 décembre 1932, Roubaix, Nord (66 ans). Marié le 22 mai 1888, Roubaix , avec Louise Lucie Masurel, née le 16 septembre 1868, Roubaix,décédée le 28 avril 1954, La Madeleine, Nord (85 ans),

Laurence Prouvost, née le 30 novembre 1871, Roubaix décédée le 7 août 1955 (83 ans). Mariée avec Paul Six, décédé le 10 février 1953, Villers-les-Andélys (Eure),

Edouard Watine, né le 13 août 1867, Roubaix,décédé le 5 octobre 1930, Croix, Nord (63 ans), fabricant de tissus à Roubaix. Marié le 4 février 1893, Tourcoing , avec Elisabeth Dewavrin, née le 8 mai 1869, Tourcoing , décédée en 1915 (46 ans) (Cm chez Me Ghesquière, notaire à Tourcoing),

Ursule Watine, née le 26 juin 1869, Roubaix , décédée le 8 mai 1942, Limoges (87, Haute-Vienne) (72 ans). Mariée le 30 mai 1893, Roubaix avec Émile Barrois, né le 21 février 1865, Lille décédé le 7 juin 1940, Le Crotoy (Somme) (75 ans), filateur de coton,

Pierre Watine, prêtre.

Marie Watine, en religion.

Arrières petits enfants

Henri François Prouvost, né le 3 novembre 1885, Roubaix décédé le 26 mai 1962, Roubaix  (76 ans). Marié le 30 juin 1908, Roubaix avec Marguerite Léonie Motte, née le 27 août 1887, Roubaix décédée le 28 décembre 1966, Roubaix  (79 ans).

Simone Prouvost, née le 17 décembre 1889, Roubaix décédée le 14 décembre 1972, Mouvaux  (82 ans), mère de 12 fils. Mariée le 27 juillet 1909, Roubaix avec Auguste Lepoutre, né le 10 octobre 1888, Roubaix décédé le 19 juin 1959, Roubaix  (70 ans) (12 fils),

Edmond Prouvost, né le 17 mars 1888, Roubaix . Marié le 19 avril 1911, Roubaix avec Marguerite Pauline Pollet, née en 1891, décédée le 22 mai 1958 (67 ans),

Madeleine Ernoult, née le 21 avril 1890, Roubaix décédée le 13 mars 1913, Roubaix  (22 ans). Mariée le 14 novembre 1910, Roubaix avec Gaston Outters, né le 21 mars 1887, Steenvoorde tué le 24 février 1916, Verdun (Meuse), inhumé, mort pour la France (28 ans),

Charles Romain Flipo, né le 16 août 1884, Tourcoing tué le 24 février 1916, Beaumont (Marne), inhumé (31 ans), filateur de coton. Marié le 9 janvier 1906, Tourcoing avec Marie Germaine Tiberghien,

Georges Jean Marie Flipo, né le 8 août 1885, Tourcoing , décédé le 18 avril 1943, Tourcoing  (57 ans), filateur de coton. Marié le 28 octobre 1908, Tourcoing , avec Jeanne Tiberghien, née le 13 septembre 1888, Tourcoing , décédée le 15 février 1964, Tourcoing  (75 ans),

Marguerite Antoinette Flipo, née le 13 juin 1892, décédée en 1974 (82 ans), religieuse bernardine à Lille (8 septembre 1912).

Marthe Prouvost, née le 15 janvier 1892, Roubaix décédée le 17 juin 1967, Paris (75 ans). Mariée le 31 juillet 1912, Lille avec Joseph Lotthé, licencié en droit,

Georges Prouvost, né en 1894, industriel en confection textile à Paris. Marié le 26 septembre 1919, Lille avec Marthe Virnot, née le 11 mars 1896, Lille décédée en 1985 (89 ans),

Joseph Prouvost, né le 10 août 1896, Croix décédé le 27 janvier 1965, Paris VII (68 ans). Marié, Lille , avec Sabine Ovigneur, née le 2 novembre 1900, Lille , décédée,

Jacques Prouvost, né en 1902, décédé. Marié le 17 juillet 1928 avec Gabrielle de La Broüe de Vareilles-Sommières,

Jeanne Prouvost, née en 1904, religieuse.

Paul Lepoutre, en religion.

Jean Lepoutre, né le 28 février 1893, Mouvaux , décédé le 16 septembre 1916, Ambulance 18/13 à Guesnel (Somme) (23 ans), canonnier au 62e régiment d'artillerie.

Raymond Vernier, né le 26 mai 1904, Roubaix .

Charles Prouvost, né en 1900, décédé. Marié en 1926, Bousbecque , avec Hélène Dalle, née en 1905,

Lucie Prouvost, née le 29 novembre 1903, Mouvaux décédée le 5 janvier 1957, Laval (Mayenne) (53 ans). Mariée le 17 avril 1929, Paris 16ème, avec Roger Ponroy, né le 12 juillet 1891, Orléans (Loiret), éditeur, industriel,

Geneviève Prouvost, en religion.

Jean Prouvost, né le 3 octobre 1904, Roubaix , décédé le 16 décembre 1965, Bouchain  (61 ans), notaire à Fleurbaix. Marié le 15 juillet 1930, La Madeleine, avec Marguerite Marie Pattyn, née le 11 novembre 1904, Ronchin, décédée le 9 août 1944, Fleurbaix (39 ans), Marié le 6 janvier 1943, Comines , avec Mathilde Froidure, née le 27 janvier 1914, Comines .

Xavier Louis Prouvost, né le 30 avril 1906, Roubaix décédé le 12 août 1965, Tourcoing  (59 ans). Marié le 8 décembre 1942, Santes avec Antoinette Bernard, née le 27 mai 1910, Santes décédée le 19 janvier 1977, Tourcoing  (66 ans),

Marthe Prouvost, née le 4 juin 1909, Malo-les-Bains, 59,décédée le 21 janvier 1989, Tourcoing, 59, Nord (79 ans). Mariée le 14 juin 1939, Tourcoing, 59,avec Paul Mignot, né le 9 mai 1908, Antwerpen, Belgique, décédé le 10 février 1982, Tourcoing, 59, Nord (73 ans), agent de change à Lille, charge Mignot,

Francis Prouvost, né le 18 janvier 1912, Tourcoing décédé le 8 avril 1992, Tourcoing inhumé, Santes (80 ans) Marié le 6 janvier 1944, Santes avec Gabrielle Bernard, née le 21 juin 1914, Santes décédée le 31 juillet 2000, Tourcoing inhumée, Santes (86 ans),

Germaine Prouvost, née le 29 mars 1893, Roubaix , décédée le 13 octobre 1987, Lille  (94 ans). Mariée le 21 juillet 1912, Roubaix , avec Jean Barrois, né le 30 novembre 1884, Lille , décédé le 28 octobre 1967, Lille  (82 ans), médecin radiologue, dont

Mariée le 8 novembre 1912, Tourcoing avec Henry Pollet, né le 2 avril 1891, Roubaix décédé le 17 septembre 1967, Flers-lez-Lille  (76 ans), fondateur de l'activité V.P.C. de La Redoute,

Marie-Josèphe Watine. Mariée avec Jean Malotaux, né en 1898, décédé en 1984 (86 ans),

4° génération

Auguste Lepoutre, décédé.Marié avec Marguerite Prouvost, née en 1918.

Hugues Lepoutre, né le 17 janvier 1920, Roubaix . Marié le 6 juin 1946, Reims (Marne), avec Lucie Heidsieck, née le 17 mai 1926, Reims (Marne).

Edmond Lepoutre, né le 4 avril 1927, Roubaix décédé le 3 juin 2012 (85 ans). Marié le 9 juillet 1949, Reims (Marne), avec Myriam Heidsieck,

Claude Prouvost, notaire, Marié avec Annette Dewavrin,

Marguerite Prouvost, née en 1918. Mariée avec Auguste Lepoutre,

Philippe Prouvost, décédé le 7 février 2008, Croix . Marié avec Christiane Motte.

Gaston Outters, né le 10 février 1913, Roubaix décédé le 7 novembre 1997, Lomme  (84 ans), prêtre.

Marcel Lepoutre, né le 2 juillet 1913, Roubaix décédé le 7 août 2010, Tourcoing, 59 (97 ans), industriel. Marié avec Françoise Toulemonde, née le 10 avril 1918, Lausanne (Vaud, Suisse), décédée le 26 juin 2009, Roubaix inhumée le 30 juin 2009, Roubaix  (91 ans).

Agnès Lepoutre, née en 1917, décédée en 1996, La Madeleine  (79 ans), Soeur Marie Agnès, religieuse de la Congrégation du Saint-Enfant Jésus, dame de Saint-Maur.

Gérard Lepoutre, né le 15 novembre 1919, Roubaix décédé en 2007 (88 ans), prêtre, chanoine de la cathédrale, recteur de la Faculté Catholique de Lille.

Robert Lepoutre, né en 1921, décédé, prêtre, curé de Faches-Thumesnil.

Louise Lepoutre, soeur Louise Marie, religieuse.

Marguerite Lepoutre, décédée le 3 janvier 1999, religieuse des Soeurs du Prado.

Jean Ernoult, prêtre, religieux de la Congrégation du Saint-Esprit.

Robert Leurent, né Tourcoing . Marié le 1er mai 1947 avec Olga de Beaufort,

Marie Maes, née le 30 mars 1915, Lille décédée le 3 avril 2002, Lisieux (Calvados) (87 ans). Mariée le 7 avril 1942, Bouvines avec Pierre Droulers, né le 2 mars 1914, Fourmies banquier, exploitant agricole.

Geneviève Maes, née le 1er mars 1918, décédée en octobre 1974 (56 ans), Soeur Marie-Dominique, religieuse.

Solange Maes, religieuse.

Thérèse Lotthé, née en 1911, décédée le 2 mai 2000 (89 ans). Mariée avec Marc Auguste-Dormeuil,

Marthe Lotthé, religieuse franciscaine de Marie.

Dominique Prouvost. Marié avec Anna Maria Solari Bozzi. Marié avec Traot Lamby.

Cécile Prouvost, décédée, Maroc, en religion.

Georgette Prouvost, née Lille . Mariée Lille avec Yves Descamps, né le 18 décembre 1921, Lille agent commercial des Ets Wallaert à Angers.

François Prouvost, Marié avec Brigitte Crépy, Marié avec Marie-Louise Jaspard.

Thérèse Prouvost, décédée. Mariée avec Jean Vercasson.

Hubert Prouvost, né en 1930, décédé en 1996 (66 ans). Marié avec Brigitte Machet de La Martinière, née le 31 décembre 1935, Reims (Marne).

Martine Prouvost, née Coutances (Manche). Mariée avec Denis Frapier,

Gisèle Prouvost, décédée le 11 décembre 2002. Mariée avec Renaud Poinsinet de Sivry.

Françoise Prouvost, décédée le 19 octobre 2004, inhumée le 23 octobre 2004, St Briac (35)Mariée avec Bernard Billaudel, décédé le 15 octobre 1977.

Micheline Prouvost, décédée en 1968. Mariée avec Louis Rollinde de Beaumont, né en 1918, décédé le 17 avril 2011, inhumé le 20 avril 2011, cimetière de Coquainvilliers (14) (93 ans).

Josette Prouvost, décédée le 19 septembre 2014, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), inhumée le 27 septembre 2014, cimetière de Coquainvilliers (Calvados) Mariée avec Michel Parent, médecin, directeur de laboratoire.

René Vandenberghe, né le 28 septembre 1923, Roubaix tué le 28 décembre 1943, Weimar-Bückenwald (Allemagne), inhumé, mort pour la France (20 ans).

Georges Vandenberghe, en religion.

Colette Faure, née Ivry le Temple (60). Mariée avec Paul-Émile Victor, né Genève (Suisse), décédé le 7 mars 1995, Bora-Bora, inhumé, en haute mer depuis la frégate Dumont d'Urville (87 ans), explorateur.

Agnès Meillassoux, née Roubaix . Mariée Bordeaux (Gironde), avec Charles Dulong de Rosnay, né le 7 mars 1918, Pouillon (Landes), décédé le 17 août 1976, Bordeaux (Gironde) (58 ans), professeur de bactériologie & de virologie à la Faculté de Médecine de Bordeaux.

Christian Prouvost, né le 18 novembre 1927, décédé le 3 août 2011 (83 ans). Marié le 29 novembre 1951, La Madeleine avec Brigitte Virnot, née le 3 juin 1931, La Madeleine décédée le 18 février 2010, Bure-les-Templiers (Côte-d'Or), inhumée le 22 février 2010, Recey-sur-Ource(Côte-d'Or) (78 ans).

Simone Prouvost, née Faches-Thumesnil . Mariée Lambersart , avec Jean Trentesaux, né le 7 décembre 1921, Tourcoing décédé le 21 novembre 1994, Argenteuil (Val-d'Oise) (72 ans), docteur en médecine.

Brigitte Prouvost, Mariée avec Benoît Thiriez.

André Prouvost, Marié avec Véronique Crépy,

Charles Prouvost.

Bernard Prouvost, né Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Marié Flers-lez-Lille , avec Bernadette Cuvelier, née Roubaix .

Jacques Prouvost, Marié avec Nicole Bera.

Chantal Ponroy, décédée. Mariée avec Henri Cordonnier.

Dominique Ponroy, né Sèvres (Hauts-de-Seine). Marié Corzé (Maine-et-Loire), avec Marie-Pierre de Ponnat, née Le Mans (Sarthe), Marié avec Françoise Derveaux.

Martine Ponroy, née Laval (Mayenne). Mariée avec Loïc du Hamel de Fougeroux de Denainvilliers, né Daon (Mayenne).

Béatrix Mignot, née Marines, Val-d'Oise Mariée Tourcoing,avec Philippe Rammaert, né Roubaix,premier clerc de notaire.

Franck Prouvost, né Santes notaire. Marié Tourcoing avec Véronique Le Gentil, née, Coubert, Seine-et-Marne.

Stanislas Prouvost, né Tourcoing . Marié Tourcoing avec Muriel Duquennoy, née Rouen (Seine-Maritime).

Claude Lemaire, née Roubaix . Mariée Mouvaux avec Hervé Descamps, né le 24 avril 1923, Lille industriel.

François Vernier, Saint-Cyrien, lieutenant-colonel. Marié, Paris, avec Brigitte Ader,

Jean-René Fontaine. Marié avec Nicole Garnier, née Grainville-Ymauville (76). Marié avec Cécile Petit.

Thérèse-Laurence Fontaine -). mariée avec Thierry de Vanssay de Blavous, capitaine de vaisseau (h).

Maÿlis Fontaine, née Neuilly-sur-Seine, 92. Mariée avec Pierre de Montgolfier, né Seyssuel (38), décédé le 26 juillet 2001, Paris, inhumé le 31 juillet 2001, St Romain d'Ay, Ardèche (56 ans).

Elisabeth Delerue, née Roubaix . Mariée Roubaix avec Louis de Boisvilliers, né La Rivière Saint Louis, Saint-Louis (La Réunion).

Agnès Delerue, née Roubaix . Mariée Roubaix avec Gérard, prince romain, de Le Salle et de Dentelin (1er, 10 mars 1951), né le 9 mars 1919, Saint-Omer (Pas-de-Calais), décédé le 24 janvier 2013, Boulogne-sur-Mer (62) (93 ans), directeur du L.P.S..

Yolande Delerue, née Roubaix . Mariée Roubaix avec René Allenet de Ribemont, né Lille .

Gérard Théry, né le 7 novembre 1922, Lille décédé le 20 janvier 2009, Marcq-en-Baroeul inhumé le 24 janvier 2009, Santes  (86 ans), président de Chambre à la Cour d'Appel de Paris. Marié Lille avec Thérèse Dumont,

François Barrois, juge à la Cour d'Appel de Douai. Marié avec Nicole Danjou.

Jacques Malotaux. Marié avec Viviane de Villèle.

Marc Malotaux. Marié avec Françoise Sablayrolles.

Bertrand Malotaux. Marié avec Elise Checinski.

Francis Malotaux, officier de marine. Marié avec Marie-Odile Lévêque.

Leurs enfants :

Henri Prouvost, né le 29 avril 1836, Roubaix , décédé en 1900, Roubaix  (64 ans),  
marié  en 1860  avec Rose Delerue, née le 17 mai 1841, Roubaix , décédée en 1915 (74 ans).

Prouvost-Delerue-Henri-&-Rose_

    Charles Jérôme Prouvost, né le 2 octobre 1837, Roubaix , décédé le 11 mai 1906, Roubaix  (68 ans), 
marié  le 5 février 1861, Roubaix , avec Marie Sophie Scrépel, née le 28 mai 1840, Roubaix , décédée le 24 mars 1908, Roubaix  (67 ans).  

Rameau des Charles Prouvost

Charles-prouvost-screpel

    Sophie Prouvost, née le 31 décembre 1838, Roubaix , décédée le 5 décembre 1918, Wattignies  (79 ans), 
mariée  le 22 octobre 1861, Roubaix , avec César Auguste Piat, né le 18/7/ 1834, Roubaix , + le 6 septembre 1895, Roubaix  (61 ans), fabricant de tissus, assureur
.

Prouvost-Sophie

   Rameau des Paul Alexandre Prouvost

Paul Alexandre Prouvost, né le 25 février 1840, Roubaix, Nord, décédé le 21 mai 1903, Mouvaux, Nord (63 ans), marié le 1er juin 1865, Quesnoy-sur-Deûle , 
avec Laurence Louise Ghesquière, née le 10 août 1846, Quesnoy sur Deûle, Nord, décédée le 24 mai 1922, Roubaix, Nord (75 ans).

Tombe-Prouvost-Ghesquier-cimetiere-Roubaix

    Caroline Prouvost, née le 22 juin 1843, Roubaix , décédée le 25 mars 1915, Roubaix  (71 ans), mariée  le 19 juin 1866, Roubaix , 
avec Edouard Watine, né le 17 juillet 1840, Roubaix , décédé le 17 mars 1915, Roubaix  (74 ans). 
Deux de leurs enfants furent : Marie Watine, en religion ; Pierre Watine, prêtre.

Un parcours étonnant : leur cousine issue de germaine, Mathilde Delebecque , 1812-1899 épousa Jules Malou -1810-1886- membre de la chambre des représentants de Belgique, gouverneur de la province d'Anvers, sénateur, ministre des finances, premier ministre, Chef du parti catholique à la Chambre à partir de 1841, ministre des Finances (1845/47), il fut appelé à présider un important cabinet catholique modéré (déc. 1871/juin 1878), qui, avec Beernaert aux Travaux publics, réalisa l'achèvement et l'unification du réseau ferré belge. Sur la question religieuse, ce ministère adopta une attitude prudente, conforme à la politique générale de Léon XIII, mais qui lui valut l'animosité des milieux catholiques de droite.Obligé de se retirer après la défaite électorale des catholiques en 1878, Malou redevint Premier ministre en 1884; il réagit contre les lois de laïcité scolaire qu'avait fait voter le ministère libéral Frère-Orhan-Van Humbeeck, rétablit les relations diplomatiques avec le Saint-Siège et soutint la loi Jacobs (30 août 1884), qui permettait aux communes de remplacer l'école laïque par une école privée «adoptée » ...Malou démissionna à la suite des violentes émeutes suscitées à cette occasion par les libéraux et fut remplacé par Beernaert.

Croix-Hotel-de-VilleFlorin

L’hôtel Florin à Croix, Armes Florin,

On n'a pas de portrait d'Henri II et  Sophie Florin; par contre on a deux magistraux portraits par Victor Mottez, élève et condisciple d'Ingres, de sa soeur  Cécile Aline Florin qui épousa en 1832 Louis Jean Scrépel, ce dernier au musée de la Piscine de Roubaix.

Louis-Jean-Screpel-Florin-par-Victor-Mottez

Portrait de Louis Jean Scrépel (1809-1891), (par Victor Mottez, élève d'Ingres),
marguillier de l'Eglise St Martin à Roubaix,
filateur,
Administrateur de l'Hospice de Roubaix 1852-1857,
Marguiller de l'église Notre Dame 1856,
Président du conseil de fabrique de St Martin,
Membre de la Chambre consultative de Roubaix, décédé au 24 Rue St George à Roubaix,

qui épousa en 1832 Cécile-Aline Florin,née le 20 août 1805, Roubaix,décédée le 18 septembre 1877, Roubaix  (72 ans), petite fille de Pierre Constantin Florin, négociant, 1°maire Roubaix , 1790/1791, Député du Tiers Etat en 1789 Fag3/91° 27/04/1732 Roubaix, + 01/01/1799 Roubaix, x 23/11/1756 Sainghin en Mélantois.

Céline-Aline-Florin

Photographie aimablement confiée par  Patrice Bernard

Il est dit que Pierre d’Arc, dit le Chevalier du Lys, frère de Jeanne d’Arc n’eut pas de descendance.

Voici l’article d’Eugène Cortyl en 1920 transmis par son arrière petit neveu Ferdinand Cortyl :

Macquart-CortylMacquart-Cortyl

«  Il a été clairement démontré que Pierre d'Arc n'a eu qu'une seule femme et un seul fils. Il ne s'est jamais marié à Jeanne de Prouville, et n'a donc pas eu de postérité, au delà de son fils unique » Boucher de Molandon ;
"Pierre du Lis, extinction de sa descendance en 1501" Conseil héraldique de France, 1890, critiquant la généalogie inventée par Robert Le Fournier parue dans la même revue quelque temps plus tôt
P Ract-Madoux 14 v 2005 Voir la base Roglo.

"Ceci m’amène aux généalogies des familles des Provinces du Nord sur lesquelles j’ai fait des recherches depuis mon adolescence, soit depuis près de 50 ans (comme vous le savez je suis à l’origine d’associations généalogiques de la Région). Beaucoup de ces généalogies ont été polluées par des apports inconscients ou frauduleux de généalogistes professionnels ou amateurs et si les truquages de généalogies ont commencé au Moyen-âge et pendant tout l’Ancien Régime, pour rattacher par vanité des familles anciennes notables ou de petite et moyenne noblesse à des familles plus anciennes ; cela a repris de plus belle après la Révolution car les familles devenues notables avec le négoce et l’industrie on voulu se vanter d’origines illustres grâce à des homonymies.
C’est ainsi que, entre autres, les familles PROUVOST et SCREPEL, par les FLORIN et les BACON (devenus BACON de SAINS pour une branche collatérale), et les MACQUART (actuellement MACQUART de TERLINE) prétendaient être petits-neveux de Jeanne d’Arc ; c’est une légende tenace qui ne repose sur rien, si ce n’est une généalogie truquée et imprimée au 18ième siècle à la demande des MACQUART de Merville puis Lille, qui se sont faussement rattachée à une famille homonyme de Lorraine ; or, la famille MACQUART, dont le nom était déjà connu dans la région de Merville avant l’époque où on la dit être venue de Lorraine, remonte à Nicolas MACQUART, né vers 1500 dont l’épouse s’appelait peut-être HEUGEBERT (et non d’ENGLEBERG) ; les générations précédentes avec des alliances de RODOAN et du LYS sont fantaisistes.

Jean PROUVOST-DROULERS avait eu une place dans la tribune de la famille de Jeanne d’ARC lors des fêtes de la canonisation à Orléans; existe l’insigne avec les armoiries attribuées à la sainte remis aux membres de la famille. Par contre, il ignorait que sa première épouse Marthe PROUVOST-DROULERS descendait de Saint Louis." Philippe A Rammaert à Thierry Prouvost

L’univers poétique demeure, tout comme l’ascendance Macquart.

« Pour la famille MACQUART , j’ai étudié de nombreux actes du Tabellion de Lille et il en ressort que Martine RAISON était veuve de Jean DE LE BECQUE, Bourgeois de Lille, boucher de la Grande Boucherie, lorsqu’elle se remaria avec Philippe MACQUART, 1er échevin de Merville, marchand de bêtes, qui acheta la bourgeoisie de Lille pour que sa femme ne perde pas sa qualité de bourgeoise ; il n’a jamais eu la qualification d’écuyer et possédait la seigneurie d’Ophove ; Hubert RAISON, père de Martine, venu de Bruges à Lille pour s’y établir marchand graissier, avait lui-même acheté la Bourgeoisie de Lille à la veille de son mariage avec Catherine DE LATTRE d’une famille bourgeoise de Lille également; son ascendance jusqu’au couple DE LATTRE-DU BOS est contestée, et à fortiori la généalogie DELATTRE du RP DELATTRE qui fait l’amalgame entre les DE LATTRE bourgeois de Lille et les DELATTRE de Lompret et Linselles passés à Roubaix ainsi que les de LATTRE de TASSIGNY ; ils n’ont rien à voir entre eux et l’ascendance ancienne de Jacqueline du BOS, faussement rattachée aux du BOIS de FIENNES est tout aussi contestée. Bien évidemment, dans la généalogie CORDONNIER d’Haubourdin il faut rejeter la parenté mythique avec Jeanne d’ARC par les MACQUART-du LYS qui n’ont jamais existé ! » Philippe Rammaert

Voici la réponse de Maxime Quarez, descendant de cette famille: il nous transmet les recherches de son grand père Louis Quarez: « Bien que je partage les doutes sur la filiation d'Arc du Lys imputée aux Macquart (du fait de l’exonération fiscale d'antan et la propension naturelle des Hommes à vouloir se réclamer d'illustres Maisons), j'ai quelques références qui tendent à accréditer cette allégation.
- Tout d'abord les travaux de Monseigneur Debout (né en 1857), Prêtre, Archiprêtre de Calais, Prélat de la Maison de S.S., Chanoine honoraire d'Arras et d'Orléans, Lauréat de l'Académie-Français, etc.. Qui, par les Songnis (de), est un collatéral des Macquart et portait en partie de ses armes, les armes de Jeanne d'Arc (sous couvert du Vatican, donc): Coupé : en chef : d'or au Crucifix accosté à dextre de la Vierge et à senestre de Saint Jean, le tout tout au naturel, posé sur une terrasse de sinople, et accompagné en chef des mots REX COELI de sable; en pointe, parti : au 1 d'azur, à l'épée haute en pal d'argent, garnie d'or, soutenant une couronne royale du même et accostée de 2 fleurs de lys d'or, qui est du Lys d'Arc (et même d'Arc); au 2 de gueules, au chevron d'argent, accompagné de trois fuseaux du même, qui est debout.


- Les mémoires des preuves de Rullecourt (BNF, dossiers bleus, 413). Dans mes souvenirs, le baron de Rullecourt (Phillipe Charles-Felix Macquart de Terline -marié en 1768-) a ester en justice pour prouver sa filiation aux Arc.
- l'Arrêt d'enregistrement de Noblesse et Filiation subséquent du 24 décembre 1776 (vu la date, joli cadeau de Noël).
-Un document, le titre me manque, aux Archives Nationales J.J. Registre 56, Folio 94, N°210
- Le Dictionnaire de la Noblesse de la Chesnaye des Bois, Édition de 1778, XIIIe volume, p 386
- Recherches sur la ville d'Orléans -2 vol in 12, 1836- not. pp 310-311
En définitive, autant de preuves d'un côté que de l'autre. Disons, que pour le "prestige" et par tradition familiale, je tends à croire les éléments ci-dessus (et comme étudiant en droit, j'aime à m'appuyer sur l’arrêt du 24/12/1776). Nonobstant, il est à noter que les pièces invoquées dans les éléments ci-dessus, sont celles marquées d'opprobre selon vos éléments à savoir :
- Le Contrat de Mariage de Philippe Macquart (fils de Jean et Françoise de Mitry) du 8 juin 1456 avec Jeanne du Lys.
- Transaction entre François Macquart et Jean de Rodoan du 23 janvier 1503 qui désigne le premier comme le fils de Jeanne du Lys
- Testament de Jean Macquart du 12 avril 1459, tendant à prouver que son fils avait épousé Jeanne du Lys.
- l'échange fait entre Nicolas Macquart et Catherine d'Arc du Lys, sa grand-tante en date du 9 juillet 1544.
- La pierre sepulchrale à Merville de Jean Macquart, "fils de Nicolas et Marie d'Engleberg, Mère Engleberg, grand-mère Rodoan, bisayeul Lys et trisayeule Mitry" N.B., si j'ai les références, je n'ai jamais eu le temps ni le loisir de consulter les ouvrages cités (ce sont là les notes de feu mon grand père). Voici les bien maigres éléments que je peux, pour le moment, vous communiquer sur les Macquart. Je ne désespère pas un jour avoir plus de temps pour aller plus en avant dans ces recherches. »

Florin-industrie

Henri III Prouvost 1836- 1900

Prouvos-Delerue-Henri&Rose

Epoux de Rose Delerue 1841-1915, issue de l’ancienne famille, arrière petite fille du député aux Etats-Généraux Pierre-François Lepoutre, Dont Henri-Edmond 1861-1917, Edmond-Charles, Louise-Marie, Pierre : Leur fils Edmond I Charles Joseph Prouvost), Né le 17 février 1863 – Roubaix, Chevalier Légion d’honneur le 15/10/1921, industriel Marié le 31 mai 1887, Roubaix avec Jeanne Eloy 1867-1948, dont Edmond 1888, Robert, Antoinette 1899

« Nous recommandons aux prières de nos associés : M B Jalabert et dix-sept missionnaires du Saint-Esprit, victimes du naufrage de l'Afrique ; — Mgr de Giberguts, évêque de Valence; la comtesse de la Jaille, née de la Tour du Pin, femme du vice-amiral, membre du Comité; M. Armand Briançon ; Dr  Maurice Bouygues ; Sœur Jean-Marie Berekrnaus ; la marquise de Chavaudon de Droup, née Mérendet; M. Georges Ardant; Frère Melhelme-Marie ; Soeur Joseph-Emmanuel Révillon, de la Visitation de Voiron ; Sœur Marie- Stéphanie Barberol. de celle d'Ormaus ; — M"« J. de Pape; — M. Prouvost-Delarue; — Sœurs Marie-Thérèse Lebreton, Adèle-Marie Venol, Anne-Marie Vacher, Julie-Marie Diard et Marie-Louise Farnaud, de la Charité de Notre-Dame d'Evron: Mme Auguste-Henri Chevalier, » Bulletin de l'Œuvre du vœu national au Sacré-Cœur de Jésus. s.n.?] (Paris)

de le rue1

de le rue2

de-Lerue

Henri IV Edmond Prouvost 1861-1917
Chevalier de la Légion d’Honneur, Décédé à Holzminden en Allemagne le 22 janvier 1917
Médaille militaire mle 11642, soldat au 165e régiment d'infanterie, compagnie de mitrailleuses :
  bon soldat, zélé et plein d'entrain. A été très grièvement blessé dans l'accomplissement de ses devoirs, le 23 février 1916. Amputé de la jambe gauche. Semble être Henri Prouvost-Ernoult (1861- 22 janvier 1917 à Holzminden, Allemagne)

Henri-IV-Prouvost-1861-1917-epoux-Laure-Ernoult

Photo famille Lepoutre
Epoux de Laure Jeanne Ernoult, petite fille de Jean François Ernoult, 1797-1868, maire de Roubaix en 1860

Prouvost-Henri-Madame-Edmond-Masurel

« LES CRIMES ALLEMANDS : Nouvelles déportations dans le Nord Malgré l'indignation soulevée par les dernières déportations du Nord, le gouvernement allemand vient de déporter encore eu Allemagne et d'emprisonner dans dés camps de concentration 
qualifiés « camps de représailles, notamment au camp d'Holzminden, 200 de nos malheureux compatriotes choisis parmi les personnalités notables des départements envahis. On a publié cette liste de ces malheureuses victimes des procédés barbares de l'Allemagne.

De Lille. M. Guilbaud, bâtonnier de l'Ordre des avocats; M. Codron, avoué M. et Mme Charles Yerley, M. et Mme Félix Faucheur, M. et Mme Masquelier, M. Alexandre Caulier, Mme Thiriez-Caulier, M. et Mme Gruard, M. et Mme Arthur Duhem, 
M. le docteur et Mme Carlier, M. et Mme Paul Leblan, M. Jean Delemer, M. Gruat, M. Stahl, M. Georges Crépy, M. Maurice Wallaert, M. Delory, M. Barrois-Decoster.

De Roubaix. M. et Mme Joseph Pollet-Motte, Mme Edmond Ternynck, Mme Achille Delattre, Mme Desfontaines-Despature, Mme Bouvy, Mme E. Mathon-Motte, Mme Georges Heyndrickx, Mme César Dosrousseaux, MM. Jean Cavrois, Joseph Wibaux, 
Auguste et Louis Lepoutre, Paul Delmasure, Auguste Pennel, Paul Six, Charles Toulemonde, Florimond Bayart, Amédée Prouvost, Albert Vernier, Edouard Motte, Maurice Prouvost, Fernand Carissimo, Henri Prouvost, Georges Wattel, Victor Cail.

De Tourcoing :  MM. Charles Tiberghien, Jean Tiberghien, Emile Tiberghien, François Flipo, Armand Flipo, Paul Jonglez, Arsène Mallait, Joseph Leroux, Etienne Maillard, Max Desurmont, Louis Sion, Etienne'Sion, Joseph Rasson-Pollet, Joseph Masure], 
Joseph Motte-Bernard, Adolphe Duterte-Broux, Achille Pollet fils, Duvillier-Dewavrin, Jean Dumortier, Henri Wattel, M. et Mme Edmond Masurel, Mlles Maurice Caulier, Marie et Suzanne Dassonville-Plaideau. »


L'agence Fournier vient de recevoir d'une source sûre une liste des otages internés au camp de Gustrow (Mecklembourg) Ces otages sont, dans une grande proportion, des industriels, des fabricants et des négociants de Roubaix qui ont refusé de travailler ou de laisser travailler pour l'ennemi dans leurs usines qui ont été les unes détruites, les autres réquisitionnées. On relèvera dans cette liste les noms les plus connus de l'industrie française. CAMP DE GUSTKOW (MECKlEMBOURG), BARAQUE, 9 BLOCK. 1 Bayart Henri, Bayart Arthur, Bufquin Alphonse (Banque de France), Betz Arthur, Bonnol Jules, Bourgeois Paul, Chateleyn Félix, Cavrois Jean, Dubar Firmin, Dhalluin Jules, Dhalluin Edouard, Desmarchelier, Lodoid, Derville Louis, Delmasure Paul, Poleput Louis, Dillies François, Fournilies Gustave, Gambard René, Lebbe Jean, Leclercq Elie, Lorthiois Joseph, Lecomte Louis, Lepoutre Achille, Lepoutre Adolphe, Lepoutre Auguste, Lepoutre Louis, Lepoutre André, Landes Léon, Motte Eugène, Motte Edouard, Motte Albert, Paredon Emile, Prouvost Emile, Poissonnier Léon, Pollet Joseph, Pollet Henri, Pollet César, Pourrain Victor, Selosse Henri, Ternyck Gaston, Toulemonde Charles, Vernier Edouard, Wibaux Joseph, Wibaux-Bonamy. Dumortier Jean, Clely Jules, Pillot René, Florin Arthur, Florin Jules, Marchai Alfred. Pollet Ernest, Salembier Henri, Motte Jacques, Courouble Gustave, Courouble Joseph, Mcillassoux Edouard, Beny Mathurin, Wattel Paul, Bouvy Albert, Watine Félix, Roussel Ernest, Vervaert Raphaël, Van der Heude Jules. Bayart Auguste, Prouvost Emile, Desrousseau Paul, Petit Frédéric, Desfontaine Hector, Dupont Victor, de Callenstine 'Auguste, Boucau Henri, Richardson Georges, Dailllet Gustave, Gaillard Georges, Coupez Adolphe, Toulier Edouard, Losield Alfred, Leroux Paul, Dazin Achille, Toulemonde Hector, Wattel Georges, Masurel Carlos, Plouvier Louis, Dazin Joseph, Abbé Bataille, Coquerizu, Colpin, Bayart, Lifelun, Marais, l»ecook Emile, Desplanque Jules, Lorthiois Emile, Verbeught Henri, Morel Aimé, Morel Pierre. Dumont Louis, Lamarq Omer, Lefebvre » Journal des débats politiques et littéraires [s.n.] (Paris)1814-1944

Journal de Madame Edmond Masurel, otage  (documents Ferdinand Cortyl)

Madame-Edmond-Masurel

Hotzminden-Prouvost

Holtzminden*

Holtzminden

"Euphrosne DUPUI, fille de confiance, depuis 34 ans, chez les enfants de M. Henri Prouvost, en son vivant, fabricant à Roubaix. Peu de femmes ont une existence aussi bien remplie que celle d'Euphrosine Dupuis. Placée dans une famille nombreuse où les besoins d'un grand commerce absorbaient même la mère de famille, elle se montra digne de la confiance dont elle était investie. Toujours prêle à se dévouer elle entourait les enfants des soins les plus délicats et pendant la longue et douloureuse maladie qui enleva M. Prouvost à l 'affection des sens, elle acquit des droits éternels à' la reconnaissance de la famille." Mémoires de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille. Par la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille. 1829-1931

Constantin MONTBEL , ourdisseur, depuis 34 ans , dans la fabrique de tissus de M. Henri Prouvost, à Roubaix. Entré comme simple ourdisseur, il mérita bientôt d'être placé à la tête des ouvriers occupés à ce travail si important dans la fabrication des tissus fantaisie — Il s'acquitta de sa tâche avec un tact, un ordre, une assiduité tels qu'il sût bien vite acquérir l'estime de ses maîtres, l'affection des directeurs et contre-maîtres ; ses camarades pleins de respect reconnaissent en lui une de ces nature d'élite, ne transigeant jamais avec le  devoir. — Pour tout dire, en un mot, il est devenu l'ami des enfants de M. Prouvost, qui ne le désignent pas autrement que par ces mots : Brave vieux Montbel. par Mémoires de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille Auteur : Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille Éditeur : [s.n.] (Lille) Date d'édition : 1829-1931

Dont Louise-Marie, Henri François (1885-1962) et Simone Prouvost (1889-1972) qui épousa Auguste III Lepoutre  (1888-1959) : ils eurent 12 fils: un reportage photos montre la qualité de cette famille magnifique.

Simone-Prouvost-LepoutreAuguste-3-Lepoutre

lepoutre-prouvost

Mariage en juillet 1909

12-fils-Lepoutre-ProuvostLepoutre-reunion

ils eurent 12 fils: un reportage photos montre la qualité de cette famille magnifique. Ils louaient, à partir de 1902, l’hôtel Amédée Prouvost à Roubaix, classé Monument Historique par arrêté du 30 avril 1999, construit vers 1880 par le frère de leur grand père, Amédée Prouvost-Yon, couramment appelé  hôtel Auguste Lepoutre. Il  s’agit d’un hôtel d’industriel, entre cour et jardin, avec ses écuries, dont les dispositions sont encore bien conservées (voir Monographie Amédée I Prouvost.

Lepoutre-Prouvost-six-freres

L’hôtel Amédée Prouvost
à Roubaix, classé Monument Historique par arrêté du 30 avril 1999, construit vers 1880 par  Amédée Prouvost-Yon, couramment appelé Hôtel Auguste Lepoutre à qui il a été loué à partir de 1902.Il s' agit d' un hôtel d' industriel, entre cour et jardin, avec ses écuries, dont les dispositions sont encore bien conservées. Au rez-de-chaussée, trois salons côté jardin conservent des décors restés dans leur état initial, notamment des cheminées et boiseries moulurées. A l’étage, au bout du palier, existait une chapelle privée. Façade et toiture sur l’avenue des Nations-Unies ; façades et toitures sur la cour ; façade et toiture sur le jardin ; les trois salons du rez-de-chaussée donnant sur le jardin ; la cage d’escalier, y compris l’escalier (cad. BR 21, 22) :  inscription par arrêté du 30 avril 1999; décor : menuiserie. Éléments protégés MH : élévation ; salon ; escalier ; décor intérieur. Site protégé : abords d'un monument historique; A partir de 1940 environ, le commissariat de police s' y est installé. Nations-Unies (avenue des) 301

Hotel-Amedee-Prouvost

Tissage-Henri-Prouvost

1908, Tissus unis & fantaisie pour robes

« Dans la matinée d'hier, un ouvrier tisserand, Henri Staelen, a frappé de plusieurs coups de couteau M. Pierre Prouvost, associé de la maison Henri Prouvost, rue du Nouveau-Monde, à Roubaix. Le meurtrier a été arrêté. Vers neuf heures, M. Pierre Prouvost se trouvait  son usine, occupé à examiner, avec un ouvrier, des arbres de transmission, lorsqu'un ouvrier s'approcha de lui par derrière et le frappa de plusieurs coups de couteau; puis il s'éloigna rapidement: ouvriers et employés se précipitérsnt les uns pour porter secours à M. Prouvost, les autres pour arrêter l'assassin qui se nomme Henri Staëlon et est né à Sweweghen (Belgique), en 1871. Il n'est pas marié. C'est un grand garçon brun, qui ne travaille chez M. Prouvost que depuis mercredi dernier. Il n'a pas voulu faire connaître lo mobile de son crime. M. Prouvost porto à la nuque une plaie profonde de 3 centimètres. L'arme dont l'assassin s'est servi est un couteau de cuisine dont la lame est très effilée. La plaie ne parait pas grave à première vue toutefois les muscles de la nuque qui ont été atteints sont de ceux qui intéressent la colonne vertébrale. »

Un incendie a détruit hier, à Roubaix, les ateliers de tissage mécanique Henri Prouvost, rue du Nouveau-Monde. Les dégâts sont estimés à 3 millions. 350 ouvriers sont réduits au chômage. 1922

A propos d'une grève de bobineuses qui s'est déclarée cette semaine dans l'établissement de M. Henri Prouvost, nous relevons dans l’Egalité la digression suivante: « Les ouvriers n'ont rien à attendre de n'importe quel patron, et nous avons grandement raison de dénommer les usines où l'on exploite odieusement la femme - quand ce n'est pas l'homme- des bagnes capitalistes ».  Nous nous permettons de faire remarquer à l’Egalité que si les choses ne se passent pas régulièrement dans ce qu'elle appelle les « bagnes capitalistes» les entreprises socialistes ne valent guère mieux, nous pourrions même Ajouter : au contraire ; exemple frappant Le V.de Gand et la verrerie ouvrière d'Albi.

Les dévoués professeurs des Facultés catholiques continuent dans une salle de la Maison des oeuvres, 84, Grande-Rue, leurs cours si intéressants à plus d'un point de vue. Nous ne saurions trop insister près de nos amis pour les engager à suivre ces cours avec assiduités. MICHEL BEAU VAIS: Le Droit du peuple : Organe républicain démocratique (Lille) 1898
"Euphrosne DUPUI, fille de confiance, depuis 34 ans, chez les enfants de M. Henri Prouvost, en son vivant, fabricant à Roubaix. Peu de femmes ont une existence aussi bien remplie que celle d'Euphrosine Dupuis. Placée dans une famille nombreuse où les besoins d'un grand commerce absorbaient même la mère de famille, elle se montra digne de la confiance dont elle était investie. Toujours prêle à se dévouer elle entourait les enfants des soins les plus délicats et pendant la longue et douloureuse maladie qui enleva M. Prouvost à l 'affection des sens, elle acquit des droits éternels à' la reconnaissance de la famille." Mémoires de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille. Par la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille. 1829-1931.

Prouvost-Henri-Madame-Edmond-Masurel

Hotzminden-Prouvost

Journal de Madame Edmond Masurel, otage  (documents Ferdinand Cortyl)

Holtzminden*

Holtzminden

 Henri V François Prouvost 1885-1962
Marié le 30 juin 1908 à Roubaix avec Marguerite Léonie Motte 1887-1966, de la famille bien connue, 

arrière petite-fille de Louis Motte-Bossut, fondateur de la filature monstre à Roubaix.

                           Motte-Bossut-facadeMotte-Bossut-RoubaixMotte-Bossut-Pollet-Cimetiere%20Roubaix

Personnages-Motte

GROUPEMENT NORDISTE D'ECHANGES. TIMBRES POSTES : Réunion du 9 Octobre 1925 — La séance est ouverte par M. Bouvy, Président d'Honneur. Présents : Henri. Prouvost-Motte, Président ; Bertrand, Valet, Everaere, Bizard Georges, Bonnol. Duhamel, Deladerrière, Descttt, Butât, Wattinne, Devérny, Lcporcq, Dr. Petit, Hubert, Delattre, Brouquiny, Mme Brille. SOCIETE PHILATELIQUE, Le Timbre-poste. Journal mensuel indépendant des collectionneurs.[s.n.?] (Paris) 1907

Ils n’eurent pas de descendants.

 Les ainés
de la
famille Prouvost

sont, dès lors, représentés par:

Edmond I Charles Joseph Prouvost), fils d’Henri III Prouvost
Chevalier de la Légion d’honneur le 15/10/1921
Industriel

Président du Consortium du Nord,

Président des Tuileries de Beauvais,

Administrateur de Poliet et Chausson,

Administrateur de la Société Silva Plana

Administrateur des Constructions électriques de France


Né le 17 février 1863 - Roubaix (59, Nord) d’ Henri III Prouvost 1836-1900 et Rose Delerue 1841-1915 

Prouvost-Eloy-Bonneville-1929

Marié le 31 mai 1887, Roubaix (59, Nord), avec Jeanne Eloy 1867-1948, de l’ancienne famille Eloy, de Linselles.

Eloy-Duviller-Roubaix-bd-paris-sept-1919

Réunion Eloy-Duviller à Roubaix, 67, boulevard de Paris en septembre 1919

Silva-Plana-Henri-Prouvost

Ses voisins sont les Jean Bossut-Screpel au 69, les Paul Delannoy-Jonville au 71, les Amédée Prouvost-Lorthiois au 73.

LH-Prouvost-Edmond

 dont : Edmond 1888, Robert  qui vivait boulevard Lannes à Paris puis à Neuilly, Antoinette 1899.


Edmond 1° était président du syndicat textile ; ils vivaient dans leur hôtel particulier 48, boulevard de Paris à Roubaix, au milieu de collections d’art, mobilier  estampillé,  tableaux de maîtres; 

Roubaix-50, boulevard de Paris-Albert-1-Prouvost
Photo Philippe Cavril

Cette demeure, celle d'Albert-Félix Prouvost, est au 50, boulevard de Paris; nous pouvons entrevoir la maison suivante dans le prolongement, au 48, habitée par les Edmond Prouvost; le 44 était la demeure des Charles Droulers-Prouvost.

Roubaix-40-42-44-bd-Paris

Roubaix-bd-Paris-40-42-44

Au premier plan, le 40 boulevard de Paris; suivis du 42, du 44 des Droulers-Prouvost.

Roubaix-44-50-boulevard-Paris-Prouvost-Droulers

Voici  l'état actuel des 44-46-48-50 boulevard Charles de Gaulle, anciennement boulevard de Paris, à Roubaix.

A Paris, sur le parc de Monceau, ils avaient de précieuses tapisseries que le majord'homme protégeait  les jours du soleil. 

Prouvost-Eloy-Paris-1916

Propriété près de Deauville.

Prouvost-Eloy-Bonneville

 

SILVA PLANA. L'assemblée constitutive de la Société française Silvà Plana s'est tenue le 15 avril, à Paris, sous la présidence de M. Edmond Prouvost-Eloy, et a approuvé les résolutions qui lui étaient soumises. On sait que cette Société française se substitue à la Société suisse qui est dissoute. Le capital de 8 millions est maintenant divisé en actions de 100 francs. Les actionnaires vont être incessamment appelés à faire l'échange do leurs titres à raison d'une action de 500 francs, de l'ancienne Société suisse contre cinq actions  de 100 francs de la Société française.

 Silva Plana
Le Bulletin bimensuel de la Banque, Générale du Nord a donné, en juin 1921, sur cette affaire, les renseignements très intéressants suivants que nous pensons utile de reproduire : « A son origine, cette société fut constituée au capital de 7 millions de  francs pour racheter les 20 parts  sociales de la Silva Plana, société  polonaise exploitant une concession « dans la région de Boryslaw. La prise  de possession de la mine eut lieu le  1er août 1914 et la guerre survint. Les  combats se succédèrent dans la région  et la concession fut tour à tour aux  mains des Russes et des Austro-Hongrois. « En avril 1916, pour défendre les intérets français, une société suisse Silva Plana fut constituée qui devint propriétaire effective des parts sociales de la Silva Plana polonaise. Les Allemands, vendeurs en 1914 de ces mêmes parts, acceptèrent d'être réglés de ce qui leur restait dû sur les 5 millions de francs, montant du contrat, en actions de la Société suisse » . Il s'agissait de 3 millions et demi d'actions en francs suisses. Après l'armistice, des difficultés s'élevèrent avec la nouvelle nation « polonaise qui considéra un moment la  concession Silva Plana comme prise de guerre. Bon ordre fut mis à cet étal de choses après intervention des miaisères français intéressés à la question et la Silva Plana fut finalement reconnue à Varsovie. Diverses odifications survinrent par la suite dans la constitution de la Société après l'absorption d'autres affaires, telles que Batoczyn et Alexander, qui devint finalement la Société française des Pétroles de Silva Plana, au capital de 68 millions 1/2 de francs, sous le contrôle du Consortium du Nord, dont les dirigeants sont au Conseil de la Silva Plana, à savoir : MM. E. Prouvost-Eloy, Devilder, Baudon, Flipo, P. Motte, J. York, Fastout, P. Dupleix et E. Prouvost-Fauchille. » Les Documents politiques, diplomatiques et financiers, 1920, bnf.fr

Tuileries de Beauvais Une assemblée extraordinaire de cette société, dont le siège est à Beauvais, la» avenue de la République, s'est te- nue le 24 octobre à Paris, sous la présidence de M. Edmond Prouvost-Eloy, président du conseil d'administration. Lès actionnaires ont régularisé la récente augmentation du capital social, porté de 5.3oo.ooo fr. à 8 millions, par la création de 5.000 actions ordinaires et de 300 actions catégorie A de 5oo fr., émises à 1.000 francs; jouissance ter janvier 1934. Le président a rappelé aux actionnaires que la production des usines était actuellement de 55 millions de tuiles; il a, en outre, indiqué que, malgré l'augmentation du capital, le dividende pour l'exercice en cours, pourrait être maintenu au même taux que le précédent, qui était de 80 fr. brut pour les actions et de fr. 4o pour les Paris. Les statuts ont été modifiés en conséquence. Les assemblées spéciales des actions ordinaires et des actions A ont ratifié les décisions prises par l'assemblée gé- nérale extraordinaire de toutes les actions. »

« A propos d'une grève de bobineuses qui s'est déclarée cette semaine dans l'établissement de M. Henri Prouvost, nous relevons dans l’Egalité la digres- sion suivante: « Les ouvriers n'ont rien à attendre de n'importe quel patron, et nous avons grandement raison de dénommer les usines où l'on exploite odieusement la femme — quand ce n'est pas l'homme — des bagnes capitalistes ». — Nous nous permettons de faire remarquer à l’Egalité que si les choses ne se passent pas gulièrement dans ce qu'elle appelle les « bagnes capitalistes» les entreprises socialistes ne valent guère mieux, nous pourrions même Ajouter : au contraire ; exemple frappant Le Vooruil de Gand et la verrerie orvrière d'Albi. »

Tentative d'assassinat sur un patron par un ouvrier Roubaix. Dans la matinée un ouvrier tisserand, Henri Staelen, a frappé de plusieurs coups de couteau M. Pierre Prouvost, associé de la maison Henri Prouvost, rue du Nouveau-Monde, à Roubaix. Le meurtrier a été arrêté. Vers neuf heures, M. Pierre Prouvost se trouvait à son usine, occupé à examiner avec un ouvrier des arbres de transmission aux- quels certaines modifications devaient être apportées, lorsqu'un ouvrier s'approcha de lui par derrière et le frappa de plusieurs coups de couteau, puis il s'éloigna rapidement. Ouvriers et employés se précipitèrent les uns pour porter secours à M. Prouvost, parut avoir perdu le souvenir du scandaleux éclat de sa fuite. Pendant que le blessé se rendait dans ses bureaux, le commissaire de police, M- Prudhomme, prenait possession du meurtrier et procédait à son interrogatoire. Henri Staelen est né à Sweweghen (Bel- gique), en 1871., Il n'est pas marié. C'est un grand garçon brun, qui ne travaille chez M. Prouvost que depuis mercredi dernier. Il n'a pas voulu faire connaître le mobile de son crime. M. Prouvost porte à la nuque une plaie profonde de trois centimètres. L'arme dont l'assassin s'est servi est un couteau de cuisine dont la lame est très effilée. La plaie ne pa- raît pas grave à première vue; toutefois, les muscles de la nuque qui ont été atteints sont de ceux qui intéressent la colonne vertébra le. Le choc traumatique pourrait donc amener des troubles nerveux. 1898/09/28 (Numéro 271).

Syndicat des Fabricants de Tissus de Roubaix-Tourcoing : Siège Social et Bureaux : 3, rue de l'Hôtel-de-Ville Tél. : 40-12 à 40-15 ROUBAIX Tél. : 40-12 à 40-15.  Bureau : Président : M. Maurice GLORIEUX. Vice-Président : M. Alphonse TIBERGHIEN, Trésorier : M. Henri PROUVOST, Secrétaire. Membres : M. Joseph TOULEMONDE, Comité Directeur Membres du Bureau MM. Eugène RASSON. Fernand CARISSIMO. Joseph WlBAUX. Jules TERNYNCK. Jean TlBERGHIEN. Jules D'HALLUIN. Amand DHELLEMMES. Charles HUET. Lucien NOBLET. Emile POLLET. Charles TOULEMONDE. Alphonse POLLET.

« L'Assemblée générale ordinaire annuelle du Crédit Français s'est tenue le 19 septembre courant, sous la présidence de M. Privat-Deschanel. Elle a été précédée d'une Assemblée générale extraordinaire qui a décidé de précéder à l'amortissement de certains éléments d'actif jusqu'à concurrence de dix millions et a autorisé une augmentation du capital pour le rétablir à son chiffre initial de 50 millions, la valeur nominale des actions étant de 400 francs. L'Assemblée générale ordinaire a approuvé les comptes de l'exercice social. L'Assemblée a voté toutes les résolutions qui lui ont été soumises et a ratifié la nomination de : M. Privat-Deschanel, grand officier de la Légion d'honneur, secrétaire général honoraire au Ministère des Finances; M. Marcel Bouilloux-Lafont, chevalier de la Légion d'honneur, banquier: M. Edmond Masurel-Prouvost, industriel; M. Paul Weiss, officier de la Légion d'honneur, inspecteur général des mines , M. Bernard-Robert Bellanger, industriel, comme membres du Conseil d'Administration. MM. Loste et de Maistre, dont le mandat expirait par l'effet du tir8ge au sort, ont été réélus membres du Conseil d'Administration. » L'Attaque (Paris. 1888)

Jacques Philippe Eloy 1748-1827 &1790

Virginie Lefebvre 1766-1838

|

Pierre Joseph Eloy 1796-1853 &1821

Marie Joseph Desbouvries 1794-1879

|

Florentin Eloy 1829 &

Marie Duvillier 1836-1899

|

Jeanne Eloy 1867-1948 &1887

Edmond Charles Prouvost 1863

|

Edmond Prouvost 1888

Les fils d' Edmond Prouvost, né en 1863

Jacques  Prouvost tué en 1915 en Alsace

Les deux autres blessés, l'un d'eux très brièvement deux fois, croix de guerre, deux citations.

 Dont Edmond II Henri Marie Joseph Prouvost
 le 17 mars 1888 – Roubaix ,  marié  le 19 avril  1911, Roubaix , avec Marguerite Pauline Pollet 1891-1958, petite fille de César I Pollet (tableau de César Weerts) ; ils habitaient, en 1957, 8, boulevard de Paris à Roubaix,

Edmond-Prouvost-Pollet

dont Edmond, mort à 7 ans et demi, Marguerite 1918 épouse d’Auguste Lepoutre, Claude époux d’ Annette Dewavrin, Philippe +2008. Edmond 2 était associé du dernier Henri Prouvost.

Pollet-Duthoit-Mouvaux-243-rue-VertePollet-Cesar-Roubaix

Chez les César Pollet, 243, rue Verte à Mouvaux . Chez les César Pollet à Roubaix près du parc Barbieux.

Pollet-Cuvelier-Mouvaux-80ans%20-29-4-1931

Pollet-Cuvelier-Mouvaux-80ans-29-4-1931

Réunion de famille chez César Pollet-Cuvelier, 80 ans, le 24 avril 1931

Pollet-Cuvelier-Mouvaux-80ans-29-4-1931

Cesar-Pollet

La Redoute : 1831-1832. La famille Pollet crée un tissage de coton, puis de laine, à Roubaix. 1922. 12 octobre, les Filatures de La Redoute publient dans la presse une annonce de soldes de laine à tricoter. 1928. Lancement du premier catalogue entièrement dessiné. 1933. Apparition des premières photographies noir et blanc. 1956. La Redoute arrête progressivement ses activités industrielles pour se consacrer à la distribution. 1964. Introduction en Bourse. 1968. Ouverture, à Paris, du premier bureau de prises de commandes téléphoniques. 1975. Des Rendez-Vous Catalogue, reliés à Roubaix par ordinateur, ouvrent dans les grandes villes. 1984. «On vous livre en 48h ou on vous l'offre...» 1988. OPA amicale: le Printemps détient plus de 50% du capital de La Redoute. 1991. Rachat du vépéciste britannique Empire Stores. 1994. Fusion-absorption de Pinault-Printemps-Redoute. 1995. Livraison gratuite et garantie en 24h chrono. Création du premier catalogue Somewhere sur CD-Rom et du site Internet (http://www.redoute.fr). 1997. Rachat du vépéciste scandinave Ellos Gruppen.

Le frère d’Edmond, Robert Prouvost époux de Geneviève Flouret habitait en 1954, au 29, boulevard Lannes à Paris 16 et le château du Cauze par Saint Emilion Gironde

.Chateau-du-Cauze-Robert-Prouvost

Dont Claude Prouvost

Prouvost-Claude-Dewavrin

Prouvost-Claude-Dewavrin

 Qui eut un brillant parcours de notaire à Roubaix (dans l’ancienne  demeure des Mulliez), notamment de la Lainière de Roubaix et les Mulliez, époux d’Annette Dewavrin, de l’importante famille, Fille de Bernard Dewavrin, officier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 14-18 et de Madeleine Coisne,

dont Anne, Ségolène, Claude-Alain, Lorraine, Blandine, Aude

Et Sœur de Maddy Dewavrin

qui épousa Yves MASUREL, Yves MASUREL, Administrateur de sociétés, Né le 29 juin 1918 à La Saussaye (Eure).Fils d’Edmond Masurel, Industriel textile, et de Mme, née Marguerite Prouvost.Illustration familiale : son oncle, l´industriel et éditeur Jean Prouvost .Veuf de Mme, née Maddy Dewavrin (3 enf. : France, Duchesse des Cars, Yves-Alain,Laurence, Mme Michel Cazeaux Cazalet) et de Mme, née Anne Paris ; Remarié le 18 janvier 1990 à Mlle Françoise Kine.
Etudes : Collège de Tourcoing, Faculté de droit de Lille. Dipl. : Licencié en droit. Président-directeur général des établissements François Masurel Frères (1958-66),Gérant puis Administrateur-directeur général des Filatures Prouvost-Masurel, de la Lainière de Roubaix et de Prouvost Masurel S.A. (1966-78), Président-directeur général (1969) puis Administrateur (1979-83) de la Banque cotonnière et textile (Bancotex) devenue la Société de banque et de participation (VIA-Banque), Administrateur du Crédit du Nord (1951-81) et de Lloyd Continental (1951-99),Membre puis Président du conseil de surveillance de Valeur Pierre 5 (1990-2002).Décor. : Croix de guerre 39-45.

Usine-Francois-Masurel

Et Jean Claude Dewavrin,
époux de Lilibeth Dewavrin, Chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres, née Elisabeth Gallant, Secrétaire générale de l’association «  les Vieilles Maisons Françaises « 

 Décoration-Lilibeth-Dewavrin-Gallant 


Dont Claude Alain Prouvost
 époux de Nicole Jeanmot, 

Claude-Alain-Prouvost

Etude-Claude-Alain-Prouvost-Roubaix

Prouvost-Etude-maitre

JORF n°0050 du 28 février 2009 page 3780
texte n° 73
ARRETE
Arrêté du 20 février 2009 relatif à une société civile professionnelle (officiers publics ou ministériels)  
NOR : JUSC0904416A
Par arrêté de la garde des sceaux, ministre de la justice, en date du 20 février 2009 : M. GODIN (François-Bernard, Hugues, Paul) et Mme FOSSAERT (Emmanuelle, Marthe, Jeanne), épouse REQUILLART, sont nommés notaires associés, membres de la société civile professionnelle Claude-Alain PROUVOST, Sylvain ROUSSEL, Jean-François BOUDAILLIEZ, Géry DELATTRE, Benoît NUYTTEN et Betty REYNAERT-DELECLUSE, notaires associés, titulaire d’un office de notaire à la résidence de Roubaix (Nord). Le retrait de M. BOUDAILLIEZ (Jean-François, Joseph, Henri), notaire associé, membre de la société civile professionnelle Claude-Alain PROUVOST, Sylvain ROUSSEL, Jean-François BOUDAILLIEZ, Géry DELATTRE, Benoît NUYTTEN et Betty REYNAERT-DELECLUSE, notaires associés, est accepté.
La raison sociale de la société civile professionnelle Claude-Alain PROUVOST, Sylvain ROUSSEL, Jean-François BOUDAILLIEZ, Géry DELATTRE, Benoît NUYTTEN et Betty REYNAERT-DELECLUSE, notaires associés, est ainsi modifiée : « Claude-Alain PROUVOST, Sylvain ROUSSEL, Géry DELATTRE, Benoît NUYTTEN, Betty REYNAERT-DELECLUSE, François-Bernard GODIN et Emmanuelle FOSSAERT-REQUILLART, notaires, associés d’une société civile professionnelle titulaire d’un office notarial ».

Dont Axel, Constance, Dimitri

Synthèse

Henri Prouvost, né le 29 avril 1836, Roubaix (Nord), décédé en 1900, Roubaix (Nord) (à l'âge de 64 ans), marié en 1860 avec Rose Delerue, née le 17 mai 1841, Roubaix (Nord), décédée en 1915 (à l'âge de 74 ans), dont

Edmond Charles Prouvost, né le 17 février 1863, Roubaix (Nord), décédé, marié le 31 mai 1887, Roubaix (Nord), avec Jeanne Eloy, née le 27 août 1867, Roubaix (Nord), décédée le 12 août 1948, Paris VIII (à l'âge de 80 ans), dont

Prouvost-%201952%20Jeanine,Christiane,philippe,Francis

Photo Gaëtan Motte

Les filiations sont issues de la base généalogique Roglo, de l’annuaire Ravet-Anceau et des recherches sur Internet.

Il y a aussi tout ce dont nous n’avons pas l’information.

Retour