18: Albert III Prouvost
né le 15 juillet 1909 à Roubaix, décédé le 6 septembre 1991 à Bondues
et
Anne  de Maigret
née le 7 février 1923 à Epernay, décédée le 27 janvier 2004 à Bondues



albert-anne-prouvost-mariage         vert-bois1         albert-anne-prouvost2

Albert Prouvost (1909-1991)         vert- bois

Albert-Auguste Prouvost, né à Roubaix le 5 juillet 1909, obtint

Sa licence de lettres à la faculté de Lille

et passa une année à l’Université d'Oxford ; n’arrivant pas à se faire inscrire quinze jours avant la rentrée, il invoqua ses tites de champion du Nord de course à pieds sur 100 m, et inter-régional de saut en longueur.. Il porta les couleurs (la cravate bleue) d’Oxford contre Cambridge  et fut classé second à la grande fierté de ses parents.

Prouvost-2-Albert-Oxford

Il devint élève officier à Saumur et en sort aspirant et est affecté au commandement d’une section sanitaire autre en 1916).

II préside le Peignage Amédée Prouvost, fut vice-président de La Lainière de Roubaix, gérant de Prouvost et Lefebvre, membre du conseil de surveillance de Prouvost et Cie et administrateur de la Société du Figaro.

Il a épousé le 14 juin 1941, Anne de Maigret, fille du comte Bruno de Maigret, proche parent du comte Bertrand de Maigret, le conseiller de Paris,  gendre du prince Michel Poniatowski, ministre d'Etat et de l'Intérieur du gouvernement Chirac qui devinrent de réels amis. De son mariage, Albert Prouvost a cinq enfants: Albert-Bruno, Nathalie, épouse de Guillaume de Chazournes, Ghislain, Olivier et Laetitia.

Prouvost-Albert-Guerre

Albert-Auguste Prouvost est le fils d’ Albert- Eugene Prouvost, Frère de Jean Prouvost ; il a longtemps participé à la direction des entreprises familiales.

Albert-Auguste avait 31 ans en 1940 et se trouva pour les raisons de guerre à l’Ile au Moines : sur un bateau reliant Vannes et l’Ile, il se trouva à coté d’une très jeune fille : Anne de Maigret. Très vite, il fut question de fiançailles avec la bénédiction de marie Madeleine Lorthiois qui connaissait très bien Ghislain de Maigret et son frère Bruno. On reçut les Maigret rue Barbet de Jouy ; Anne fut présenté, dans le Nord à la famille et aux collaborateurs. Le mariage civil eut lieu à Epernay et la carémonie en l’église Saint François Xavier le 21 juin 1941 ; le seul voyage de noces possible en pleine guerre fut la Côte d’Azur où il passèrent par Pibonson. ; puis installation du jeune ménage dans une charmante demeure à Marcq en Baroeul.

"Sous le pseudonyme de Jean Bernard, il agit sur plusieurs plans. Il aide de nombreux Résistants et aviateurs anglais à rejoindre Londres. Il se préoccupe aussi du sort des jeunes requis dans le cadre du Service du Travail Obligatoire. Pour y échapper, il leur propose de devenir caviste en Champagne, chez Moet et Chandon, société tenue par les oncles de sa femme. Dans sa propre entreprise, le Peignage Amédée Prouvost, il installe une imprimerie clandestine. Autre initiative : une collecte de fonds organisée auprès de ses amis industriels, Bernard d'Halluin, Jacques Masurel, Alphone et Eugène Motte, Alphonse et Jean Tiberghien pour financer l'activité des réseaux.  2 septembre 1944 : libérés !  Quelques jours avant la libération, Albert Prouvost est au centre d'une négociation entre le commandement Allemand de la région Nord et la Résistance.Le général Niehoff s'engage à libérer tous les résistants détenus à Loos, si les maquisards ne s'opposent pas au départ du dernier convoi allemand. Les responsables du réseau Sylvester Farmer n'y croient pas une seule seconde, ils savent de quoi sont capables leurs ennemis. En effet, le 1er septembre 1944, parti de Tourcoing, un dernier train emmène vers le camp de la mort 900 prisonniers de Loos. Les résistants wattrelosiens, avec à leur tête Henri Bracaval, essaient bien, à hauteur du pont des 44, rue du Mont-à-Leux, de l'intercepter mais doivent y renoncer devant l'importance des moyens mis en place par les Allemands. Bien peu de prisonniers du train de Loos reviendront vivants des camps de la mort…"
http://www.ville-wattrelos.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=138&Itemid=16

Prouvost-Albert-Pinta

En octobre 1942, Jacques et Marguerite Segard partent six mois en Amérique du Sud.

de-Maigret-Segard

Famille-de-Maigret-Segard 

Prouvost-AlbertProuvost-Albert

Prouvost-AlbertProuvost-Albert

Quelques citations d’Albert-Auguste Prouvost

« Toujours plus loin »,

mémoires écrits en 1992,

éditions de la Voix du Nord

Petit garçon révolté contre «les courées», je suis devenu un jeune industriel, à la fois héritier d'une tradition et convaincu de la nécessité d'innover. Car loger le personnel a toujours été l'un des soucis des patrons du textile du Nord. Cette préoccupation répond a la fois aux exigences humanitaires chrétiennes dont les grandes familles se réclament et aussi a une nécessités économiques.  p75

Les relations entre les « Chtimis » et l’occupant étaient pratiquement inexistantes. On trouvera peu de collaborateurs chez nous et le seul connu dans notre entourage partit vivre a Paris pour éviter les affronts de ses  anciens amis et de sa famille. L'habitude des invasions maintenait une distance glaciale entre les Allemands et les gens du Nord au point même d’empécher une hostilité apparente : on « les » ignorait.  P.66

Pour ne citer que le cas de ma famille (il y en eut beaucoup d'autres), mon arrière-grand-père Amédée Prouvost avait fait construire sous le  Second Empire des habitations si remarquables que Napoléon III et 1'impératrice Eugénie visitant en 1867 nos usines de Roubaix demandèrent à voir ces « jolies maisons » dont on leur avait vanté l’existence.

 - Combien de ménages par maison ? demanda 1'Empereur. - Mats une famille, répond fièrement Amédée à l'étonnement de son interlocuteur heureux d’apprendre qu’on loge une seule famille ouvrière "par maison.

 Plus tard, mon père et son frère Jean feront édifier la cite « Amédée-Prouvost» près de Wattrelos. Les 300 maisons blanches au toit pointu et entourées de leur petit jardin restent encore aujourd'hui un lieu où il fait bon vivre. En homme ouvert aux exigences de son temps, mon père comprend que le logement lie à l’emploi met le locataire dans un état de dépendance, générateur de conflits. II faut trouver une solution. J'ai eu le temps de réfléchir et fait compris que le paritarisme, en matière d'avantages sociaux, avec des accords bien établis entre patrons et ouvriers, peut devenir « l’ouverture ». p 76

 Au sujet de Victor Provo, maire de Roubaix : « Mademoiselle Anastasie» de la Resistance aidera toujours «Jean Bernard» que j'étais, à rapprocher les points de vue des différents groupes sociaux de la région. Je n'oublierai pas que lors de l’enterrement de ma mère à Bondues, il est venu à l'église embrasser mon père le jour où il nous a quittés ; je suis allé fleurir sa tombe au cimetière de Roubaix. Victor Provo a été un homme de cœur et un grand français.  p78

 Le 1er février 1958, le CIL organise une manifestation d'adieux pour rendre hommage à son fondateur. Je suis très ému. Sur la scène, le président de l'Union Textile, Bernard d'Halluin, et le député-maire de Roubaix reconstituent l’historique des faits et donnent le bilan : 8 000  familles logées et 18 000 enfants qui s' épanouissent dans des conditions de vie plus décentes et plus confortables. De mon coté, je termine mon discours par ces mots:

« Si quelqu'un, après ma mort, veut rappeler mon souvenir, peut-être pourrait-il, dans un des squares de nos nouveaux quartiers, poser une plaque très simple, cachée dans un coin de verdure. Si un jour, des enfants, au milieu de leurs jeux, venaient à le découvrir, ils y liraient, auprès de mon nom,

un seul titre - le plus beau pour moi - « fondateur du CIL». P 86

Ma femme et moi, avons été de vrais voyageurs non seulement par le nombre de nos périples mais surtout par la curiosité de l’inconnu qui nous animait et l’indifférence que nous ressentions à l’égard du luxe et du confort dans nos déplacements. P 123

 En janvier 1969, au cours d'un voyage d'affaires en Amérique du Nord, nous recevons Anne et moi, un télégramme de notre fils Olivier. Il me félicite pour la rosette de la Légion d'honneur. N'ayant jamais sollicite cette distinction, je crois qu'il s'agit d'une plaisanterie. Pas du tout. A notre retour dans le Nord, j’ouvre une lettre du ministre des Finances de l'époque, François Ortoli qui me touche vivement. « Cette exceptionnelle distinction, écrit-il, vient justement récompenser les services que, avec dévouement, tact et compétence, vous rendez depuis trente-huit ans à l’économie du pays. Connaissant l'étendue et l'éminente qualité de vos mérites, il m'a été agréable de proposer au gouvernement de vous élever au grade d'officier. Je suis heureux de vous en féliciter aujourd'hui. Un tel compliment me remplit de confusion. J'avais eu la chance, en effet, avant qu'il ne soit ministre, de le recevoir au Vert-Bois et de le lui faire visiter ainsi que quelques quartiers résidentiels et logements de cadres qui l'avaient impressionné. Comment pouvais-je imaginer que la conversation très amicale me promettait cette promotion ? Je n’oublierai jamais les télégrammes, cartes et lettres de félicitations qui me parviennent a cette occasion de tous les pays du monde. N'ayant jamais fait de politique, je ne pouvais deviner qu'un jour je recevrais des témoignages de sympathie de personnalités et de militants d’opinions si diverses.

Aux cérémonies officielles qui accompagnent généralement la remise d'une telle décoration, je préfère un petit diner de famille au Vert-Bois ou, seuls, oncles, tantes et cousins sont convies. Parmi ces derniers, Antoine Masurel qui, je l'ai déjà dit, en début de livre, échappa au massacre et à l’épuisement des prisonniers du dernier train de Loos et revint des camps de concentration nazis. Commandeur de la Légion d'honneur, il était mon parrain dans cet ordre et c'est lui qui, après un discours affectueux et émouvant, m’épingla la rosette aux applaudissements de la famille.

Préface par Maurice Schumann, de l’Académie française :

S'il me fallait résumer par une devise la longue et trop courte vie d’Albert Prouvost, je choisirais le mot d'ordre que Charles Péguy se proposait a lui-même : «porte toi sur demain ! ». Instinctivement fidèles a sa mémoire, ses amis mêlent le nom d’Albert a leurs entretiens, non certes sans regret, mais sans nostalgie. Ils auraient l'impression de le méconnaitre en ne parlant de lui qu’au passe. Pour eux, la fin de son existence n'a pas marque le début de son absence. Même s'ils vont a sa rencontre pousses par un souvenir, c'est du présent qu'ils croient lui parler et, si son ombre leur répond, c’est en les interrogeant sur le futur. II était de ces hommes dont la main n'ouvre le livre de la vie que pour en tourner les pages.

 Pourquoi, des lors, a-t’il résolu de nous laisser des mémoires que nous lisons, emportes par son rythme, avec une allégresse qui fait oublier la mort? Je crois deviner son premier mobile : Albert a voulu nous dire que nous avions eu raison de l’aimer ! L’éducation de ce garçon sensible l’avait rendu rebelle aux effusions. Comme tous ceux qui sont passes par Oxford, il avait appris à se méfier de la sentimentalité, que le sage Emerson tenait pour « un roseau brise ». S'il avait craint que son image posthume déformât son intime vérité, il aurait garde le silence sur lui-même; mais parce qu'il se sentait environne de sympathies le plus souvent tacites, il a eu le désir de les justifier. Cette façon de remercier tous ceux dont I' attachement lui avait été précieux dans les plus beaux jours comme dans les plus dures épreuves le dépeint tout entier. La plupart des mémoires sont des répliques, explicites ou indirectes, aux détracteurs du mémorialiste; ceux d’Albert Prouvost sont tout le contraire: un message de gratitude implicitement dédié « a vous qui m'avez compris ».

Cette première impression en recouvre une autre, moins bien cachée : chacun savait que la trame de la vie d' Albert était un parfait amour; sur ce privilège, mérité et visible a l'oeil nu, il n'avait rien a nous apprendre; mais l'invulnérabilité d'un sentiment réciproque ne s'accompagne pas toujours d'une entente de chaque instant; or, en suivant « les Albert» (comme on les nommait parfois) tout au long d'un demi-siècle, on a l'impression qu'ils n'ont pas cesse d'avancer 'la main dans la main. Cette harmonie préétablie transforme deux époux en

Compagnons d'éternité. Albert Prouvost n'a pas eu le temps d'achever tout a fait son récit; Anne de Maigret F';n. conduit a son terme sans effort, comme s'il avait été leur œuvre commune depuis sa première ligne. Une autobiographie tire, a l'instar de tous les livres, sa valeur de ce qui fait son unité, révélée par son style; l’écriture de ces mémoires posthumes est limpide et soutenue par une fermeté que la maladie n' a pas entamée; chaque lecteur percera le secret de cette réussite : l' ouvrage est le reflet d'un bonheur initia! Sur lequel les vagues amères qui n'épargnent aucune existence ont déferlé sans jamais le recouvrir.

Mais est-ce seulement pour ceux et surtout pour celle qui 1'0nt escorte dans ses voyages sur la terre qu'un homme de mouvement et d'action sentant sa fin prochaine s’est assis, la plume a la main, devant une feuille de papier blanc ? Plus les pages se succèdent, plus nous sentons la présence d'un troisième dédicataire qui s’appelle le Nord et n’est ni le moins présent, ni le moins souffrant, ni Ie moins aime. Quand Michelet définissait la France comme une personne, il ne cédait pas, quoi qu'on en ait dit, au vertige d'une envolée lyrique : la personne humaine est constituée par le mariage d'un corps périssable et d'une âme qui ne l'est pas; la comparaison n'avait pour objet que de reconnaitre a la fois ce que la France a de fragile et ce qu’elle a d’eternel. A sa terre natale, Albert avait voue un attachement du même ordre : que de fois il aurait pu lui crier, comme le poète Emmanuel Looten, lui aussi contemporain des invasions soudaines et des mutations trop brusques : « tes cieux sont durs, sous leur pâleur de tendre porcelaine ». Mais, si la résignation lui fut toujours étrangère, s'il n'a jamais cru a la fatalité du déclin, c'était parce qu'il pensait aux hommes avant de penser aux chiffres et savait que les gens du Nord ne laissent jamais le dernier mot au malheur. On a dit, parfois sans bienveillance, qu'il était un grand industriel plutôt qu'un financier. A courte vue, rien n'est plus vrai; a long ou moyen terme, rien n'est plus faux: Albert avait une vision planétaire de l'économie ; il avait compris que l'avenir du Nord était indissociable de celui du monde en pleine métamorphosé; il n'était dépaysé nulle part; mais, qu'il rut en Afrique du Sud ou en Amérique du Nord, il pensait aux chances nouvelles que donneraient un jour a Roubaix le courant des échanges futurs, l' essor des techniques de pointe, le développement et la diversification des moyens de communication. Par ses manières et son langage, il avait le charme d'avant-hier; par ses idées, qu'il exprimait le plus souvent a mi-voix, avec une sorte de retenue et d'apparente hésitation qui ne reflétait pas le moindre doute mais seulement le souci de ménager l’interlocuteur, il appartenait a la petite phalange des hommes auxquels après-demain ne fait pas peur.

La lecture des mémoires d’Albert m’a révélé qu'un sang noble coulait dans ses veines; je l'ignorais quand, devant sa tombe encore ouverte, j'ai salue le départ d'un seigneur, généreux avec magnificence, qui ne rougissait ni d'habiter une demeure historique parce qu'il avait consacre au logement social des années d'imagination créatrice, ni d’avoir transforme sa maison familiale en musée parce qu'il l’avait ouverte a tous. Quand la Reine d’Angleterre vint pour la première fois chez nous en visite officielle, elle fut accueillie par Albert Prouvost à la porte du peignage Amédée Prouvost. Aussitôt après cette brève cérémonie, le patron s'éloigna discrètement pour rejoindre, au deuxième rang, les membres du personnel de l'usine qui avaient appartenu comme lui pendant les années noires, au groupe de Resistance Sylvestre Buckmaster. Je connaissais alors Albert depuis dix ans. Jamais il n'avait dit, devant moi, la moindre allusion à son engagement dans l'armée des ombres. Ce geste avait été discret, le silence tout naturel; Albert Prouvost était un grand seigneur.

Maurice SCHUMANN de l' Académie Française

 
vert- boisVert-Bois

Prouvost-Albert-Anne-noces-or-juin-91

Noces d'or en juin 1991 ( Photos Point de Vue)

Famille Prouvost:
Une dynastie d’industriels de la laine

" Fidèles à une tradition qui remonte au XVe siècle, Albert-Auguste Prouvost a dirigé près de soixante ans une entreprise roubaisienne parvenue en quelques générations numéro un mondial

 Riches heures de cette famille de lainiers.

 Sa Majesté .Elisabeth II écoute, attentive, les explications techniques de l'industriel. En 1957, au Peignage Amédée Prouvost a Roubaix, la venue de la souveraine est un événement. Sa visite a la grande usine textile a été prévue de longue date. Elle figure en bonne place dans le .programme des quatre jours de son voyage officiel en France. Albert-Auguste Prouvost guide les pas de la Reine a travers les ateliers. II ressent une légitime fierté. Plus de cent ans auparavant, son arrière-grand-père avait crée l'entreprise. En 1867, ce dernier y avait reçu l'empereur Napoléon III et l'impératrice Eugénie. ,

 «Mon époux avait le culte de cette affaire de famille, raconte Anne Prouvost. Sous sa direction, elle est devenue un important groupe international. La cession  des parts familiales de la société en 1988, survenant peu de temps après le décès accidentel de notre fils Albert-Bruno, a été pour lui un moment douloureux.» C'est la fin de toute une dynastie de lainiers ... Les Prouvost sont en effet depuis longtemps solidement, enracines dans le Plat Pays.

Au XVe siècle, Jean Prouvost est seigneur de Wasquehal. II est nomme échevin de Roubaix en 1474. La famille y est déjà connue pour faire du négoce de laine. De génération en génération, les Prouvost font peigner, blanchir et filer la précieuse toison. Au XVIIIe siècle, Pierre-Constantin Prouvost est devenu un des principaux fabricants de Roubaix. Apres le 9 thermidor, il est élu maire de la ville. Mais la génération qui est à l’ origine de la grande industrie lainière est celle d’Amédée Prouvost. ."

En 1851, à quarante-deux ans, il crée une  entreprise de peignage industriel qui, un peu plus de quinze ans plus tard, emploie, déjà sept cents ouvriers et assure une production de quatre mille tonnes par an,.Lorsqu'il meurt en 1885, laissera ses trois fils une affaire florissante. Le premier d'entre eux,. qui se prénomme aussi Amédée, sera le poète de la famille. :

« 0 Cite, ton renom s'étend a l'univers.

Je veux exalter ta grandeur en mes vers », écrit-il de Roubaix, sa ville natale.

 Mains lyrique et plus près des réalités économiques, son frère Albert dirige l'entreprise et assure la continuité de sa prospérité. De son union avec Marthe Devémy  naissent deux garçons et deux filles. L'ainé, Albert-Eugène, continue l'entreprise familiale. Son frère Jean, dans le même esprit industriel; crée la Lainière de Roubaix  qui deviendra bientôt la plus grande entreprise  française de filature. Mais cet  homme d'exception sera surtout le grand. patron de Paris-Soir et de Match et mettra sur pied un colossal empire de presse. Sa petite- fille Evelyne, élue femme d' affaires de l'année en 1989, est toujours a la tète du groupe Marie-Claire. «Mon mari avait une profonde tendresse et une réelle admiration pour son oncle ,se souvient Mme Prouvost.

«Mais évoquer le passe peut se faire sans nostalgie, reprend-elle avec un sourire.

 Née Anne de Maigret (elle compte, parmi ses ancêtres, un comte du Saint Empire qui  battit les Turcs devant Vienne en 1683;les Chandon de Champagne, les Villeneuve de Provence et Lucien Bonaparte. Elle a dix-huit ans lors de l’été 1941. L'année de son. mariage avec Albert-Auguste. Malgré les restrictions, le champagne y coule  à flots .

Famille oblige: son oncle Ghislain est le président de Moët et Chandon. Le voyage de noces se passe à Mougins, dans la maison achetée à lady  Rothermere par la famille Prouvost. Le jeune couple a pour voisins et amis les Casimir Poniatowski:

Déjouant l'approvisionnement  alimentaire difficile, ces derniers ont acheté une vache, pour le lait de leurs enfants et la princesse la mène paitre le long des chemins ...

 Retour dans le Nord de la France. «Les premières années de notre vie commune ont été sous le signe de la guerre, soupire Anne Prouvost. Mon mari, en marge' du maintien d'un semblant d'activité industrielle, s'était engage dans la résistance sous le nom de Jean Bernard. Une époque difficile que nous vivions somme toute avec l'insouciance de la jeunesse. Une grande joie toutefois dans ces moments ternes : la naissance en 1942 de notre fils Albert-Bruno.

Comme tous leurs contemporains, la Libération ouvre pour Albert-Auguste et Anne Prouvost un nouveau départ dans l'existence. Ils ont des projets a mener du temps a rattraper. «Mon mari souhaitait me faire découvrir la vie, mondaine qu'il avait connue avant-guerre, raconte Mme Prouvost. C'est d'ailleurs en 1945 que j'ai porte ma première robe longue»

Anne de Maigret, jeune adolescente, avait pourtant déjà approche le monde ; en 1938, à l'occasion du premier mariage d'Eugénie, la fille de sa tante» Marie Bonaparte et de Georges de Grèce et Danemark. Une cérémonie grandiose. «J'avais été stupéfaite de voir que l'impératrice Zita, qui portait sur elle une quantité extraordinaire de bijoux somptueux, était par ailleurs vêtue d'une robe plus que modeste qui ne venait vraiment pas du grand faiseur, raconte-t-elle. Il y avait aussi un petit garçon très mal élevé qui, pendant toute la réception, n'arrêtait pas de me pincer et qui s'empiffrait au buffet: c'était Philip d'Edimbourg. »

 Marie Bonaparte, princesse dérange ante pour le milieu aristocratique de l'époque, a marqué de sa personnalité beaucoup de ceux qui 1'ont approchée. Psychanalyste peu conformiste, excommuniée en raison de son mariage avec un orthodoxe, l'ancienne maitresse d’Aristide Briand ne correspondait guère aux critères de la bonne société dont elle était issue. «Dans sa maison du Midi, ou avec mon mari qu'elle aimait beaucoup nous nous rendions régulièrement, se souvient Anne Prouvost, il y avait autant de sable a l'intérieur que sur la plage. Ma tante Marie était d'un naturel extraordinaire, contrastant de manière  étonnante avec Georges de Grèce, toujours tire a quatre épingle. J'ai encore le souvenir de ses chaussures. Quelques que soient les circonstances, elle les portait impeccablement cirées.»

La Méditerranée est aussi le point de départ pour de nombreuses croisières familiales pour les Prouvost. Les époux adorent la mer. Ils achètent un huit-mètres, le Cantabria, construit initialement pour Sa Majesté le roi d'Espagne Alphonse XIII. Puis plusieurs douze-mètres qu'ils baptiseront chaque fois, La Pinta, en souvenir d'un lainier de La Corogne, lointain ancêtre d'Albert-Auguste, qui finança la caravelle de Christophe Colomb. «Nous avons eu des passagers illustres, évoque Anne Prouvost. Le grand-duc Jean de Luxembourg venait
Comme tous leurs contemporains, la Libération ouvre pour Albert-Auguste et Anne Prouvost un nouveau départ dans l'existence. Ils ont des projets a mener, du temps a rattraper. «Mon mari souhaitait me faire découvrir la vie .mondaine qu'il avait connue avant-guerre, raconte Mme Prouvost. C'est d'ailleurs en 1945 que j 'ai porte ma première robe longue.»

Le grand-duc Jean ~ Luxembourg venait accompagne de sa' fille Marie-Astrid, petite princesse était un marin extraordinaire. Le roi Carl-Gustav de Suède est un vrai Viking à la barre: il se révélait a bord un très joyeux compagnon. »

Simplicité sportive bien loin des mondanités. Mais les Prouvost sont aussi con vies aux grands bals d'après-guerre. Elégance raffinée chez Violette de Pourtalès au Palais rose où toutes les femmes sont parées de plumes extravagantes. Fastes éclatants a l'hôtel Lambert, sous la houlette d'Arturo Lopez, très lie alors avec la princesse Ghislaine de Polignac, amie d'Anne .Je me souviens surtout du bal donne par Guy de Rothschild en 1959, dit-elle. Une extraordinaire fête princière. Le couple offre des réceptions plus intimes dans son appartement parisien de la rue Barbet-de-Jouy, dans le VIIe arrondissement. Les fenêtres' s'ouvrent sur le jardin du musée Rodin : «Nous nous efforcions de créer des tables animées en mélangeant le plus possible nos· invites, raconte ·Mme Prouvost. J e m'y amusais plus qu'aux grandes réceptions et il était loin de m.'être désagréable que les hommes me fassent un brin de cour.» 

Ses collaborateurs appellent Albert-Auguste, l'homme pressé" 

La vie. est loin toutefois de se passer uniquement dans un tourbillon de fêtes et de diners. Famille d'abord : au foyer Prouvost, Nathalie, Ghislain, Olivier et Laetitia sont nés a la suite d'Albert Bruno. Et la bonne marche de l'entreprise accapare le plus clair du temps d'Albert-Auguste Prouvost; «l'homme pressé», comme l'appellent ses collaborateurs. «Dans le Nord, au moment des vœux, chacun a coutume de se souhaiter de la santé, de l’ouvrage", sourit Anne Prouvost: croyez-moi, mon mari avait en effet bien besoin de sa robuste sante de sportif pour mener a bien les taches qui lui incombaient. 

Le versant plaisant de cette vie trépidante d'homme d'affaires reste malgré tout les voyages. Contacts commerciaux, contrats, implantations d'usines, le patron de la société Prouvost sillonne sans cesse les cinq continents. Son épouse l'accompagne toujours. «Nous avons été de vrais voyageurs, explique Mme Prouvost. Pas seulement par le nombre extravagant de nos périples à l'époque ou se déplacer était encore une aventure, mais aussi par l'insatiable curiosité qui nous animait.». Albert-Auguste Prouvost entend aussi mener sa carrière d'industriel sans égoïsme : il n'a de cesse que d'amé1iorer le niveau de vie des plus défavorisés. Le logement est son cheval de bataille.«J'étais un petit garçon révolté par les "courées", écrit-il dans ses Mémoires. Je suis devenu un patron héritier d'une tradition sociale mais convaincu aussi de la nécessité d'innover.» En effet, le logement du personnel a toujours été un souci des industriels du textile du Nord de la France. Une préoccupation répondant aux nécessites économiques des entreprises mais aussi à l'esprit caritatif qui anime cette bourgeoisie catholique. Mais Albert-Auguste Prouvost. veut  aller plus loin. Il lance le fameux 1 % patronal, cotisation versée par l'entreprise et destinée a !a construction. Il participe aussi a la mise en place de l'allocation logement. Avec l'installation d'un véritable partenariat social, il crée le Comite interprofessionnel du logement qui, des 1958, aura relogé plus de huit mille familles dans de réelles conditions de confort. En 1950, d'ailleurs, il offre a cet organisme le château de sa grand-mère, a la limite de Roubaix et de Tourcoing. Dans le pare de sept hectares, a la place de la grande demeure jetée bas, s'élèvera une cite de cent cinquante-quatre logements.

 Mais l'industriel a aussi le culte de sa demeure de famille. Dans le château du Vert Bois, cet homme d'action retrouve ses racines.  Sur la commune de Bondues, toute proche de Roubaix se tient en effet une des dernières belles  maisons de la région. André-Joseph Druon de Wazières fit construire en 1743 une folie dans le gout de l'époque sur l'emplacement d'un édifice du XVIII° siècle bâti par un négociant en sayettes de laine lillois. L'arrière-grand- mère d' Albert-Auguste, Marguerite Devémy, ne quittera pas un instant cette propriété qu'elle habite dès 1869, elle la défendra contre les Prussiens pendant la guerre de 1870. Contrainte et forcée, elle y recevra» le kronprinz pendant lai Première Guerre mondiale. Le Vert Bois est resté le berceau des Prouvost. Tous les enfants à l'exception d 'Albert-Bruno, y sont nés: Ce dernier, après avoir longtemps secondé son père, était logiquement appelé a lui succéder à la tête du groupe. Le destin en a décidé autrement. Ses cadets ont pris des voies différentes. Nathalie, la fille ainée, après avoir fréquente l'atelier du célèbre' peintre Mac Avoy, exerce ses talents comme restauratrice de fresques. Ghislain  a  fait ses armes dans le textile en Espagne et en Australie, mener sa carrière d’industriel sans égoïsme.
Olivier a repris l'entreprise de construction navale Wauquiez. II allie ainsi la tradition industrielle au gout de la voie héritée de ses parents. Quant a  Laetitia, fidèle au Vert Bois, elle gère les soixante hectares de 1'exploitation agricole qui entoure le domaine.

Albert-Auguste retire des affaires, il ne reste sans doute plus aux Prouvost qu'a cultiver 1'art d'être grands-parents. Mais le couple ne peut se résoudre a une douce activité. Ils vont se consacrer pleinement à leur amour pour la peinture. Egalement ,une histoire de famille. Des 1920, Albert-Eugene Prouvost achète en effet des Renoir, des Bonnard; des Pissaro; II transmet a son fils la passion de la collection. Anne partagera avec son époux les riches émotions de la découverte' artistique. IIs  achètent leur première toile à la galerie Maeght de Cannes pendant leur voyage de noces. Un Geer Van Velde qui inaugure  une profonde amitié avec le couple de galeristes. Grâce à eux, ils rencontreront la  plupart des grands artistes du XX° siècle. En 1969, dans les locaux de l'ancienne ferme du Vert Bois, les époux Prouvost créent la Fondation d'art Septentrion. Chaque année, les expositions se succèdent dans cet espace aux lignes sobres largement ouvert sur la campagne environnante: Chagall, Bonnard, Dufy; Rouault ,Picasso, Laurens, Braque, pour parler des plus prestigieuses. Albert-Auguste Prouvost se dépensera sans compter pour cette fondation si chère à son cœur: J’ai gardé  intact notre enthousiasme; dit avec chaleur Mme Prouvost. Avec Septentrion, j'ai le sentiment profond de faire vraiment œuvre utile.

Apres 1'accrochage récentes de toiles de James Pichette, le public peut admirer une rétrospective sur le nu dans l'art, de la préhistoire à nos jours, en attendant une grande présentation de verriers contemporains ; à organiser ces manifestations, les journées passent comme un souffle. Sans peine, Anne Prouvost pourrait reprendre à son compte la phrase qui clôt les Mémoires de son mari: « Non, je n'ai vraiment pas le temps de m'ennuyer… »  Point de Vue et Images du Monde

Toujours plus loin; les Mémoires d'Albert-Auguste Prouvost, présenté par Pierre-Jean Desreumaux, est disponible aux éditions de La Voix du Nord.  272 pp, 110 F. :

La Fondation Septentrion; chemin des Coulons, 59700 Marcq-en-Baroeul, est ouverte du mardi au samedi de 14 h a 18 h et le dimanche de 14 h a 19 h,


" C'est André de Fourmestraux, anobli en 1623 par le Roi d'Espagne, sous le titre de Chevalier de Wazières, qui construisit la Conciergerie en 1666.

En 1743, son petit-fils Jean-André fit construire le Vert Bois tel qu'on le voit actuellement - peut-être sur l'emplacement d'une ferme fortifiée, puisque les douves se trouvent déjà sur de très anciens cadastres.

La Chapelle porte la date 1751 à l'intérieur et 1772 à son fronton, ainsi que le Pavillon de Flore. Les Pavillons chinois, qui datent de la même époque, servaient - jusqu'en 1937 - l'un de glacière, l'autre de commodités.

C'est vers 1870 que mon ancêtre, Louis Duchochois, veuf d'Elise Pinta, notre ancêtre espagnole, a acquis le Vert Bois. Sa fille, Marguerite Devémy, sa petite fille, Marthe Prouvost y ont habité jusqu'à la fin des années 30.

Mon grand-père, Albert Eugène Prouvost entreprit en 1939 de vastes travaux de consolidation, de restauration et de confort, jusque-là inexistant dans cette "folie".

Mes Parents ont contribué à l'épanouissement du Vert Bois et nous leur devons la majorité des plats Persans de la galerie du sous-sol ainsi que les souvenirs de nos ancêtres Bonaparte.

LA FONDATION PROUVOST

Situé dans un parc de 60 ha, le château du Vert Bois représente pour la Métropole Lilloise un atout environnemental et écologique de premier plan.

Son histoire est riche et remonte à 1666.

Prouvost-2-Albert

dont

Albert Bruno Prouvost, né le 25 juin 1942, Marcq-en-Baroeul , tué le 28 avril 1987, Sierra Grande, Argentine dans un accident d'avion (à l'âge de 44 ans), industriel textile, marié avec Corinne Grimonprez, née en 1943, Marcq-en-Baroeul , dont

Albert-Nicolas Prouvost, né en 1963, Genève (Suisse), marié en 1988 avec Gwénaëlle Maillet, née en 1964, dont

Albert Prouvost.

Alexandre Prouvost.

Eugénie Prouvost.

Eléonore Prouvost, née en 1968.

Barbara Prouvost, née en 1971, mariée avec Stéphane Pollet, .s, ...

Nathalie Prouvost, née le 28 décembre 1944, château du Vert-Bois, Bondues , mariée le 1er juillet 1971, Le Chesnay (Yvelines), avec Guillaume Boisson de Chazournes, né le 6 mai 1940, Lyon (Rhône), .s, ...

Ghislain Prouvost, né le 12 juin 1948, château du Vert-Bois, Bondues , marié le 7 juillet 1972, Toulon (Var), avec Isabelle Hersart de La Villemarqué, née le 17 février 1950, Kehl (Allemagne), 

Ghislain-Prouvost-Portrait-a-Dree


Ghislain Prouvost , Président de la Fondation  Prouvost,  relate  les différentes étapes de l’histoire du château du Vert Bois situé dans un parc de 60 ha, un atout environnemental et écologique de premier plan pour la Métropole Lilloise ; son histoire est riche et remonte à 1666 : 

« C’est André de Fournestraux, anobli en 1623 par le roi d’Espagne, sous le titre de Chevalier de Wazières, qui construit la Conciergerie en 1666.

En 1743, son petit fils Jean-André fit construire le Vert Bois tel qu’on le voit actuellement – peut être sur l’emplacement d’une ferme fortifiée, puisque les douves se trouvent déjà sur de très anciens cadastres.

La Chapelle porte la date 1751 à l’intérieur et 1772 à son fronton, ainsi que le Pavillon de Flore. Les Pavillons chinois, qui datent de la même époque, servaient – jusqu’en 1937 – l’un de glacière, l’autre de comodités.

C’est vers 1870 que mon ancêtre, Louis Duchochois, veuf d’Elise Pinta, notre ancêtre espagnole , a acquis le Vert Bois. Sa fille, Marguerite Devémy, sa petite fille, Marthe Prouvost y ont habité jusqu’à la fin des années 30,

Mon grand père, Albert Eugène Prouvost entreprit en 1939 de vastes travaux de consolidation, de restauration et de confort, jusque là inexistant dans cette « folie ».

Mes parents ont contribué à l’épanouissement du Vert Bois et nous leur devons la majorité des plats Persans de la galerie du sous-sol ainsi que les souvenirs de nos ancêtres Bonaparte. »

Vert-Bois-Ghislain-Prouvost

Ghislain Prouvost a aussi rénové le château de Drée et en a fait un palais exceptionnel.

           Dree1           

dont

Alexandra Prouvost, née le 5 septembre 1974, Genève (Suisse), mariée avec Arnaud Lefebvre.

Aurélien Prouvost, né le 18 mai 1979, Toulon (Var).

Gautier Prouvost, né le 9 octobre 1983, Lille .

Aliénor Prouvost, née le 21 février 1990, Anderlecht (Belgium).

Olivier Prouvost, né le 25 août 1949, château du Vert-Bois, Bondues , marié le 16 septembre 1971, Roubaix , avec Caroline Florin, née le 4 décembre 1947, Lille , dont

Olivier-Arnaud Prouvost, né le 27 avril 1973, Lille , marié avec Laurence Nicaise, née en 1964, dont

Victoria Prouvost, née le 19 juillet 2010.

Lætitia Prouvost, née le 30 avril 1953, château du Vert-Bois, Bondues .

19: Albert IV-Bruno Prouvost

AlbertBrunoProuvostDetail
Ascendance connue 

1942-1987

époux de Corinne Grimonprez, fille de René Grimonprez 1913-1972 et Marcelle Masurel 1919-2010,

dont Albert-Nicolas, Eléonore et Barbara.

Bossut-Grimomprez-JB-DubufeBossut-Grimomprez-Dubufe

Tous deux descendent du maire de Roubaix, Jean Baptisite Bossut 1790-1874 et son épouse  Pauline Grimonprez 1796-1876 ici peints par Dubufe

Portraits peints par Dubufe

Guillaume Édouard Marie Dubufe, dit Guillaume Dubufe1, né à Paris le 16 mai 1853 et mort en mer à Buenos Aires en 1909, est un peintre et illustrateur français. Fils du peintre Édouard Louis Dubufe et du sculpteur Juliette Dubufe née Zimmermann, il voit le jour à Paris, entouré de son grand-père paternel Claude Marie Paul Dubufe, également peintre, et de son oncle maternel le compositeur Charles Gounod (1818-1893) qui avait épousé en 1852 Maria Zimmermann, la sœur de sa mère, dont le père était un pianiste renommé. Élève tout d'abord de son père et de sa mère qui lui enseigne la sculpture, il poursuit sa formation sous la direction d'Alexis-Joseph Mazerolle (1826-1889). En 1875 il épouse Cécile Woog et le couple aura cinq enfants, dont Juliette Dubufe-Wehrlé, qui devient peintre à son tour. Il achète un hôtel particulier au 43 avenue de Villiers à Paris XVIIe à un peintre qui l'avait fait construire en 1878. Sa nièce, Mme Jules Henner, fera l'acquisition à sa demande de cette demeure et la transformera en musée en 1921, avant d'en faire don à l'État en 1926.

Cinquième descendant en ligne directe d’Amédée Prouvost, fondateur du groupe en 1851, il était l’héritier d’un des plus grands goupes du monde. Un manager mais aussi un homme exceptionnel. Albert-Bruno faiasait partie de la nouvelle génération des chefs d’entreprises tout en cultivant la tradition familiale et tooutes les qualités impliquant l’une et l’autre caractéristique. Grand  sportif- comme son père d’ailleurs- il pratiquait régulièrement le squash et le ski. La condition physique qui était la sienne a d’ailleurs longtemps fait espérer en ses chances de survie.  Mais il était aussi ami des arts ; le peignage Amédée était toujours décoré dans ses bureaux de peintures d’artistes contemporains. l assistait régulièrement aux concerts en compagnie de son épouse, administratuer du festival de Lille.  Dans sa vie professionnelle ; il était, sans conteste, un des meilleurs dirigenats d’entreprise du moment. Il avait certes fait l’école Polytechnique mais c’est aussi le travail sur le terrain qu’il détenait son sens de la direction des hommes et d’un groupe comme celui des peignages de Prouvost SA avec 2.200 personnes en France, en afrique du Sud, en Australie, au Brésil. Mais Albert bruno n’ent tirait pas vanité. C’est d’ailleurs un des traits essentiels du caractère : la modestie. Jamais il ne s’attribuait le mérite du succès de ses peignages (…) Monsieur Prouvost était aussi un homme de communication cmme iul en existe peu. Avec Albert Bruno Prouvost, Roubaix perd aussi un de ses principaux défenseurs. » Extraits de la Voix du Nord
le 55, rue Royale à Lille, entre cour d’honneur et jardin, qui fut illustré par Albert-Bruno et Corinne Prouvost.

Cette année 1987, notre fils ainé, Albert-Bruno, projette de construire un peignage de laine dans le sud de l’Argentine. Homme pressé comme son père, il loue un petit avion de tourisme conduit par un très bon pilote pour gagner un temps précieux. Is décollent et sont pris dans une tempête. L’appareil s’écrase sur les collines du Chubut. Après cette tragique disparition, mes enfants cèderont leurs intérêts dans l’entreprise de leurs ancêtres.


Albert Bruno Prouvost Memorial Endowed Scholarship Fund

Established in memory of Albert Bruno Prouvost, former president of PLUSA, Inc., the Fund assists students enrolled associate degree programs in the Industrial and Engineering Technology, Allied Health or Nursing divisions.

Eligibility Criteria: To be considered for this scholarship, an applicant:

1)      must be a new, returning or continuing student;

2)      must be a Berkeley County resident;

3)      must be enrolled in an associate degree program in the Industrial and Engineering Technology, Allied Health or Nursing divisions;

4)      must enroll in and maintain at least 12 credit hours; and

5)      must have a cumulative GPA of 2.5 or greater;

Award amount/use: Award of up to $650 for tuition, books, required course materials and equipment. 

 le 55, rue Royale à Lille,

entre cour d’honneur et jardin, qui fut illustré par Albert-Bruno et Corinne Prouvost.

Leur fille Barbara Prouvost, expert diplômée de l’Institut national de gemmologie, crée et produit des bijoux.


55-rue-Royale-Lille-Albert-Bruno-Prouvost

Albert-Bruno-Prouvost


albert-bruno-deces


Sépulture-Albert-Prouvost

Ascendants d'Albert Bruno Prouvost

Jusqu'à la 7° génération.


20: Albert V-Nicolas Prouvost

21: Albert Prouvost

Albert Félix Prouvost, né le 25 septembre 1855, Roubaix (Nord), décédé le 4 avril 1916, Roubaix (Nord) (à l'âge de 60 ans), marié le 26 mai 1879, Bondues (Nord), avec Marthe Devemy, née le 2 février 1860, Roubaix (Nord), décédée le 4 juillet 1937, château du Vert-Bois, Bondues (Nord) (à l'âge de 77 ans), dont

§  Olivier-Arnaud Prouvost, né à Lille (Nord), marié avec Laurence Nicaisedont

Marié le 7 juin 1951, Arles (Bouches-du-Rhône), Salin-de-Giraud, avec Denise Leclercq, née le 26 avril 1924, Roubaix (Nord), décédée le 14 octobre 2005, inhumée le 18 octobre 2005, Yvoy-le-Marron (Loir-et-Cher) (à l'âge de 81 ans), dont

§  Isabelle Prouvost, (filleul: Olivier Chevallier-Appert 1969-2005), mariée le 21 septembre 1982 avec Hervé Poulain, né à Avranches (Manche), commissaire-priseur,

§  marié avec Elisabeth Clerc, journaliste.